VIE Vence Initiative Environnement

Vence : l’économie locale s’organise

La salle de la Médiathèque de Vence aurait dû être au moins deux fois plus grande ce mercredi 9 mars 2016 pour contenir toutes les personnes venues assister à la conférence organisée par V.I.E., comme Vence Initiative Environnement. Le thème proposé : « L’impact de l’alimentation sur l’environnement ».

Sans que l’on en soit bien conscient, l’alimentation a des impacts importants sur : le changement climatique, la biodiversité, les ressources marines, la déforestation, la pollution de l’air et de l’eau, la dégradation de la santé publique et, bien entendu, les déchets.

C’est ce que rappela Shafik Asal, ingénieur de l’Institut National Polytechnique de Grenoble et DEA d’économie expérimentale, cofondateur d’eco2 initiative, en mode vidéoconférence. En expert les chiffres qu’il avance sont bouleversants : 70 % de l’eau consommée sur la planète le sont par la seule agriculture, de même que 30 % des gaz à effet de serre, plus que le transport ou le bâtiment ! À eux seuls les ruminants sont à la source de 15 % des GES, comprenez gaz à effet de serre. Un adulte sur deux en France est en surpoids. Ou encore 1 kg de viande rouge a un impact de 29 kg de GES. Le discours n’est pas pour autant catastrophiste. Shafik Asal donne des conseils simples et de bon sens : manger local et de saison tout en réduisant sa consommation de viande rouge. C’est à la portée de tout le monde.

Tout comme eco2 initiative, l’association VIE se veut pratique. Plusieurs agriculteurs locaux ont été invités et prennent la parole. Nous sommes ici dans le monde réel, dans la « vraie VIE ». Le discours est le même : bon sens, santé, économie. Quel bonheur d’entendre ces agriculteurs solides et intelligents. Ils ont tout compris. La salle boit leurs paroles.

Que faire ? Pourquoi toutes ces ressources humaines ne sont-​elles pas mieux exploitées ? C’est autour de cela que tournent les débats. La présidente de l’association le répète : « Nous ne sommes pas des bobos, ni mêmes des écolos, nous sommes dans l’action pour faire bouger les choses et mieux vivre en harmonie avec la planète, en meilleure santé, en créant des emplois locaux, de la proximité. C’est possible : voyez ce que font les agriculteurs ici présents. Il faut les soutenir ! ». Comment alors faire bouger les lignes ? Eh bien, justement, par son … assiette !

Le changement viendra par une désintoxication culturelle, par le respect de la terre nourricière, par l’éducation des jeunes et des moins jeunes. Malgré la pression médiatique, il est possible de choisir ce qu’on mange. « Le pouvoir est dans l’assiette ! » L’un des agriculteurs le dira à peu près en ces mots : « Le pouvoir, c’est le consommateur qui l’a bien plus que l’électeur. Il peut intervenir trois fois par jour sur les orientations économiques, tandis qu’il n’intervient que de temps à autre par son bulletin de vote qui ne pèse pas grand-​chose. La consommation est un acte politique ».

Aux assiettes, citoyens !

Georges Gourdin

Ceci peut aussi vous intéresser

Voiture électrique

La voiture électrique : une solution qui pose problème

Nicolas Hulot s’est vu dans l’obligation d’annoncer le report de la fermeture de nos centrales …