Les présidentielles dans notre département : et la suite ?

Première remarque générale, les résultats sont loin de la moyenne nationale :

– Macron 55,38 % dans le 06 contre 66,10 au national

– Le Pen 44,62 % dans le 06 contre 33,90 au national.

L’implantation du Front National reste très importante. Sur les cinq communes qui avaient voté Mélenchon, quatre passent chez Macron. Et Macron qui ne détenait que 5 communes (dont Valbonne) obtient la majorité départementale.

Parmi les villes « conservées » par le FN, on en note quatre importantes : St Laurent du Var, Carros, Beaulieu et bien sûr Menton, ce qui confirme ce que j’écrivais il y a quelques jours (lien).

Et maintenant ? Quelle suite pour les législatives ? Les listes estampillées « République en Marche », le nouveau sigle macronien sauront-​elles s’imposer en cette terre droitière ? Qui trouvera t-​on en face, à côté du FN ?

C’est certain, la guerre entre Eric Ciotti et Christian Estrosi va à cette occasion éclater au grand jour. Le second s’est tout de suite empressé pour féliciter le nouveau président de la République fraîchement élu. On parle de 6 tweets de félicitations envoyés… Un premier pas vers sa macronisation ? En tous cas, il fustigeait François Baroin qui menaçait d’exclure les « Les Républicains » sensibles aux charmes des sirènes de l’ex banquier de Rotschild : « Le premier mot dans ma famille politique, au lendemain de la victoire d’Emmanuel Macron, ça doit être rassemblement, ça ne devrait pas être exclusion. Si on part sur le mot exclusion plutôt que sur le mot rassemblement, c’est la radicalisation pour les législatives telle que nous l’avons eue pour la présidentielle, et comme les mêmes causes produisent les mêmes effets, vous avez l’échec assuré »

Christian Estrosi parle de trois circonscriptions qui pourraient éventuellement glisser vers le FN, et pour lesquelles sa présence dans le département est donc vitale. Refera t-​il le coup des régionales en s’alliant avec l’opposition macroniste ? Quelle sera son attitude en cas de triangulaires En Marche, LRFN ?

En marge de ces considérations, on apprenait hier soir lundi, que Philippe Pradal, avait remis sa démission au préfet. Pour nos lecteurs qui ne sont pas de la région (et même pour d’autres…) Philippe Pradal est le maire de Nice, dont le premier adjoint pour cause de cumul des mandats est.… Christian Estrosi !

Bien entendu, cette place de premier magistrat n’allait pas rester vacante.…

Et le premier adjoint en question, d’annoncer à la suite sa propre démission.… de la présidence du conseil régional. Présidence que, on s’en rappelle, il avait obtenue en magouillant avec ses amis socialistes qui s’étaient purement et simplement retirés au deuxième tour, acceptant ainsi de ne pas siéger du tout, au mépris de toute déontologie démocratique.

Ce mandat sur l’importance duquel il avait tant insisté en rappelant les risques courus par la région de tomber dans l’escarcelle de l’extrème droite… il l’abandonne ainsi au milieu du gué.

Et il annonce dans la foulée, sa volonté de reprendre… sa place à la mairie de Nice !!!!

« Ma seule ambition, c’est de servir ma ville et ma Région, pas d’entrer au gouvernement », expliquait-​il sans rire hier soir devant les journalistes. Il déclare également vouloir être à la première place lors de la commémoration de l’attentat islamiste du 14 juillet. Volonté peut être un peu risquée, puisque sa responsabilité dans cet événement a quand même été plusieurs fois évoquée, et que les conclusions ne sont toujours pas délivrées. Encore une affaire à suivre.

Patrice LEMAITRE, 9 mai 2017

Ceci peut aussi vous intéresser

Emmanuel Macron

Jean Sévillia : « La colonisation et le non-​sens historique d’Emmanuel Macron »

Alors qu’Emmanuel Macron a qualifié la colonisation de crime contre l’humanité, Jean Sévillia explique pourquoi …