Veau or

Black Friday : la marque de notre décadence

Cette mascarade de Black Friday fait mal car elle marque massivement, péremptoirement, la décadence de notre monde

La décadence par la vénération du Veau d’Or
Cet événement créé de toutes pièces — nous y reviendrons — porte sur l’incitation à la gabegie. Il est une étape de plus vers le suprématisme de l’économie. Il est l’expression du Règne de la Quantité que pressentait René Guénon en 1945. Mais dès 1930 Henri Bergson(1) dénonce les méfaits de la surconsommation : « Jamais, en effet, les satisfactions que des inventions nouvelles apportent à d’anciens besoins ne déterminent l’humanité à en rester là ; des besoins nouveaux surgissent, aussi impérieux, de plus en plus nombreux. On a vu la course au bien-​être aller en s’accélérant, sur une piste où des foules de plus en plus compactes se précipitaient. Aujourd’hui, c’est une ruée. » Aujourd’hui, c’était en 1932 ! Que dirait-​il maintenant ? Nous sommes bien dans cette ruée vers la jouissance matérielle. J’achète, donc je suis.
À peine sortis des promos de mauvais goût d’Halloween que déjà les prospectus pour les cadeaux de Noël arrivaient dans nos boites aux lettres et que les magasins sentaient le sapin.
Mais c’était sans compter sur le Black Friday ! La machine à surconsommer réussit la prouesse de nous intercaler non pas un jour noir, le Vendredi Noir, mais une semaine entière. Le Black Friday est en fait une Black Week.

La décadence par la suprématie des médias
En pleine campagne promotionnelle, certes avancée, de Noël, les médias nous imposent au forceps un nouveau concept, auquel nous ne comprenons rien, en activant des moyens gigantesques et sans partage. Tout y passe : tous les jours des prospectus dans les boites aux lettres, des pages entières dans la presse, des affiches 4X3, des spots publicitaires en boucle à la radio et à la télé, et maintenant grâce à internet des messages en rafale dans notre messagerie électronique et des SMS sur nos téléphones portables.
Cet assommoir ferait-​il vomir par un effet spontané de trop plein ? Que non ! Ça fonctionne. La machine à gober les gogos marche bien. Elle est En Marche ! et du reste on l’a bien vu lors de la dernière campagne présidentielle.

La décadence par la soumission à la sous-​culture américaine
Au fait, c’est quoi Black Friday ? C’est quoi Halloween ? Nul ne le sait, mais qu’importe. Ce sont des événements commerciaux venus des États-​Unis et imposés par le Système mondialisé sans aucun fondement culturel. T’occupe pas des signaux, mets le charbon ! Autrement dit : achète !
Le marché globalisé impose des produits globalisés. Tous les gadgets fabriqués par millions dans les usines-​casernes chinoises doivent se vendre par millions. Il faut donc que tout le monde suive les mêmes rythmes, les mêmes rites orchestrés par les puissances financières globalisées avec l’appui des médias mainstream globalisés.
Nous aurions pu imaginer que l’Europe soit un frein, voire un barrage à cette vassalisation. C’est tout le contraire ! Bruxelles est le relais empressé de cette normalisation mondiale imposée par New-​York et Washington.
La soumission militaire catastrophique à travers l’OTAN nous a conduits à des guerres en Libye et en Syrie que nous n’aurions jamais dû mener. Nous paierons très cher et très longtemps nos défaites dans ces deux régions.
Cette soumission ira jusqu’à son terme puisque Bruxelles négocie en catimini un accord de libre échange avec les États-​Unis qui finira de nous intégrer dans ce grand magma nord-​américain métissé et obèse, inculte et violent.

Alors voulons-​nous vraiment nous suicider ?

Suicide collectifLe « Suicide français » dénoncé par Éric Zemmour est-​il irrémédiable ? Beaucoup sont déjà résignés à l’instar de Michel Onfray qui voit notre monde se fracasser à la manière du Titanic et qui lance à quelques minutes du naufrage : « Champagne ! ». Certains ont survécu en se jetant dans l’eau froide, les plus courageux sans doute.

Rien n’est jamais plié d’avance et l’Histoire à venir n’est pas écrite dans un livre, fût-​il gardé secret dans quelques obédiences complotistes. La partie la plus lucide et la plus courageuse de notre peuple passera le gué, comme le dit Pierre-​Émile Blairon dans son livre La roue et le sablier : Bagages pour franchir le gué. Gardons toujours en tête la recommandation de Guillaume de Nassau, prince d’Orange (1533 – 1584): « Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer. »

Black Friday ! Non merci !

Georges Gourdin

(1) Prix Nobel de littérature en 1927, Henri Bergson est né en 1859 à Paris où il s’est éteint en 1941

[NDLR] Notre rédacteur en chef Georges Gourdin, suggère une méthode pour éviter la catastrophe annoncée : le sabotage.

Ceci peut aussi vous intéresser

Charlie Chaplin Temps modernes

Enfin esclaves !

Nice-​Matin l’annonce triomphalement : « Enfin 7 jours/​7 ». De quoi s’agit-il ? De la garantie de la ponctualité …

2 commentaires

  1. Excellent article, comme toujours…
    GAUTHIER MICHEL MARSEILLE 13009

  2. BRAVO ! MILLE BRAVOS !
    Vous avez tout compris !
    Je fuis les réseaux sociaux, je n’ai pas de smartphone, et Black Friday ne signifie pour moi qu’un harcèlement publicitaire insupportable !
    Résistons ensemble !
    Amitiés.