A Vugi la Roya

Réponse de A Vugi d’a la Roya au procureur de Nice

Réponse de Rodolphe Crevelle de Borga
aux propos incendiaires du procureur de la République de Nice

Monsieur Prêtre…

Malgré votre patronyme, vous savez que je sais… Je sais que vous êtes franc-​maçon et je publierais d’ailleurs dans un prochain numéro le nom de votre loge redoutable ainsi que de ses principaux membres… Mais là n’est pas aujourd’hui la question.

Vous venez de commettre contre une poignée de commerçants royasques, sélectionnés arbitrairement, une mesure qui fera date dans la jurisprudence française. Désormais, dès que le quotidien Libération ou l’hebdomadaire l’Express seront condamnés pour diffamation, ce sont les 10.000 marchands de journaux français qui seront condamnés pour « complicité » et quand ce sera le quotidien gratuit « 20 minutes », on traduira devant les juges : les porteurs, les livreurs, et mêmes jusqu’aux bancs de Paris qui portent les liasses de journaux !

Monsieur Prêtre, vous n’êtes juridiquement pas sérieux… Vous perdez vos nerfs… Votre loge vous a hystérisé… Vous devenez dangereux. Et surtout, vous venez de commettre une erreur politique : après avoir systématiquement refusé de condamner Monsieur Cédric Herrou et tous ses complices, dont le franc-​maçon George Faye et quelques dizaines de vieux gauchistes, tous des passeurs en mal de sainteté tardive, vous vous en prenez à quelques commerçants innocents alors qu’ils furent au moins 30 à distribuer le journal… Comment expliquerez-​vous cet arbitraire, sinon par une volonté de vous en prendre directement et activement par intimidation, à notre réseau de distribution, ce qui n’est pas, il me semble, votre métier d’origine…

Dans la presse, vous vous répandez de façon facile à mon endroit puisque vous savez que vous pouvez à bon compte, sur mon dos, vous constituer une posture de démocrate impeccable, c’est-à-dire, en l’occurrence, de défenseur des gauchistes qui sabordent toutes les défenses frontièristes de notre malheureux pays.

Vous dîtes très démonstrativement que mon journal est un « brûlot« . Et alors ?
« Écrit dans un style excessivement polémique« .. Et alors ?
« Avec des attaques ad hominem » et alors ?
Est-​ce que tout cela est interdit dans votre République ?
Est-​ce que moi je pense à vous trainer en justice parce que vous avez qualifié mon travail de “tordu”, “très tordu”, avouant au passage que vous avez devant vous, avec notre journal, une sorte de valise sans poignée bien difficile à caractériser avec d’autres moyens que l’émotion hilarante du gauchiste plaideur devant un journal qui se fout de sa gueule.

Est-​ce vous, monsieur Prêtre, arbitre des élégances et des styles, qui voulez soviétiser la vallée de la Roya de façon à ce qu’il n’y existe plus qu’une seule voix : celle de Monsieur Herrou, montrant en cela au grand jour la complicité objective entre les sans-​frontièristes Herrou, Sorros et Macron ?
Quoi qu’il en soit, monsieur Prêtre, sachez que la population de la vallée vous a parfaitement compris. Elle sait dorénavant par quelle bande féroce, susceptible et nerveuse elle est dirigée.
Voulez-​vous donc être le premier magistrat français à faire naître un journal clandestin depuis l’occupation allemande ? Est-​ce cela que vous voulez ? On le dirait…

Rodolphe Crevelle de Borga
Directeur de la publication de A Vugi d’a la Roya

Ceci peut aussi vous intéresser

Barbecue Fontan Vugi Roya 15 octobre 2017

Vallée de la Roya : c’est la faute à l’extrême droite !

Nos colonnes se font l’écho des appuis financiers et médiatiques importants dont bénéficie Cédric Herrou, …