Cédric Herrou passeur Vallée Roya

Un saint homme nommé Cédric Herrou

Pierre LanceCampé sur une bonne conscience en fer forgé, cet « agriculteur militant » vient d’être condamné à 4 mois de prison avec sursis pour « aide à l’immigration clandestine ». Il avait déjà été condamné en février 2017 à 3 000 euros d’amende (toujours avec sursis) par le tribunal correctionnel de Nice pour avoir été chercher des migrants sur le sol italien et les avoir fait pénétrer sur le territoire français(1).
Ces condamnations purement symboliques ne sauraient décourager le saint homme animé par une générosité humaniste d’envergure planétaire et je présume que la curie vaticane lui prépare un autre procès, mais celui-​là… en béatification. 
Je me demande ce qui est le plus désolant dans cette affaire, du laxisme éhonté de la justice française ou de l’inconscience vertigineuse du condamné, lequel a déclaré, après l’annonce du verdict : « Je suis en colère, mais je ne m’arrêterai pas du tout. Au contraire, on va mieux s’organiser pour mieux continuer. » Car figurez-​vous qu’il est en colère le bougre ! Eh bien moi aussi je suis en colère, en colère contre lui, et des millions de Français avec moi, contre cet irresponsable qui serait capable, s’il en avait les moyens, d’affréter des navires pour aller chercher sur les côtes africaines tous ceux qui voudraient venir en France jusqu’à l’étouffement complet de notre nation. 
Cédric Herrou se croit sans doute généreux, et il est facile de l’être aux frais de ses compatriotes. Mais il n’est rien d’autre qu’un traître qui s’ignore et j’estime que le ministre de l’Intérieur devrait le poursuivre pour « atteinte à la sûreté de l’État», ce qui devrait lui valoir des peines autrement sérieuses que ces ridicules condamnations « avec sursis ». 
Il arrive toutefois que la « Justice immanente » se charge de corriger les erreurs de la justice humaine. Et comme parmi les migrants affectueusement accueillis par notre saint homme figurent certainement ou vont bientôt figurer des membres de Daesh camouflés fuyant leur déroute syrienne, je ne serais pas tellement surpris d’apprendre un de ces quatre matins que le sieur Herrou est parti en fumée dans un attentat terroriste. 
Car nous vivons une époque étrange où voltigent partout les boomerangs.

Pierre LANCE

(1) Voir notre édition d’hier La Justice reste très clémente à l’égard des passeurs

Ceci peut aussi vous intéresser

Nice Palais Justice 13 octobre 2017 Défendre Roya

Deux associations citoyennes pour une même vallée

Comme nous l’annoncions dans notre article du 10 octobre Défendre la Roya… citoyenne !, c’est aujourd’hui …

2 commentaires

  1. Olala mais qu’est-ce que vous êtes CON 😮 ça devrait pas être autorisé en France. Payez vous un minimum d’éducation…

  2. Alberto Da Giussano

    Tiens le revoilou notre taré post-​1968 au regard halluciné…
    Alors juste le conseil amical d’un rital identitaire qui respecte son pays et le sien pour de vrai, lui : 

    HOLÀ CÉDRIC HERROUOUI C’EST BIEN À TOI QUE JE M’ADRESSE

    Ecco :
    Je connais malheureusement les us et coutumes des divers ‘’scafistes’’ (trafiquants) qui comme toi vivent de la traite négrière.
    Qu’ils soient maghrébins, libyens, turcs, kurdes, albanais ou même mafiosi italiens ; au moins eux n’ont pas la malhonnêteté de revendiquer faire ce très lucratif trafic (merci Soros, merci Bruxelles !) par ‘’humanisme’’ (l’humanisme étant une chose qu’ils méprisent ‘’religieusement’’) … mais tout simplement pour en tirer un paquet de pognon.
    Fait bien gaffe à toi HERROU car pour eux, qui ne répugnent pas non plus à pratiquer le proxénétisme, tu ne vaux pas mieux qu’une tarée qui irait faire des passes gratuitement au bois de Boulogne… *
    Le jour où tu auras fini de leur faire du buzz par l’appel d’air que vous provoquez, en Afrique et ailleurs, à vous tout seuls, toi et les tiens façon Bové, et que tu ne leur occasionneras plus qu’un ‘’manque à gagner’’, je ne te décris même pas avec quel mépris et avec quelle jouissance ils te découperont, encore tout vivant, en rondelles avant de les jeter en s’esclaffant de rire dans quelque fosse putride.
    Point final de ta triste ‘’carrière’’.

    Ce n’est sûrement pas les trois navets et quatre carottes pouraves que d’aucuns t’ont vu une fois ou deux (mais pas plus) essayer de vendre sur un marché local qui doivent suffire à assurer tes nombreux frais de justice, d’hébergement et de transport de migrants clandestins ?
    CELA EST FINANCIÈREMENT TECHNIQUEMENT IMPOSSIBLE !

    * Gratuitement ?