United colors Benetton

Le melting pot, parodie du Saint Graal

The Melting Pot affiche
Affiche d’une pièce de théâtre intitulée The Melting Pot (en 1916), vantant la fusion d’ethnies diverses dans le chaudron américain. Ce titre deviendra une expression courante. L’auteur, Israel Zangwill, citoyen anglais d’origine russe, a laissé de multiples écrits(1).

Toujours stupéfait par le délire des passeurs clandestins de la Vallée de la Roya — Cf. ma mise en perspective du 1er décembre 2016, intitulée « Les coups fourrés de l’anti-France » —, j’ajoute le complément d’information qui suit. On n’arrête pas le progrès et, visiblement, l’instinct suicidaire non plus.

Connaissez-​vous le SINGA ? Organisme qui, je cite, « favorise l’émergence d’espaces et d’outils de rencontre, d’échange et de collaboration entre les personnes réfugiées et les sociétés d’accueil afin de favoriser le vivre ensemble »… Ça c’est de l’humanisme ! Du vrai, du dur, du massif, du compact ; avec en prime le mantra « vivrensemble ». Sa directrice associée, une dame dénommée Alice Barbe, déclare : « pour aider les réfugiés, il faut faire confiance à leurs compétences et talents ». Lesquels ? Ah oui, ceux expérimentés un soir de Saint Sylvestre à Cologne ou, de façon effroyable, avec la malheureuse Maria Ladenburger de Fribourg (Allemagne). Cette dernière qui offrait son temps libre pour l’aide aux migrants a été violée et assassinée par l’un d’entre eux venu d’Afghanistan. Le père de la jeune fille est membre des services juridiques de la commission de Bruxelles et, dit-​on, il aurait organisé une quête au profit d’une association étudiante du type « welcome refugees » au moment des funérailles. Si ce fait s’avère, on en reste les bras ballants. Pathétique ! Une chose est sûre, ce monsieur a bien vite oublié sa fille et les circonstances odieuses de sa mort.

Afghan type mongol
Hussein Khavari, 17 ans et déjà violeur et criminel. Vraiment une chance pour l’Allemagne Frau Merkel ? Notons qu’il joint les doigts pour former un cœur, geste sinistrement ironique lorsque l’on sait quel usage il fera de ses mains. Un célèbre opus du cinéma d’outre Rhin avait pour titre Les assassins sont parmi nous

Quant à Madame Barbe, elle ajoute ce qui suit : « être un migrant, c’est être un super héros ! » Authentique autant qu’incroyable ! Après Superman, Batman ou Ironman, voici Makhloufman alias Supermigrant. Va-​t-​il faire alliance avec Captain Khalife pour défoncer les barbelés des méchants Hongrois ? Vous le saurez en suivant le prochain épisode de Marvel Great Replacement(2).

Dans un style encore plus outrancier, une certaine Nicole Ferroni, femme de théâtre, prend la défense des migrants au nom, je cite, de la « fraternité atomique universelle » en ajoutant : « être vivant, c’est être un tas de vieux atomes ». Elle nous apostrophe avec sa théorie : « vous n’êtes que le produit d’une incroyable migration atomique. Vos atomes qui vous forment ont forcément transité ou sont issus de Noirs, d’Arabes, de Juifs, d’homosexuels, mais aussi de méduses, de tomates, de tyrannosaures, de mouches, de champignons, de flaques de boue et de montagne ». N’en jetez plus, le melting pot est plein. Peut-​être s’agit-il d’un hommage à Jacques Prévert, grand amateur d’inventaires loufoques. Enfin, dans un élan verbal frôlant le sublime, elle s’écrie : « Nous baignons tous dans une fraternité atomique universelle ». Le point Oméga du fusionnel est atteint, laissant loin derrière United Color of Benetton et ses humanoïdes prélevés sur les cinq continents ou encore les diversifiés, lambada chevillée au corps, de Kaoma et de la célèbre Compagnie Créole. Il convient de préciser que la dame Ferroni exerce la profession d’humoriste et qu’elle s’est retrouvée dans une émission intitulée Folie passagère. Il nous sera permis de lui rappeler que nonobstant « cette fraternité atomique universelle », les chiens ne font pas des chats !

United colors Benetton
Pareils à des pantins désarticulés, s’agitant de façon chaotique, les jeunes Benetton manifestent une humanité désirée sans frontières et sans appartenances mais résolument fun et méga cool… à pic dans l’océan de l’insignifiance !

Contredisant ces irrépressibles pulsions « melting potantes », s’est ouvert à Pantin un marché où, enfin, les parents d’enfants dit « de couleur » peuvent acheter des poupées en accord chromatique avec l’épiderme de leur progéniture. Poupées chocolat, café au lait ou carrément black.

Donc, autre chose que des blondes Barbies, de la porcelaine blanche ou du celluloïd rose. J’approuve sans réserve et même avec enthousiasme car voilà qui prouve bien que les spécificités ethniques existent et qu’instinctivement les gamins se reconnaissent dans une appartenance raciale. Pourtant, on ne cesse de nous assurer que les « races » (guillemets de grande prudence) n’existent pas. Qu’en aurait pensé l’albinos chirurgicalement préfabriqué, Michael Jackson ?

Poupée porcelaine
Poupée de collection. Cette adorable frimousse appartient à une typologie présente partout en Europe, de la Grèce à la Norvège et de l’Irlande ou du Portugal à la Russie.
Poupée ancienne noire
Une superbe poupée noire ancienne. La beauté offre des visages divers selon les continents. C’est précisément cette diversité qu’il convient de sauvegarder

Mais ces différences de typologie – qui, faut-​il encore le souligner, manifestent la richesse du vivant – sont systématiquement niées par la quasi-​totalité des instances gouvernementales, dans le monde occidental. Et même, il fut annoncé officiellement, en l’an 2008, qu’un jour le métissage serait rendu quasiment obligatoire. C’est un certain Nicolas Sarkozy qui, cette année-​là, alors président de la République, prononça ces paroles à peine crédibles(3) : il s’agit de « relever le défi du métissage que nous adresse le XXIe siècle (…) Nous n’avons pas le choix, c’est un impératif au risque de nous confronter à des problèmes considérables ». Grand Dieu, lesquels ? Il n’a rien précisé, laissant à notre imagination le soin de le faire. Mais écoutons la suite avertissant que si le métissage n’était pas la conséquence d’un volontarisme, « il faudra que la République passe par des méthodes plus contraignantes ». Quelles méthodes ? Personne, même parmi les journalistes ne s’est aventuré à poser la question. C’est sans doute ce que l’on nomme un « effet de sidération ».
D’où provient donc cet engouement obsessionnel pour l’hybridation des espèces ? Dans un précédent article fut évoqué le fait – principal à nos yeux – que, selon une théorie présente dans la mythologie de divers peuples, principalement indo-​européens (les anciens Grecs, Perses, Hindous védiques), l’Histoire de l’Humanité est cyclique et se termine, avant un changement radical d’époque, par une dissolution de toutes les valeurs éthiques destinées, autrefois, à conférer une stabilité et une continuité à un peuple. L’un des principaux penseurs de la Tradition, René Guénon, écrivait, en 1945 (date marquant, selon certains auteurs, l’ultime phase de désintégration sociétale), que notre époque était entrée dans une période d’« instabilité qui s’étend à tous les domaines » et « c’est proprement vers la dissolution que ce monde s’achemine désormais ». Car, « l’accélération même du temps, en s’exagérant sans cesse et en rendant les changements toujours plus rapides, semble aller d’elle-même vers cette dissolution »(4). La dissolution de ce qui caractérisait la spécificité d’une population (exemple, l’européenne par rapport à celles d’Afrique, du Moyen-​Orient ou de l’Asie) se remarquera, entre autres, dans le domaine plastique : après la période Art Déco, dernière expression stylistique immédiatement identifiable, l’architecture, la décoration, la création de meubles ou d’objets, ne répondent plus à aucune école mais se dispersent en de multiples tendances ayant pour dénominateur commun une absence (et souvent un refus) de référence à la formulation d’une appartenance. En vous promenant au hasard des rues et avenues, sans être un spécialiste des années trente, vous constaterez la différence frappante entre un immeuble Art Déco et des constructions qui vinrent après 1945 (encore cette date).

Immeuble Art Déco Paris rue Ernest Psichari
Immeuble Art Déco (Paris, 7ème arrondissement, rue Ernest Psichari). Ce style, valorisant les verticales, campe l’édifice dans une tension vers l’immensité céleste. Les motifs répétés suggèrent une géométrie rayonnante, comme pour dire que les formes les plus pures sont chargées d’énergie
Immeuble années 60
Aucun style décoratif n’intervient dans ce « grand ensemble » des années soixante. Rien ne vient signaler une appartenance à un courant civilisationnel précis car ethniquement identifiable. La recherche de formes signifiantes n’existe plus
Villa Gloria Mansion Nice
L’aigle niçois stylisé au point qu’il semble issu d’un état archétypal. Ici encore, l’impression de puissance émane d’une pureté de la forme. Élément décoratif de la villa Gloria Mansion, actuellement en pleine rénovation, quartier des Baumettes à Nice
Nice Palais Méditerranée
Le Palais de la Méditerranée, l’un des édifices symbolisant la Promenade des Anglais à Nice — en perspective l’hôtel Négresco — affirme, par son style Art Déco, la pérennité d’une créativité ethnoculturelle identifiable

