Voiture électrique

La voiture électrique : une solution qui pose problème

Pierre LanceNicolas Hulot s’est vu dans l’obligation d’annoncer le report de la fermeture de nos centrales nucléaires à 2030, voire 2035. Et il a été aussitôt hué par les écologistes politiques et accusé de « reculade ». Mais ce n’est pas lui qui recule, ce sont tout simplement les Français. Depuis des années, on nous rebat les oreilles de la voiture électrique, dont le développement attendu devrait résoudre nos problèmes de pollution. Et à chaque fois que j’entends ça je me dis : « Mais où vont-​ils prendre l’électricité pour recharger les batteries de ces voitures ? »
Si le parc automobile français n’était composé que de véhicules électriques (voitures mais aussi autobus, autocars, utilitaires, etc.), ce qui est l’objectif affiché pour l’avenir, nous devrions produire 2 à 3 fois plus d’électricité qu’aujourd’hui. Comment y parvenir si nous voulons fermer nos centrales nucléaires ?
Car les Français ne sont pas raisonnables. Ils redoutent la pollution, les accidents éventuels des centrales et leurs déchets radioactifs, mais ils veulent aussi rouler en voiture et remplir leurs logements de radiateurs, de climatiseurs, de ventilateurs, d’ordinateurs, de lave-​linges, de cuisinières et de gadgets qui induisent une augmentation constante et phénoménale de la consommation d’électricité.
Notez que les Indiens et les Chinois font encore pire : Ils sont en train d’asphyxier leurs enfants (trop nombreux il est vrai) pour faire comme nous ou comme les Américains, auxquels le Président Donald Trump promet un avenir irrespirable au nom du progrès industriel.
Les incendies se propagent, les glaciers fondent, les océans s’élèvent, et nous voyons le feu et l’eau s’associer pour nous détruire ! En somme, l’humanité se précipite vers la mort en hurlant « Vive la Vie ! ». Quelle incroyable incohérence !
Le pauvre Nicolas Hulot s’est donné une année de ministre pour voir s’il peut vraiment être utile. Je peux lui donner tout de suite la réponse : Il ne pourra RIEN tout seul contre la passivité du peuple. Si les Français (et bien entendu tous les autres) ne sont pas capables de changer radicalement leur mode de vie, de réduire drastiquement leur consommation électrique, d’exploiter, même individuellement, toutes les ressources d’énergie non polluante et renouvelable et de se prendre la tête dans les mains pour réfléchir sérieusement à l’avenir de leurs enfants, nous serons tous inexorablement foutus ! Sauve qui veut !

Pierre LANCE

Ceci peut aussi vous intéresser

Pollution air Chine

Papy Trump veut-​il sacrifier ses petits-​enfants ?

Ainsi donc, le Président Donald Trump semble décidé à tourner le dos à l’écologie, à …

12 commentaires

  1. Même si le parc de véhicules électriques était de 100 %, la consommation d’électricité n’augmenterait que de très peu : la recharge se fait surtout la nuit (période où l’on produit trop).
    Pour raffiner 1 litre de pétrole, il faut plus d’1 Kwh d’électricité (faites le calcul).
    À par ce gros mensonge, pour le reste je suis d’accord avec vous !!!!!
    Cordialement

  2. Je peux faire des erreurs, mais je ne mens jamais !
    Et si vous croyez qu’avec 100 % de véhicules électriques (ou même seulement 75 %) les recharges se feraient surtout la nuit, vous rêvez. L’autonomie étant insuffisante pour de longs trajets, beaucoup d’automobilistes utiliseraient nécessairement des bornes publiques de jour.
    Et s’il est vrai que l’électricité est, dans les circonstances actuelles, davantage disponible la nuit (heures creuses), n’oubliez pas que le parc automobile français compte actuellement environ 40 millions de véhicules. Dès que la majorité d’entre eux sera électrique, la consommation sera phénoménale, même de nuit.

    • Bonjour
      vous m’avez répondu, c’est bien.
      En parlant de mensonges c’était pour vous faire réagir
      Il est vrai que l’idéal serait de ne plus consommer (mais ce n’est pas réaliste).
      le VE n’est pas forcément idéal mais globalement sur sa vie la vie des batteries qui n’arrêtent pas de progresser, l’efficience des VE par rapport au thermique n’est plus a démontrer.
      Sur sa vie, la durée des batteries (qui ont une 2e voir une 3e vie), le VE polluera 3 à 5 fois moins qu’un thermique.
      Les études qui ne tiennent pas compte de l’énergie nécessaire pour extraire transporter, transformer, retransporter ce cher pétrole jusqu’à notre réservoir (volontairement?????) disent qu’il ne faudrait pas plus de 20 a 30 % d’éléctricité en plus pour alimenter un parc a 100 % VE.
      Par ailleurs il faut plus de de 2 Kwh d’électricité consommée pour que notre carburant arrive dans notre réservoir (faites le calcul).
      Et cela bien sûr sans compter tous les méfaits annexes liés à toute l’industrie pétrolière (et ses millions de morts).
      Que pensez vous de ce que j’avance ?

