Tuberculose 2015

Migrants et maladies infectieuses : le grand silence

Au moment où l’on apprend avec circonspection la condamnation timorée (toujours avec sursis) en appel du sieur Herrou, grand passeur d’âmes étrangères, et que l’affaire des 11 vaccins obligatoires bat son plein en France, nos voisins allemands retrouvent une peur qui avait bel et bien disparu.

En France la question n’est même pas posée, et le serait-​elle, les questionneurs seraient probablement vite mis au ban de la liberté d’expression.

L’honnêteté intellectuelle voudrait que l’on dénonce avec force les dégâts de la politique irresponsable d’immigration. À tous les dégâts économiques et sociétaux notamment s’ajoute aujourd’hui la peur de la maladie. Ce que nos voisins d’outre Rhin sont en train de découvrir peut faire froid dans le dos.

Nombre de maladies éradiquées ou rarissimes en Occident sont de retour à cause de cette immigration non contrôlée. Le cas le plus parlant est celui de ce demandeur d’asile yéménite logé dans une église à Bünsdorfer pour lui éviter l’expulsion et qui aurait contaminé cinquante bambins avec la tuberculose, cette maladie étant remontée depuis dans la classification des maladies les plus contagieuses. Mais la tuberculose n’est pas la seule à remonter dans ce sinistre tableau. Dans l’Allemagne de la chancelière Merkel, la situation devient de plus en plus dangereuse, comme vous pourrez le lire dans cet article de la presse belge : Le lien est fait mais il ne faut pas le dire :

Du botulisme à l’échinococcose, de la syphilis à la tuberculose, le tableau est clair et pourtant sombre :
• Hépatite B : + 300 % les trois dernières années.
• Rougeole : 2014 et 2015 : + 450 %
• Tuberculose : 2 014 : 4 488 cas, 2015 : 5 915 cas : + 32 %

En 2015, les migrants ont contribué à 40 % des nouveaux cas de sida.

Un médecin interrogé par FOCUS a mis en évidence le fait que les autorités allemandes ont perdu la trace de centaines de milliers de migrants qui peuvent être infectés. Et surtout il a voulu souligner les 40 % des agents pathogènes de la tuberculose qui se répand et résistent aux thérapies. Chose commune à toute l’Europe, Italie comprise, la bactérie s’est transformée et ne réagit plus aux antibiotiques qui l’avaient vaincue depuis 50 ans.

Heureusement, notre gouvernement pense à nous protéger, et nous oblige à vacciner nos enfants… Encore une conséquence du « vivreensemble ».

Patrice LEMAÎTRE

Ceci peut aussi vous intéresser

Defend Europe

L’initiative identitaire : « Defend Europe  »

Les « Identitaires » forment un mouvement international qui recoupe diverses tendances. C’est, aux yeux des médias …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*