Pédophilie

Pédophilie des « élites » : le silence des micros…

Nice Provence Info est l’un des rares médias à lever le voile sur une forme protégée de la pédophilie, celle que nous nommions « rose » dans notre article du 26 janvier, La pédophilie noire et la pédophilie rose.

Nous ne pouvons que nous réjouir qu’un autre organe de la presse de réinformation, Paris Vox, fasse lui aussi tout simplement son travail d’information dans un article paru 8 jours plus tôt que le nôtre et que nous reproduisons volontiers ci-​dessous.

Paris Vox – Dorénavant, Paris Vox publiera régulièrement la retranscription écrite de la chronique de commentaire d’actualité d’Arnaud de Robert diffusée dans la Matinale de Radio Libertés. Aujourd’hui, notre chroniqueur revient sur l’incroyable indulgence, notamment médiatique, dont bénéficient en France les “élites” en matière de pédophilie…


J’avais choisi pour cette fin de semaine un thème plutôt positif. Je me dis souvent qu’après vous avoir infligé mes humeurs toute la semaine, vous avez droit le vendredi matin à de la légèreté. Mais non, décidément le réel le plus infâme, le plus sombre nous rattrape toujours. Et ce matin, celui qui m’a mis d’une humeur de chien s’appelle Christophe Bejach. Vous le connaissiez avant aujourd’hui ? Moi non plus. Et pourtant ce type est tout sauf un anonyme. Christophe Bejach, 53 ans, ingénieur et titulaire d’un MBA d’HEC a une carrière plutôt brillante orientée dans l’investissement des deux côtés de l’Atlantique. Passé chez Rothschild, créateur de la société Avion, revendue pour 68 millions d’euros à British Airways, ce strauss-​kahnien convaincu à également un pied en politique. En 2012, il a rejoint l’équipe de Montebourg alors ministre du redressement productif au titre de conseiller à l’aérospatiale. Il est, enfin il était jusqu’au mois de décembre toujours conseiller du candidat Montebourg. Autre fait politique marquant, il est le fondateur du Think Tank de gauche Terra Nova.

Christophe Bejach a été condamné le 14 décembre dernier par un tribunal britannique à 9 mois de prison avec sursis pendant deux ans pour un premier chef d’accusation d’offense sexuelle sur enfant mineure et trois autres chefs d’accusation pour possession de photographies d’enfants indécentes.

Une pointure en somme dans son domaine comme sur le plan politique. Une pointure certes mais un pointeur aussi comme on dit dans le langage des taulards. Et un pointeur de la pire espèce puisque Christophe Bejach a été condamné le 14 décembre dernier par un tribunal britannique à 9 mois de prison avec sursis pendant deux ans pour un premier chef d’accusation d’offense sexuelle sur enfant mineure et trois autres chefs d’accusation pour possession de photographies d’enfants indécentes. L’affaire est salace. Bejach en bon prédateur sexuel écumait les forums internet d’enfants et d’ados à la recherche de proies. Il est entré en discussion avec celle qu’il pensait être la mère de trois fillettes de 8, 10 et 12 ans et qui était en fait un officier de police spécialiste de la traque sur le net des criminels pédophiles. À cette fausse mère, il a raconté vouloir faire des séances de photos avec les fillettes. Il lui a expliqué avoir acheté de la lingerie dans ce but et fantasmer particulièrement sur des filles de 10 ans. À son domicile, les policiers anglais ont retrouvé la lingerie mais aussi des dizaines d’images pédophiles sur son ordinateur dont certaines de classe “A” c’est-à-dire présentant des scènes de pénétration, j’en ai la nausée. Au juge, il a avoué qu’il espérait bien avoir des relations sexuelles avec les fillettes. Ce monstre s’en tire finalement plutôt bien, même s’il devra signer le registre britannique des délinquants sexuels pendant 10 ans. Cette affaire est effroyable, mais elle prend une dimension écœurante quand on compare la forte couverture médiatique qui l’a entourée au Royaume-​Uni avec le silence abyssal des micros et stylo de ce côté-​ci de la Manche.

Cette affaire est effroyable, mais elle prend une dimension écœurante quand on compare la forte couverture médiatique qui l’a entourée au Royaume-​Uni avec le silence abyssal des micros et stylo de ce côté-​ci de la Manche.

Les seuls à avoir réagi sont les tenants de la « fachosphère » : Fdesouche ; le salon Beige, TV Libertés et Breizh-​Info(1). En dehors du site Auféminin.com qui est à saluer pour relayer toutes les affaires de pédophilie, rien dans les médias français, rien, silence. Épouvantable silence, coupable silence.
Comment peut-​il se faire que les organes de réinfo comme TVL ou Fdesouche soient au courant et pas Libé, le Monde, le Figaro, BFM TV ou TF1 ?
Quelle est donc la vile petite raison de ce silence médiatique effarant ? Ne pas gêner Montebourg en campagne ?
Ne pas miner plus encore la primaire de gauche ? Ne pas achever le Parti Socialiste ? Préserver le think tank Terra Nova ? Ne pas réveiller le spectre Strauss-​Kahn ? Ou pire encore, bien pire, occulter volontairement l’affaire pour ne pas dégrader si c’est encore possible l’image d’une classe politique déliquescente, corrompue, déviante et dangereuse.
On se serre les coudes dans l’oligarchie, c’est connu. Quel que soit le motif de ce silence, il fait des tenants de la soi-​disant grande presse les complices de prédateurs pédophiles et ce n’est pas la première fois hélas, contrairement aux scandales de pédophilie dans l’église catholique, eux toujours abondamment commentés et relayés. Décidément la classe médiatico-​politique de ce pays sent de plus en plus le pourri.
Les éliminer n’est plus une question de victoire politique mais une mesure d’hygiène nationale.
Bon week-​end.

[source] Paris Vox

(1) Paris Vox oublie de mentionner Nice Provence Info, mais nous ne lui en tenons pas rigueur.

Ceci peut aussi vous intéresser

Troupeau moutons

La sélection naturelle fonctionne-​t-​elle toujours ?

Toutes les formes de vie apparues sur la Terre, depuis les plus infimes, ont évolué …