    • Vous oubliez simplement que d’ici que le parc soit 100 % électrique et même seulement 10 %, l’autonomie des VE aura largement augmenté, (on est passé en 5 ans de 150 à 300 km et plus) et qu’on pourra faire des grands trajets, rouler toute une journée sans avoir besoin de recharger.

      Après il est facile de calculer combien de centrales il faudrait en plus pour un parc automobile 100 % électrique.
      En France il y a 115 GW (dont 70 GW de Nuc) de capacité de production installée.
      Ce qui potentiellement permettrait de produire un peu plus de 1 000 TWH sur une année, si on utilisait 100 % de cette capacité, ce qui bien évidemment n’est pas possible. Par contre 70 % c’est parfaitement réaliste, donc 700 TWH. Or on consomme en France moins de 500 TWH d’électricité par an, il y a donc une différence de 200 TWH entre la consommation et la production possible.
      37 millions (parc automobile actuel, VP + VU) de VE parcourant 12 000 km par an, (kilométrage moyen d’une voiture en France) consommeraient 18 KWH au 100 (consommation à la prise et c’est plutôt moins) donc 18 x 120 = 2 160 kWh x 37 000 000 = 80 000 000 000 kWh soit 80 TWH
      Il faudrait faire passer la production de 500 à 580 TWH, et en encore j’ai pris beaucoup de marge. Il est probable que la consommation des VE va beaucoup baisser dans les années à venir. Ceux qui sortent aujourd’hui consomment déjà beaucoup moins que ceux qui sortaient il y a cinq ans avec lesquels j’ai bâti ma démonstration.
      Ce qui veut dire qu’en théorie on pourrait faire rouler la totalité du parc automobile français sans avoir besoin de moyens de production supplémentaires, mais simplement en les utilisant plus longtemps, la nuit par exemple, justement quand on peu recharger les VE, puisqu’on dort.
      Je dis bien en théorie car dans la pratique c’est un peu plus compliqué, car il faudrait pouvoir lisser la consommation sur l’année. Mais justement le VE peut être un outil de lissage en réinjectant dans le réseau une partie de l’électricité stockée dans ses batteries, lors des pics de consommation.
      Enfin si, comme le veut le ministre, on ne vend plus que des VE en France à partir de 2040, le parc ne sera entièrement électrique qu’aux alentours de 2060, ce qui nous laisse largement le temps d’adapter notre réseau de distribution et nos moyens de production, si besoin. Je rappelle qu’en 20 ans dans les années 80/​90, la France a mis en service 58 réacteurs nucléaire, ici on parle de 40 ans.
      Donc clairement cette histoire de production d’électricité, de centrales supplémentaires, est un faux problème, régulièrement agité par les lobby anti-​VE, et ils sont nombreux.
      Il est juste dommage que ça soit pris pour argent comptant par de nombreux sites sur internet qui ne se donnent pas la peine de vérifier la réalité des chiffres.

  3. Dans mon précédent commentaire j’ai oublié de préciser que les 2 kwh étaient pour 1 litre de carburant.
    Dans ce cas l’électricité consommée est supérieure comparativement à ce que 1 litre d’essence pourra nous faire déplacer (soit 15 km avec un litre d’essence en moyenne et au moins 20 km pour un VE avec 2 kwh d’électricité (cherchez l’erreur).
    Cordialement

  4. Sébastien Maccagnoni

    Hello,

    Même sans charger uniquement la nuit, dire qu’il faudrait doubler ou tripler la production d’énergie, c’est vraiment n’importe quoi. Mettons ça sur le compte de l’erreur, je ne vois pas quel serait votre intérêt de mentir. D’ailleurs, vous ne citez aucune source pour ces chiffres.

    De mon côté, j’ai calculé que, si tout le parc de voitures particulières passait au 100 % électrique et ceci de manière non raisonnée et en privilégiant le nucléaire, il faudrait ajouter 9 à 15 réacteurs nucléaires aux 58 actuels : cela représente une augmentation de 15 à 25 % de la production d’électricité, pas 100 à 200 %.
    https://www.maccagnoni.eu/2015/01/les-voitures-electriques-et-la-production-electrique-francaise/

    Par ailleurs, n’oublions pas que, si on passe de l’essence à l’électrique, il n’y aura plus besoin de dépenser l’énergie actuellement dépensée pour produire et transporter l’essence ! Et mine de rien, ça représente énormément d’énergie (voir le PS de l’article sus-​lié).

