Jean-Yves Le Drian

Mais pourquoi Le Drian s’obstine-t-il dans le camp des perdants ?

La France n’aurait jamais dû s’allier aux États-​Unis
dans son dessein de destituer le dirigeant syrien Bachar el-​Assad

Ce plan illégitime et belliciste s’est appuyé sur des factions islamistes radicales que la coalition occidentale, avec la contribution de l’Arabie saoudite et d’Israël, a financées, formées, armées. Ces factions terroristes ont déployé les pires massacres et supplices que l’on avait connus depuis bien longtemps. C’est une honte pour notre pays que le temps n’effacera jamais.

Nice Provence Info dénonce l’implication infâme de nos dirigeants dans cette très sale guerre (lire par exemple notre article du 18 mars 2015 : La France trouvera-​t-​elle aussi son chemin de Damas ?).

Nous aurions dû, au moins et de façon opportuniste, nous retirer de la coalition sous commandement américain dès lors qu’il était clair que ce plan odieux ne fonctionnait pas. Ceci aurait permis de nous retrouver dans une position diplomatique moins pénalisante pour les années à venir. La France a une longue histoire au Moyen Orient qui aurait pu ainsi être préservée.

Dès son arrivé au pouvoir, le nouveau président Macron tentait bien de sauver les meubles en déclarant que « le départ d’Assad n’est “plus une condition préalable” pour la France ». Au grand dam de la presse soumise : « Entre Bachar al-​Assad et le peuple syrien, Macron choisit Poutine » comme le titrait amèrement Libération le 23 juin 2017 (comprenez : « entre le mal et le bien, Macron choisit le mal »). Hélas pour la presse mainstream, le plan de destitution du président syrien n’a pas fonctionné, même si elle aura bien du mal à le reconnaître puisqu’elle donne le « la » de la politique intérieure et extérieure des pays occidentaux. Ce désaveu par les faits est difficile à passer car il induit une perte d’influence objective.

Après les dernières victoires décisives de l’armée légitime syrienne, aidée par l’aviation russe, notamment à Deir Ezzor, l’échec du plan occidental est patent. L’émissaire de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, appelle les rebelles à négocier : « L’opposition syrienne doit reconnaître sa défaite ». Et nous apprenons qu’Emmanuel Macron doit se rendre très prochainement en Russie pour y rencontrer le président Poutine.
Ticket perdant film Thierry PeninC’est à ce moment-​là que Jean-​Yves Le Drian, qui a fait tout faux en tant que ministre des Armées, en remet une couche en tant que ministre des Affaires étrangères. Alors que tout est plié à présent, il déclare complètement à contre-​courant sur RTL : « On ne peut pas construire la paix avec Assad ». Glup ! Quelle mouche l’a piqué ?
Cela contredit de manière ostentatoire les propos du président de la République, premier responsable de la diplomatie française. Pourquoi Le Drian ne démissionne-​t-​il pas s’il n’est pas d’accord avec son « patron » ? Pourquoi cette provocation ? On peut dire que cela ne fait pas sérieux dans les chancelleries et finit de discréditer la diplomatie française.

Georges Gourdin

Complément d’information du vendredi 8 septembre 2017 :
Face à la défaite annoncée, les Américains évacuent « leurs combattants » de Syrie :
« Plusieurs chefs de guerre de Daesh, qui étaient en contact avec les services secrets américains, ont été évacués d’urgence de la région de Deir ez-​Zor vers des régions plus sûres durant les dernières semaines d’août, après les succès rencontrés par les troupes gouvernementales syriennes dans l’est de la Syrie», indique une source militaire et diplomatique sûre.
Toujours selon cette source, le 26 août dernier, un hélicoptère militaire américain a notamment évacué deux chefs de guerre de Daech « d’origine européenne » et les membres de leurs familles de la localité d’al-Treif située au nord-​ouest de Deir ez-​Zor.
Le 28 août, des hélicoptères américains ont transporté une vingtaine de chefs de guerre et terroristes de Daesh d’Albu Leil, située au sud-​est de Deir ez-​Zor, vers le nord de la Syrie.
[source]

Ceci peut aussi vous intéresser

Victimes attentat Marseille 1er octobre 2017

Attentats djihadistes : fini les grands discours !

Pendant que le gouvernement espagnol faisait preuve d’une autorité largement excessive en Catalogne où quelques …

4 commentaires

  1. Frédéric Pastorino

    La France portera longtemps la honte de cette guerre ignoble.

  2. S’agissant du « complément d’information » : comme celles de Russia Today les affirmation de Sputnik sont à prendre avec précaution sachant que ce sont, en grande partie, des outils d’influence pour ne pas dire de propagande.

    • Nous sommes bien conscients de la position et du rôle de Russia Today et de Sputnik que vous citez.
      Nous avons repris cette information car elle nous semble tout à fait crédible car :
      • ces sites, bien que bannis par la presse mainstream, n’ont jamais été pris en flagrant délit de « fausse information » contrairement aux sites de propagande convenus ; cette information n’a pas été et ne sera pas démentie ;
      • cette information est cohérente avec toutes les informations qui montrent que les États-​Unis, à travers la CIA et des officines glauques, ont soutenu et soutiennent Daesh en Syrie ;
      • le fait que la presse dominante ne relève pas cette information ne doit pas nous empêcher la publier puisque telle est notre mission.

  3. Bravo pour votre critique de la position française sur la Syrie au temps des Sarkozy-​Juppé-​Hollande-​Fabius, et pour souligner la contradiction entre Le Drian et Macron, sauf si c’est une façon de corriger un peu la position de Macron, à sa demande… vu les cris d’orfraie des opposants émigrés depuis quelques décennies et ceux de Netanyahu auprès de Poutine.