Pierre Moscovici

Moscovici fait bien son job à Bruxelles

Pierre Moscovici, commissaire européen pour les affaires économiques et financières, la fiscalité et les douanes, interrogé sur BFM TV dans un débat qui l’opposait à Nicolas Dupont-​Aignan à propos de l’élection de Sadiq Khan à la mairie de Londres, a déclaré : « Même si, c’est vrai, sur notre continent, il y a une majorité de population qui est, disons, de religion ou de culture chrétienne, l’Europe n’est pas chrétienne. Je ne crois pas aux racines chrétiennes de l’Europe. Je crois que l’Europe est unie et diverse ». Puis de compléter son propos en affirmant que l’événement londonien constituait « un symbole de progressisme et d’européisme. Un beau symbole. »

Les propos de l’ancien ministre de l’Économie de Jean-​Marc Ayrault et actuel commissaire européen aux Affaires économiques et sociales — ce qui n’est pas rien — sont tellement veules qu’ils ont déclenché une immense réaction obligeant l’impétrant à se rétracter.

Mais quand même ! Le message est clair : l’Europe peut devenir musulmane parce-qu’elle n’est pas chrétienne. L’un des responsables majeurs de l’Europe de Bruxelles qui renie l’histoire multiséculaire de l’Europe au prétexte d’être islamocompatible montre à quel point de déliquescence et d’abandon en est arrivée notre élite dirigeante.

Et pourtant l’Europe est chrétienne. C’est comme ça. Même si elle n’est plus imprégnée par la foi chrétienne, elle reste imprégnée de culture chrétienne, qui elle même s’est fondue dans les cultures païennes celtique, grecque et latine notamment. Pourquoi est-​ce gênant ? Parce-qu’il n’y a pas d’islam dans tout cela, mise à part la Reconquista en Espagne ?

Pierre Moscovici est bien le successeur de ces prêtres qui condamnèrent Galilée au prétexte qu’il avait montré que la terre tournait autour du soleil. « Et pourtant elle tourne ». « Et pourtant elle est chrétienne », monsieur Moscovici.

Ainsi nos dirigeants ne sont-​ils pas à leur place pour protéger leurs peuples, mais au contraire pour hâter leur anéantissement. La démocratie est complètement dévoyée au profit d’une oligarchie hédoniste et félone. Les élus ont tous trahi le pacte qui les lie à leurs électeurs. Nous sommes conduits à nous demander si ce n’est justement pas leur plus grande capacité à la trahison qui les conduit aux plus hautes responsabilités politiques.

Pour la classe dirigeante au complet (politique, médiatique, économique, syndicale) la France n’est pas la France, un chrétien n’est pas chrétien, un homme n’est pas un homme, un noir n’est pas un noir tout comme un blanc n’est pas un blanc, Moscovici n’est pas Moscovici. Tout le monde est tout le monde dans un galimatias cosmopolite sans racine, sans identité, sans futur et sans Histoire. Sans histoire, justement, abruti et docile.

Pierre Moscovici assume méthodiquement à Bruxelles son rôle de casseur de peuples. Il est là pour ça. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour 24 000 € par mois ! Trahir père et mère, par exemple, sans même parler des électeurs qui ne pèsent plus grand chose.

Massimo Luce

Ceci peut aussi vous intéresser

Poupées russes

La subsidiarité, réponse à l’hégémonie mondialiste

Le dimanche 29 octobre 2017 se tiendront à la Grande Motte, les premières assises pour …

Un commentaire

  1. Frédéric Pastorelli

    L’Algérie n’est musulmane que depuis bien moins longtemps que la France est chrétienne. L’Algérie fut également en partie chrétienne à la suite de la libération des Algériens par les Français du jour ottoman.
    Imaginons alors un instant que Moscovici dise : « L’Algérie n’est pas musulmane. Je ne crois pas aux racines musulmanes de l’Algérie. » Vous voyez le tsunami médiatique. C’est impossible, même pas en rêve.
    Vous l’avez compris : Moscovici est un minus, un dhimmi, un traitre.
    S’il est là où il est, c’est pour servir ses maîtres, minus, dhimmis et traitres.