CCIF Comite contre l'islamophobie en France

Pour le Comité contre l’islamophobie en France, faire respecter la loi est un acte islamophobe

Surfant sur l’actualité corse où la plupart des médias ont d’abord parlé de l’attaque d’une salle de prière musulmane avant de citer le guet-​apens préparé pour les pompiers et policiers, Jawad Bachare du CCIF (Comité contre l’islamophobie en France) déclarait ce matin sur une radio nationale que « l’année 2015 a vu exploser le nombre d’actes islamophobes » [source].

On apprend ainsi que ces actes auraient augmenté de 23 % par rapport à 2014. Le lien est fait avec les attentats de janvier et de novembre, en particulier à la suite de l’attaque de Charlie-​Hebdo. Depuis le 13 novembre, la tension n’aurait fait que s’exacerber, le CCIF relevant 222 actes islamophobes.

Mais si l’on analyse ces 222 cas, 119 — soit plus de la moitié — sont des interdictions aux mamans voilées d’accompagner les enfants lors des sorties scolaires. Or le CCIF ne peut ignorer que le port du voile des mamans musulmanes lors des sorties scolaires n’est pas clairement défini par la loi. Malgré la décision du tribunal administratif de Nice du 9 juin 2015, la règle reste celle du tribunal administratif de Montreuil en 2011 (22 nov. 2011, n° 1012015) qui avait décidé que les parents d’élèves participant volontairement aux activités du service public d’éducation devaient respecter, dans leur tenue comme dans leurs propos, le principe de laïcité [source]. Faire respecter la loi serait devenu pour le CCIF une discrimination islamophobe !

On continue… les 103 autres cas seraient des perquisitions abusives. Cela signifie sous la plume du CCIF qu’elles n’auraient rien donné. Mais si ces perquisitions chez des musulmans n’ont rien donné, pourquoi ont-​elles eu lieu ? Peut être parce que les terroristes étaient musulmans ? Et que des perquisitions tout à fait légitimes concernent plutôt des musulmans, certainement pas choisis au hasard. Les persquisitions qui se déroulent chez des Chrétiens ne sont pas considérées commes des actes « christianophobes », que je sache.

À noter que dans le même temps, on apprend que 104 églises ont été profanées en France dans les quatre premiers mois de l’année. Mais cela n’intéresse pas la Fondation Open Society de George Soros(1).

Patrice LEMAÎTRE

(1) Le Comité contre l’islamophobie en France est copieusement financé par la Fondation Open Society, créée par l’activiste milliardaire américain George Soros, « ce juif anti sioniste qui finance l’islam politique », selon Europe Israël.

Ceci peut aussi vous intéresser

Cirque Barnum

Quand va-​t-​on en finir avec ce cinéma grotesque des attaques chimiques ?

Nous relayons volontiers ce coup de gueule de Marc Rousset dont l’analyse s’appuie sur une …