Danse valse Vienne

Valls à l’envers

Pierre LanceManuel Valls ayant décidé d’apporter son soutien à Emmanuel Macron, une certaine clarification s’opère dans l’épais brouillard qui régnait jusqu’ici dans cette élection présidentielle. 
Dans l’entourage de Benoît Hamon, on crie à la trahison. Mais l’ancien Premier ministre de François Hollande n’avait pas d’autre choix possible, depuis que le candidat officiel du PS se montrait impuissant à s’élever dans les intentions de vote des Français et qu’il était désormais dépassé par Jean-​Luc Mélenchon. 
Personne ne peut se rallier à un perdant sans risquer le suicide politique. Comme le disait Charles de Gaulle : « De toutes les influences, la plus forte est celle du succès. » Et c’est particulièrement vrai en période électorale. Celui qui caracole en tête des sondages attire à lui comme un aimant toutes les épingles et les trombones qui parsèment le plancher. On le vit bien lorsque François Fillon gagna la primaire de la droite et du centre et son succès n’aurait fait que grandir si on ne lui avait pas soudain envoyé ses casseroles à la figure. 
Emmanuel Macron ayant, jusqu’à nouvel ordre, capté l’intérêt d’une foule d’hésitants et de déçus de tous bords en quête d’une nouvelle façon de faire de la politique, il devenait inévitable que tous les caciques socialistes menacés de chômage se précipitent à sa suite. Moyennant quoi M. Macron se retrouve avec un kilo de poil à gratter dans ses chaussettes, car il risque fort de perdre à droite tout ce qu’il gagne à gauche, voire un peu plus. « Je suis un homme de gauche, un progressiste, un social-​démocrate » clamait-​il à tous vents. Emmanuel Valls a repris la même antienne à son compte. 
Du coup Marine Le Pen et François Fillon se feront un plaisir d’affirmer haut et clair qu’Emmanuel Macron agit « sous couverture » et n’est rien d’autre qu’un socialiste plus ou moins bien « lifté ». Sentant le vent tourner, celui-​ci s’empresse de déclarer que ses futurs ministres et députés éventuels auront de nouveaux visages. Mais comme on ne construit pas une nouvelle majorité en quelques semaines, le doute s’installe chez ses sympathisants. 
Rien n’est encore joué, mais l’abstention gagne du terrain…

Pierre LANCE

Ceci peut aussi vous intéresser

Emmanuel Macron fat

Les gaffes du Président Macron

Depuis Les mésaventures du roi Midas du poète grec Ovide, contemporain de Jésus-​Christ, Les fourberies …