  5. Verhaeghe Antoine

    Bonjour,

    Pierre Lance : « Nous devrions produire 2 à 3 fois plus d’électricité qu’aujourd’hui »

    Je me permets de réctifier :
    Consommation d’une voiture électrique en moyenne : 15 kWh/​100 km
    Kilométrage moyen des voitures françaises par an : 14 000 km/​an
    Nb de voitures du parc francais : 40 000 000
    Consommation de l’ensemble du parc auto si 100 % électrique : 100 TWh/​an
    Consommation électrique en France aujourd’hui : 480 TWh/​an

    Soit augmentation de la production électrique de 20 % pour couvrir 100% des voitures électriques.

    Antoine

  6. Le but premier est de réduire la quantité de VT en zone très peuplée. Le passage au 100% électrique si il arrive un jour, n’est pas pour demain ni après demain.

    En attendant, le développement des EnR et la réduction de la consommation doit être la priorité. Et comme dit dans un autre commentaire, le VE participe à cette réduction de la consommation (pétrole et électrique en heure de pointe).

    Vous parlez d’autonomie insuffisante pour justifier une consommation de jour. C’est oublier que la majorité des français ne parcourt pas plus de 80km/​jour et que l’autonomie des VE est dès aujourd’hui supérieur. Ceci sans parler des VE récents qui peuvent parcourir 300 km sur une charge.

    Un Grassois qui roule en VE alimenté aux EnR 🙂

    • Détrompez vous !
      À partir de 2020 le nombre de VE va exploser du fait que nous sommes à la préhistoire des batteries qui vont progresser dans tous les domaines très rapidement : capacité, vitesse de charge, durabilité, prix, fiabilité, pollution générée lors de leur fabrication…
      De plus le réseau de recharge se développe à toute vitesse.
      Donc je pense que si les aides sont prolongées, il se vendra plus beaucoup de VE dans dix ans, d’autant que lors de leur revente, ils ne vaudront quasiment rien.
      Bonne journée

  7. Les moteurs électriques sont fabriqués à partir de terres rares, en majorité en Corée du Nord, dont l’extraction est extrêmement polluante et dangereuse (Empoisonnement des nappes phréatiques).
    Que les communes donnent déjà l’exemple en réduisant leur astronomique consommation d’électricité !!!

  8. Les moteurs électriques sont fabriqués à partir de terres => Oui, pour aimants des moteurs électriques, ce n’est pas le cas pour tous les moteurs, comme ceux de la Zoé (entre autre) qui a un moteur synchrone à rotor bobiné. Ils utilisent des bobinages pour créer le champ rotorique et ne nécessitent pas d’aimants permanents utilisant les terres rares…
    Voir l’article : https://www.expert-ve.fr/moteur-onduleur-ve.html
    Sinon on commence à pouvoir s’en passer :
    http://www.caradisiac.com/honda-un-nouveau-moteur-electrique-qui-se-passe-de-terres-rares-109128.htm

    Ou bien alors continuons la fracturation hydraulique pour récupérer du pétrole, au moins ça, ça ne pollue pas ! ;-(

  9. Monsieur Lance, vous avez raison sur un seul point, il faut baisser notre consommation d’énergie.
    Mais alors, pourquoi vous attaquez vous au véhicule électrique, lui qui a un rendement proche de 90 % alors que celui du véhicule thermique tourne autour des 30 %. D’autres posts ont bien expliqué le problème, même en passant tout le parc automobile actuel en électrique, notre consommation électrique n’augmenterait que très peu (voir les post précédent, 20% au maximum). Mais cette augmentation ne tient pas compte de la diminution d’une autre consommation électrique importante, celle des raffineries, des recherches pétrolières, de la fracturation hydraulique, des transports maritimes et routiers de tout ces produits dangereux (et les désastres écologiques qui arrivent de temps en temps, golfe du Mexique, littoral breton, etc..).
    Une voiture électrique consomme en moyenne 15 kWh pour faire 100 km. Avec le rendement de la production, distribution, et de la recharge, on arrive à 25 kWh pour 100 km roulés. Une voiture thermique moyenne, qui consomme 6 litres de carburant, a déjà dépensé 12 kWh pour amener ces 6 litres dans le réservoir. Et 6 litres d’essence, c’est environ l’équivalent de 60 kWh. Cette voiture thermique a donc consommé 72 kWh pour faire 100 km. À comparer aux 25 de la voiture électrique.
    À méditer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *