Écran fumée dollar

Immigration : l’écran de fumée se dissipe

Nous dénonçons régulièrement dans nos colonnes la sordide collusion entre l’immigration de masse qui est imposée à l’Occident (Europe de Bruxelles et Amérique du Nord) et les grands groupes financiers mondialisés. Lire notamment à ce sujet notre article du 20 septembre 2016 : Le milliardaire George Soros sponsorise l’immigration clandestine.

Les méthodes complotistes des grandes fortunes financières mondiales pour imposer un monde uniformisé, matérialiste, déculturé, uniformisé, métissé, ont berné de nombreux esprits généreux mais naïfs, notamment les « Welcome Refugees ». Une propagande massive et savamment orchestrée à tous les niveaux des responsabilités politiques et médiatiques impose le métissage obligatoire.

Rappelons nous le discours prononcé le 17 décembre 2008 par le président de la République Nicolas Sarkozy, précisément à l’école polytechnique pour mieux humilier l’élite intellectuelle et républicaine du pays à laquelle il n’appartient pas : « Si vous ne voulez pas vous métisser, la République vous y contraindra ».

Sans n’être jamais consulté, le peuple français s’est vu imposer une immigration massive qui bouleverse son identité et sa cohésion. Bruxelles impose des quotas que chaque pays européen doit respecter sous peine de très graves sanctions financières.

Les collaborateurs de cette immigration obligatoire sont à l’œuvre dans tous les cercles du pouvoir : ministères de l’Éducation nationale, de la Défense nationale, du Travail, de l’Intérieur. Tous nos ministres s’activent pour métisser la France. La propagande est enclenchée dès l’école maternelle. Les médias sont mis à contribution pour formater les esprits.Meetic métissageEt puis tant pis si le niveau scolaire baisse, si le QI baisse, si l’insécurité augmente, si des dizaines de quartiers du territoire national sont devenus des zones de non-droit, si le chômage ne baisse pas, si la solidarité nationale se délite, si les déficits budgétaires augmentent. Tant pis pour tout cela. Ce qui compte, c’est de continuer à accueillir toujours et encore plus d’immigrés. Jusqu’à quand ? Jusqu’à la guerre civile ? Personne ne le sait. Personne ne le dit.

À la manœuvre, dans l’ombre, les lobbies immigrationnistes, notamment l’immense nébuleuse des ONG financées par l’argent de la spéculation financière. Voir notre article du 17 août 2016 : Les révélations sur George Soros font aussi des vagues. Seule la presse de réinformation dévoilait cette collusion secrète entre l’argent spéculatif et les associations bienveillantes. La presse bien pensante, bien informée pourtant, se taisait et se tait encore.

Elle est également restée très discrète sur le financement très appuyé de George Soros à la candidate Hillary Clinton qui devait l’emporter afin de dérouler le plan concocté dans les cercles financiers d’un monde sans nation, sans peuples, sans passé ni avenir. Un monde d’abrutis déracinés, et donc malléables.

Hélas ce plan bien orchestré depuis plusieurs décennies dans quelques officines influentes tombe sur un obstacle imprévu : l’élection de Donald Trump. Non seulement il est élu, mais il applique son programme ! Rien ne va plus !

Les mesures de protection visant à restreindre l’immigration aux États-Unis déclenchent un tollé dans toute la planète d’influence américaine. Les manifestants s’insurgent aux aux États-Unis. L’Europe, comme à l’accoutumée, prend le relais. Notre misérable président,

En tête de cette rebellion : tous les patrons milliardaires des groupes californiens de la fumeuse « nouvelle économie ». Airbnb, que nous dénoncions dans nos colonnes, Google, Apple, Budweiser, Starbucks, Uber, etc., tous ceux qui ne paient pas leurs impôts et leurs fournisseurs, , tous ceux qui paient très mal leurs salariés — lorsqu’il y en a  —tous ceux qui sont devenus très vite très riches, sortent enfin du bois pour dénoncer ouvertement les décrets du nouveau président américain. C’est donc que l’immigration de masse leur va bien, à eux en premier lieu.

L’écran de fumée qui masquait les raisons de ces flux migratoires se dissipe enfin. Les vraies causes de ces afflux massifs de populations anthropologiquement différenciées, exogènes, peu éduquées, apparaissent derrière l’écran de fumée qui empêchait la bonne analyse du problème. C’est d’abord l’intérêt des grands groupes financiers de Wall Street.

Les bobos « Welcome Refugees » ne pourront plus dire qu’ils ne savaient pas.

L’élection de Donald Trump a contribué à mettre à jour cette sinistre manipulation. Merci qui ?

Massimo Luce

 

Imprimer cet article

Ceci peut aussi vous intéresser

30 mesures remigration

30 mesures pour une politique de remigration

Vous avez dit : « Remigration » ? Ce néologisme fait son chemin dans la …

Un commentaire

  1. Belle explication !
    Les bobos sauront-ils l’entendre ? Il n’est de pire sourd que celui qui ne veut entendre, nous dit la sagesse populaire. La propagande agit en effet sur l’affection et non la raison.
    S’il y a des lecteurs de gauche raisonnables, ils ne peuvent plus dorénavant prôner l’immigration massive. C’est complètement à l’opposé des valeurs de la gauche.
    Rien n’est perdu : voyez ce qu’il se passe aux USA. Mais chaque jour qui passe est un jour de perdu qui nous entraîne un peu plus vers le déclin.