Marine Le Pen Nice 27 avril 2017

À Nice, Marine Le Pen en appelle au peuple indomptable

Marine Le Pen avait choisi Nice pour lancer sa campagne du deuxième tour. Elle ne manquait pas, bien entendu, de faire référence à l’histoire de la ville qui la chérit. L’occasion était trop belle de faire référence à la cité grecque Nikaïa, la victoire, qui a donné son nom à la ville. Du reste la salle où se déroulait le grand meeting s’appelle le « Nikaïa ».

Les oreilles de l’ancien maire et actuel premier adjoint, Christian Estrosi, ont dû bourdonner lorsque son nom fut copieusement sifflé, comme il le fut ici même 15 jours plus tôt lors du meeting de François Fillon.

Dans un discours qui enflammera à maintes reprises les 4 000 personnes présentes, Marine Le Pen en appelle à la nation millénaire qui ne doit pas mourir sous les coups de boutoir d’une Europe technocratique et de la finance mondialisée qui a choisi son poulain : Emmanuel Macron. La candidate des patriotes avance qu’elle défend l’« exact contraire » de son concurrent. Cela a le mérite d’être clair. Pour Marine Le Pen, le combat contre le candidat de l’oligarchie ressemble à celui de « David contre Goliath  ». Mais elle a confiance en ce « peuple indomptable » qui surmonta tant de fois les difficultés de son histoire.

La candidate revendique qu’elle souhaite le retour à une Europe des Nations, telle que la voulait le général de Gaulle, dont tout le monde se revendique actuellement tout en le bafouant sans vergogne. Appel lancé aux électeurs Les Républicains qui croient encore aux grands principes du général.

Pour gagner ce 2e tour, il faut aussi à la candidate patriote séduire les électeurs de la « Gauche insoumise » de Jean-​Luc Mélenchon. Cette gauche « insoumise » s’identifiera-t-elle au peuple « indomptable » de Marine Le Pen ? Là est la question.

La victoire de Marine Le Pen dépend de la faculté des électeurs insoumis ou indomptables de droite ou de de gauche à briser la chape de plomb qu’une propagande omniprésente a fini par insérer dans toutes les têtes.

Voilà pourquoi Marine Le Pen reprendra, pour clore son intervention, les mots insufflés par le pape Jean-​Paul II qui ont assuré la libération de la Pologne du joug communiste : « N’ayez pas peur ! ». Il faut du courage pour briser cette chape de plomb qui verrouille encore tant d’esprits. « N’ayez pas peur de défendre la liberté ! » assènera Marine Le Pen en conclusion.

Ce ne sera pas facile compte tenu des armes puissantes et pernicieuses des pouvoirs en place qui ne sont bien entendu pas disposés à lâcher leurs acquis.

Massimo Luce

Les cons voter macron ministre économie Hollande

Ceci peut aussi vous intéresser

Exode rapatriés Algérie 1962

Lorsque la France n’allait pas même sauver ses propres naufragés

27 juin 1962 : deux navires de guerre espagnols sauvent plus d’un millier d’Oranais Ils attendaient …