Oumage Caterina Segurana septembre 2014

Catherine Ségurane, bien vivante chez les Niçois

« Certains nous reprochent de ne pas être apolitiques, mais Catherine Ségurane était elle apolitique ? » a déclaré Philippe Vardon, le responsable des identitaires niçois, à l’issue de la marche à la mémoire de l’héroïne niçoise. Elle qui en 1543, lors du siège de Nice par les Turcs auxquels étaient alliés les Français, fracassa le crâne du porte-​bannière ottoman et rendit ainsi courage aux défenseurs aux abois, qui finirent par repousser l’envahisseur.

Près de deux cents sympathisants de Nissa Rebela ont participé à un défilé haut en couleurs. Drapeaux niçois, portraits de Ségurane, torches, banderoles donnaient une fière allure au défilé. De nombreux enfants et jeunes parents apportaient une touche familiale à ce rassemblement. Enfin le dépôt d’une gerbe et la lecture d’un poème ont précédé un discours énergique que la défaillance de la sono n’a pas atténué.

Philippe Vardon remarquait qu’à la bannière du croissant turc a succédé celle d’un autre envahisseur, le croissant du drapeau algérien. Autre motif d’inquiétude : le nombre particulièrement élevé de « niçois » partis pour le djihad, une centaine selon l’orateur qui à « la trahison des élites », comme naguère François 1er, a opposé l’esprit de résistance du peuple, incarné par Caterina Segurana, la niçoise.

Alain-​Christian Drouhin.

Ceci peut aussi vous intéresser

Philippe Vardon 18 août 2016 dossier islamisme préfecture Nice

Philippe Vardon remet en Préfecture des Alpes Maritimes un dossier sur l’islam radical à Nice

Nous avons rencontré Philippe Vardon qui revient sur l’entretien qu’il a eu le jour même …

Un commentaire

  1. Juste une ou deux remarques à propos de ce qui est dit dans cet article. Lors du siège de Nice, en 1543, c’étaient les français qui nous assiégeaient (auxquels s’étaient alliés les Turcs) et non l’inverse. Et ensuite, que après la bannière du croissant turc, si la bannière d’un autre envahisseur lui a succédé, c’est en premier lieu les trois couleurs du drapeau français en 1860 après une annexion que tous aujourd’hui considèrent comme frauduleuse. J’ajoute que, sans cette annexion, nous n’aurions pas eu ce croissant du drapeau algérien que Monsieur Vardon redoute car, notre pays, le Comté de Nice, n’a jamais eu, dans son histoire, de velléités de coloniser qui que ce soit et en particulier l’Algérie.