Le processus de dissolution, après avoir causé les ravages que l’on sait dans le concept de nation, puis dans celui de la famille, allait s’attaquer à l’homogénéité d’une population. Et des individus déracinés des semelles autant que de la cervelle ne pouvaient qu’exulter lorsqu’en France et partout chez ses voisins se déversa, massivement et de façon flagrante, une incontrôlable immigration extra-​européenne. Ces « déconstructeurs » de la société dont parle Éric Zemmour(5) ont vu dans un tel phénomène l’instrument idéal pour éradiquer progressivement l’identité française (mais aussi dans les pays proches). D’où, concoctée, sub rosa(6), à l’intérieur d’officines occultes que je ne nommerai pas, l’idéologie du « métissage des cultures » désormais élevée au niveau d’un dogme. On comprend mieux, alors, les propos de l’ancien président de la République destinés à préparer les masses – ignares en ce domaine – mais aussi à montrer aux promoteurs de ce plan ethnocidaire que leur souhait le plus cher était en marche. Le Quinquennat pour rien (autre titre d’Éric Zemmour) qui suivit ne fit qu’amplifier encore la submersion de la France. Vous chercherez en vain dans les professions de foi et programmes de la grande majorité des candidats à la prochaine présidentielle une résolution allant en sens contraire. Un mot de Philippe de Villiers concernant une confidence de François Fillon(7) en dit terriblement long sur les décisions prises par des « instances supérieures »(8) se tenant dans l’ombre. Ceux qui sont « inconnus parmi les inconnus mais forts parmi les forts »(9) préparent la fin de l’existence multimillénaire des particularismes européens par un brassage massif des multiples ethnies et cultures venues s’entasser sur nos territoires. L’avenir des peuples blancs européens s’achèvera dans le melting pot.

Melting pot
Le grand melting pot américain, image humoristique

Curieuse formule et oh combien significative que celle, précisément, de melting pot. Vous pouvez traduire ce terme par « creuset », « pot à mélange ». On imagine un réceptacle, noir chaudron de sorcières ou inquiétant incubateur futuriste, destiné à mixer les chromosomes afin d’élaborer une sorte de planetarum hominem, concentré de reliquat d’europoïde croisé d’espèces variées autant qu’incertaines. Individu idéal car sans racines, installable n’importe où, migrant définitif et citoyen docile puisque privé de tout repère possible, de toute référence à une identité ethnoculturelle jugée inutile dans ce futur et, du reste, bientôt largement oubliée. Pour les mondialistes, ce thème réitéré du melting pot exprime ce qu’il y aurait de meilleur pour le genre humain.

Alors que le melting pot américain a conduit à une société communautarisée et violente – la plus violente au monde – on peut se demander pourquoi nos « welcome refugees » s’évertuent à nous imposer un tel schéma néfaste. Imbécilité ? ou manigance ?

Melting Pot caricature
Dès 1919 cette illustration américaine anticipe les mots de Michel Rocard : « La France ne peut absorber toute la misère du monde »

En fait, à y bien regarder, pour nos sociétés actuelles, la notion de melting pot est exactement la reproduction inversée du mythe médiéval du Saint Graal, coupe surnaturelle n’apparaissant dans son rayonnement d’origine divine qu’à des chevaliers élus pour l’exemplarité dont ils font preuve. Et que contient ce précieux réceptacle qu’on pourrait qualifier, en parallèle avec la liturgie chrétienne, de calice des calices ? Selon la légende ce serait le sang du Christ. Autrement dit le flux vital d’un être qui, par la Transfiguration, a révélé à trois des apôtres sa véritable nature supra physiologique : un corps de lumière, version chrétienne de ce qu’Apollon manifestait dans la tradition grecque(10).

Table Ronde Saint-Graal
Cette enluminure médiévale montre la Table Ronde (cercle symbole de totalité et de plénitude), rassemblant Arthur et ses chevaliers, qu’illumine en son milieu le Saint Graal. Ainsi est tracé le hiéroglyphe astrologique (et alchimique) du Soleil, figurant le Soi, la cime immortelle car divine de l’être

Le sang qu’a recueilli le Graal et par lequel il rayonne est allusif à une physiologie constituée de lumineuses particules. Cela doit être rapproché des travaux du professeur Régis Dutheil dont l’ouvrage principal se nomme L’Homme Superlumineux. La physique quantique nous réserve, on peut l’espérer, un devenir autrement plus fascinant et grandiose que l’éradication des ethnies programmée par ceux déterminés à régner planétairement. C’est sans doute pour annoncer un renouveau du monde après un temps de ténèbres que, jointes aux innombrables évocations du corps glorieux, le thème de la coupe se changeant en soleil vint si subtilement enchanter l’imagination des Européens. Car le Graal est une énergie pure, à jamais hors de sournoises tentatives d’altérations.

