Bastien-Thiry

Bastien-​Thiry : l’honneur d’avoir osé

Il y a 54 ans, jour pour jour, c’était le 11 mars 1963, le colonnel Bastien-​Thiry était fusillé au fort d’Ivry. Par des sous-​officiers français. Le dernier des fusillés.

Aîné des sept enfants d’une famille lorraine de tradition militaire depuis plus de trois cents ans — son père Pierre Bastien-​Thiry (1898-​1979) est lieutenant-​colonel d’artillerie et son grand-​père a servi comme capitaine de cavalerie — Jean Bastien-​Thiry étudie à Nancy puis au lycée privé Sainte-​Geneviève avant d’être reçu en 1947 à l’École polytechnique. Diplômé de Sup Aéro, il choisit d’entrer dans le corps des ingénieurs militaires de l’Air et se spécialise dans les engins air-​air ; il est promu ingénieur militaire en chef de l’Air en 1957. Il conçoit le missile sol-​sol Nord-​Aviation SS.10, (puis SS.11) utilisé par l’armée française de 1955 à 1962 et également en service dans les armées américaine (désigné MGM-​21A) et israélienne (durant la crise de Suez en 1956).
[source Wikipedia]

Bastien-​Thiry : l’honneur d’avoir osé par Manuel Gomez

Accusé d’avoir organisé et dirigé l’attentat dit « du Petit-​Clamart », le 22 août 1962, visant de Gaulle, Jean-​Marie Bastien-​Thiry, alors ingénieur militaire et lieutenant-​colonel de l’armée de l’air, comparait devant la cour de justice militaire, présidée par le général Roger Gardet. Il est défendu par les avocats Le Coroller, Dupuy, Isorni et Tixier-​Vignancour.

Cette Cour de justice militaire a été déclarée « illégale » par le conseil d’État en date du 19 octobre 1962.

Fidèle gaulliste jusqu’en 1959, date à laquelle de Gaulle annonce l’autodétermination en Algérie, Bastien-​Thiry n’accepte pas ce virage politique du chef de l’état qui, pour lui, est une ignominie, un déshonneur, un crime contre l’humanité : « Nous n’avons pas à nous justifier devant votre juridiction d’avoir accompli l’un des devoirs les plus sacrés de l’homme, le devoir de défendre des victimes d’une politique barbare et insensée. »

Bastien-​Thiry cite comme exemple le colonel Claus von Stauffenberg qui, le 20 juillet 1944, tenta de supprimer Adolf Hitler : « Les officiers allemands ont dû aussi être douloureusement frappés par le génocide hitlérien des juifs, comme nous le sommes par le génocide gaulliste des Français musulmans ».

Il justifie son acte en déclarant : « C’est une vérité que l’homme contre lequel nous avons agi est à tout moment passible de la Haute Cour, et qu’il suffirait d’un minimum de clairvoyance et de courage de la part des parlementaires pour l’y traduire. Le dossier de ses forfaitures, de ses crimes et de ses trahisons existe, et des milliers d’hommes sont prêts à témoigner de la réalité de ces forfaitures, de ces crimes et de ces trahisons. »(1)

Bien que condamnés à mort, ceux qui ont tiré ce jour-​là sur la DS de de Gaulle obtiennent sa grâce, mais pas Bastien-​Thiry qui, selon de Gaulle, n’a pas pris de risques directs mais mérite d’être exécuté : « Les Français ont besoin de martyrs, osera-​t-​il dire, je leur ai donné Bastien-​Thiry. Celui-​là, ils pourront en faire un martyr, s’ils veulent. Il le mérite. »

Lorsqu’on le réveille, le matin de l’exécution, la première question de Bastien-​Thiry est de connaître le sort de ses compagnons, Bougrenet de la Tocnaye et Prévost. Il est soulagé d’apprendre qu’ils ont été grâciés.

Jean-​Marie Bastien-​Thiry est fusillé au petit matin du 11 mars 1963, au fort d’Ivry. Il est inhumé au cimetière de Bourg-​la-​Reine.

Manuel Gomez

(1) Toutes ses forfaitures, ses crimes et ses trahisons sont relatés dans mon livre J’accuse de Gaulle

Manuel Gomez J'accuse de Gaulle Bastien-Thiry dernier fusillé
Cliquer sur les images pour commander les livres

Ceci peut aussi vous intéresser

Marine Le Pen Nice 27 avril 2017

À Nice, Marine Le Pen en appelle au peuple indomptable

Marine Le Pen avait choisi Nice pour lancer sa campagne du deuxième tour. Elle ne …

Un commentaire

  1. Solange Appert

    Ne pas oublier non plus Roger Degueldre, brillant officier légionnaire parachutiste, exécuté quelques mois plus tôt le 6 juillet 1962 au Fort d’Ivry par de Gaulle.
    Une seule balle seulement l’atteindra, sur les onze du peloton d’exécution. Les autres vont tirer à côté. L’officier chargé de lui donner le coup de grâce s’y reprendra à six fois et devra aller chercher un second revolver avant qu’il ne meure.
    Une exécution digne de l’horrible spectacle d’une corrida. Et encore, même le taureau peut être gracié.

    Les trois premiers officiers ayant refusé l’ordre de former le peloton d’exécution, les capitaines Jean de Balby de Vernon, Michel Cabanes et Michel Martet, sont sanctionnés, rayés des cadres et mis aux arrêts. Les officiers suivants qui ont refusé l’ordre, ont également été sanctionnés.

    Sa compagne, Nicole Gardy, également condamnée à mort, s’enfuit avec toute sa famille en Argentine.

    Que se serait-​il passé si le seul militaire qui l’a atteint avait tiré une balle à blanc avec son arme ?
    Jean-​Pax Méfret en a fait une poignante chanson :
    https://www.youtube.com/watch?v=WTX46vooY4Y

    Je suis contre la peine de mort pour cette seule raison. Je ne confierai jamais ma vie à la justice des hommes, qui restera toujours la justice du pouvoir en place. Quand on voit comment elle fonctionne aujourd’hui…..