Écoute portes

Élise Lucet, la traque sélective

Ce mardi 21 mars sur France 2, Élise Lucet la pourfendeuse des univers impitoyables nous a livré un « Cash investigation collector ». En prime-​time et pendant deux heures nous découvrons l’horreur avec la Pédophilie dans l’Église : le poids du silence.

Élise Lucet déclare : « Nous avons appliqué la méthode Cash investigation à l’Église catholique comme nous le faisons pour toute organisation internationale ». Les catholiques seront ravis d’apprendre que leur religion est mise dans le même sac que les multinationales.

Pendant près d’un an, le journaliste Martin Boudot, en partenariat avec le site Médiapart, a mené une investigation sans concession sur l’un des secrets les mieux gardés de l’Église de France. On notera donc au passage que France 2, chaîne publique, devient la chaîne TV d’info d’Edwy Plenel, alias Médiapart, le perfusé d’argent public. Du très lourd : deux heures d’émission avec de gros moyens engagés pendant un an.

Le décor est planté dès le début puisqu’on annonce que l’Église est responsables de dizaine de milliers d’actes pédophiles. Puis l’émission se déroule crescendo : on commence par la pédophilie « ordinaire » du curé de campagne pour finir au sommet de la pyramide au Vatican chez le pape François. Les pédophiles sont les petits prêtres, leurs complices sont les évêques.

On voyage avec Martin Boudot en mode Tintin reporter, à qui il ressemble un peu.
• le petit reporter dans l’avion sur tous les continents
• le journaleux dans l’avion pour la Guinée et toujours la caméra cachée
• le petit reporter dans l’avion pour l’Argentine : il tombe par hasard sur quelques femmes qui ont à redire sur le Pape François.

Boudot, comme dans un film d’aventure à la Da Vinci Code, enquête jusqu’au bout du monde — c’est la chaîne qui paie toujours — pour finir chez nous dans une congrégation religieuse lyonnaise. Sur un planisphère rétro-​éclairé, on voit l’énorme trafic des déplacement de prêtres qui voyagent à travers le monde pour semer la justice qui les traque. Une multitude de traits rouges qui relient tous les continents en une gigantesque toile d’araignée. Quel travail ! Le trafic d’armes d’armes n’a pas autant de connexions.

Mme Lucet interpelle des dignitaires de l’Église en leur reprochant de ne pas dénoncer à la justice les faits qui leur sont rapportés. Ce à quoi ils lui répondent, chacun son boulot. Que la Justice fasse le sien, le nôtre c’est de pardonner. Après tout, le secret de la confession est un dilemme déontologique qui rejoint celui des journalistes qui vont mener telle enquête et soigneusement esquiver telle autre.

Évidemment il ne s’agit ici en aucun cas de défendre ces pratiques pédophiles immondes. Les coupables de ces actes odieux doivent être poursuivis avec détermination. Pour autant il faut s’interroger sur le choix de la cible de l’enquêtre : la religion catholique. À croire que c’est en son sein exclusivement que sévit cette perversité. Une fois de plus, c’est bien facile, la fatwa ne se décline pas chez les cathos.

Mme Lucet ne fait pas son travail de journaliste. En militante déguisée, elle instruit à charge et sans contradiction. Lamentable. Nous l’avions déjà noté à propos de son émission du 18 octobre 2016 : Christian Estrosi se débat contre la manipulation médiatique.

À titre personnel, j’ai été longuement jeune pensionnaire dans un collège jésuite et je n’ai pas le moindre souvenir de tels faits.

Ensuite, une longue carrière d’enseignant laïque au cours de laquelle j’ai, par trois fois, été amené à faire un signalement à mes autorités sur des actes pédophiles de mes collègues. À chaque fois, on m’a invité à « oublier » l’affaire et aucune suite n’a jamais été donnée.

Les Français attendent toujours que ces journalistes « engagés » mènent leurs enquêtes sur la pédophilie des élites dirigeantes. Mais pour cela il faudrait « en avoir  » ! Il faut bien reconnaître que ce n’est pas le cas de nos deux journalistes de la chaîne publique.

Michel Lebon

Élise Lucet Le Parisien 21 mars 2017
Cliquer sur l’image pour lire l’article
Imprimer cet article

Ceci peut aussi vous intéresser

Pédophilie dans le Var : une justice difficilement compréhensible, vivement un verdict en Cour de Cassation !

Dans un précédent article, nous nous étonnions des déboires d’une mère de famille, Sophie. Inquiète …

2 commentaires

  1. Sans oublier les rabbins pédophiles, mais pour cela aussi il faudrait « en avoir ».
    https://arnauddebrienne.wordpress.com/2010/04/15/et-les-rabbins-pedophiles/

    Que dit le Talmud ?
    Sanhedrin 54b : “Si un homme commet la sodomie avec un garçon de moins de neuf ans, il n’est pas coupable de la sodomie.”
    Sanhedrin 55b : “Il est autorisé à avoir des rapports sexuels avec une fille de trois ans et un jour.” (Les relations sexuelles avec trois ans sont clairement permises aussi dans : Yebamoth 12a, 57b, 60b ; Abodah Zarah 37a ; et Kethuboth 39a)
    Sanhedrin 59b : “Les rapports sexuels avec un garçon de moins de huit ans n’est pas de la fornication.”
    La sodomie est un privilège accepté, et lorsque souillure il y a, c’est le juif qui est souillé d’avoir pénétré le bébé gentil et non pas le contraire.
    Ces âges précis sont qualifiés par le Talmud, comme « être en capacité d’avoir des relations sexuelles. »
    Notre société étant masculine, c’est donc l’âge du garçon qui a été retenu, 9 ans et un jour, car il doit pouvoir tenir l’érection, ce qui n’est pas le cas de la petite fille que l’on peut pénétrer et/​ou sodomiser à n’importe quel âge.
    Tout ceci est clairement documenté dans le livre d’Elizabeth Dilling « The jewish Religion ». Et bien sûr dans tous les textes juifs dont le Talmud version anglaise qui est la version publique la moins expurgée.
    Voici ce que l’on peut lire encore dans le livre d’Elizabeth Dilling :
    « Les bébés garçons peuvent toujours être utilisés comme sujets de sodomie par des hommes adultes, selon le Talmud. »
    « Quand un homme adulte a une relation sexuelle avec une petite fille ce n’est rien, car la fille est moins que rien — à moins de trois ans — c’est comme si on lui met le doigt dans l’œil — les larmes viennent aux yeux encore et encore, comme la virginité revient à la petite fille de moins de trois ans. » (Voir la pièce 136, Kethuboth 11b du Talmud)
    C’est la doctrine officielle de l’ensemble Talmud sur les bébés filles.
    La sodomie et les relations avec les bébés est la prérogative de l’homme adulte talmudique

  2. Vous pourriez déjà faire la même enquête vous ? Elise Lucet est remarquable et elle fait ce qu’elle peut ! elle n’est pas flic ni juge;..que fait la police ?