P-​G. S.

(1) Dont, pour les amateurs de polars, le premier roman, intitulé Le Mystère de Big Bow (1892), se déroulant dans un espace clos. Et ce 15 ans avant le mystère de la Chambre Jaune, de Gaston Leroux.
(2) Je plaisante à peine. En effet, un entrepreneur koweitien, Naif al Mutawe, a créé un comics en 2006 : Les 99. Ce nombre est celui de personnages aux super-​pouvoirs. Mais 99 fait aussi référence aux différents attributs d’Allah qui sont autant de qualités, tels que la Tolérance, la Générosité, la Clémence… Multiple de 11, le 99 prend place dans l’ésotérisme de l’Islam, domaine viscéralement détesté par Daesh puisqu’un sanctuaire voué au Soufisme a été attaqué, le 12 novembre 2016, et on dénombre 53 victimes. On entendrait presque les tueurs s’écrier « Pas de Soufis dans nos quartiers, pas de quartiers pour les Soufis ».
(3) Cf. l’hebdomadaire Le Point du 17−12− 2008.
(4) Dans Le Règne de la Quantité, Éditions Gallimard, Paris, 1945, p. 163.
(5) Dans son ouvrage intitulé Le Suicide Français, Éditions Albin Michel, Paris, 2014.
(6) Expression latine signifiant « sous la rose » et désignant l’absolue nécessité du secret en vue d’une action clandestine de la plus haute importance.
(7) Lors d’une émission de TV Libertés et qui, si cela s’avérait, prouverait à quel point nombre de politiciens français, adoubés par l’establishment, ne seraient que des marionnettes.
(8) Les fameux « Bilderberger » promoteurs de la Trilatérale.
(9) Formule prononcée dans Les Compagnons de Baal, célébrissime série française, en sept épisodes, de Pierre Prévert, diffusée sur le chaîne 2 du 29 juillet jusqu’au 9 septembre 1968. Deux mois auparavant les évènements de mai déstabilisèrent De Gaulle et se propagèrent de façon planétaire. Difficile de ne pas imaginer un plan dûment préparé par des « instances » mystérieuses dont Les Compagnons de Baal seraient la transposition feuilletonesque et tragi-​comique. La série a été rediffusée en 2010 par la TNT.
(10) Ou Bald(e)R dans le panthéon viking.

Ceci peut aussi vous intéresser

nice-bobard

Désinformation : Nice Matin, la main dans le sac

Nice-​Matin, qui bénéficie de larges subventions publiques, se pose en référence de l’information et explique …

3 commentaires

  1. MERCI ! MERCI ! MERCI !
    Quel bonheur cet article ! Une lumière dans les ténèbres.
    Bravo, Nice Provence Info ! Continuez !

  2. Avec la déferlante actuelle de l’immigration tout s’accélère. Souvenez-​vous de la France d’il y a seulement vingt ans, regardez bien la France d’aujourd’hui …vous n’aurez pas de mal à imaginer la France de demain ! D’où la question : « Quel sera le sort réservé aux autochtones de souche chrétienne quand ils deviendront minoritaires sur la terre de leurs ancêtres ? » Suivant récit très love story « les corps indécents ». Réponse au choix : Que du bonheur. Sortez vos mouchoirs. Courage fuyons. D’où la nécessité de changer d’ores et déjà nos bonnes vieilles habitudes pour être acceptés par les nouveaux venus comme le précise bien cet opus sentimental et idéaliste. S’adapter ou disparaitre.

    • Marie Clairefontaine

      Cher monsieur Guyon,

      votre message nous éclaire sur les vrais choix : subir ou survivre. Tout est là.
      En France en 1940, par exemple, mais cela se répète tout au long de l’Histoire, il y a des collabos – nombreux – et les résistants – plutôt rares, surtout en 1940 –. Tantôt l’Histoire s’infléchit dans le sens des collabos, tantôt dans les sens des résistants.
      C’est ce que nous vivons en ce moment :
      • ou bien on accepte comme vous, comme les collabos en 1940, l’évolution irrépressible de l’Histoire, et comme vous le dites : « On s’adapte » à l’invasion et àa notre disparition
      • ou bien on n’accepte pas ce qui nous est promis, ce qui nous est annoncé comme inéluctable, voire bénéfique, et on résiste.
      Il semble que vous ayez fait votre choix. Moi aussi, mais ce n’est pas le même car je refuse la disparition de notre civilisation.