À quelle sauce seront mangés les salariés de Nice-​Matin ?

Réponse du Tribunal de Commerce de Nice le 7 novembre 2014

Les trois candidats toujours en compétition ont été invités par le Tribunal de Commerce de Nice à défendre leurs projets.

Des projets qui sont radicalement différents en termes de préservation de l’emploi et d’investissements :

  • celui de la coopérative des salariés déterminée à « limiter » les licenciements à 159
  • celui du groupe belge Rossel qui prévoit plus de 300 licenciements
  • et enfin celui de Georges Ghosn qui prévoit 228 licenciements.

Les salariés n’ont pas manqué de manifester leur mécontentement devant le tribunal durant les audiences, déclarant qu’ils étaient déterminés à ne pas abandonner la partie.

Bien moins dure sur un plan social, le projet des salariés de l’entreprise n’inclut le départ immédiat que de 159 salariés. Leur offre serait estimée à moins de 14 millions d’euros.

De son côté, le groupe Rossel (Le Soir, La Voix du Nord, L’Union) s’est associé au spécialiste du BTP monégasque Marzocco et à l’homme d’affaires franco-​libanais Iskandar Safa, lequel s’est offert le plus grand domaine privé de la Côte en 2008 (Domaine de Barbossi).
Ils mettraient ensemble immédiatement dans la balance 30 millions d’euros de fonds extérieurs sans vendre d’actifs et promettraient 20 millions d’investissements sur trois ans. Seul bémol : le tiers des effectifs serait licencié, soit 376 personnes.

Enfin, le troisième candidat, Georges Ghosn, autre homme d’affaires franco-​libanais, qui a successivement racheté les groupes de presse de La Tribune, Le Nouvel Économiste et France-​Soir. Sur le plan social, son offre est proche de celle des salariés puisqu’elle ne prévoirait que 228 licenciements. L’homme d’affaires prévoit 13 millions d’euros de financements trouvés et « une équipe chevronnée en management » nous indique l’AFP. Pas sûr que cela suffise.

Réponse le 7 novembre !

Ceci peut aussi vous intéresser

Citizen Kane Orson Wells

Nice Matin veut faire la loi

Nous écrivions hier dans notre article Les deux procès des défaillances de l’État : “Les jugements qui …