Macron Ouagadougou tabous 28 novembre 2017

Ouagadougou : Macron a bousculé les tabous

Le regard libre que nous posons sur l’actualité nous conduit à reconnaître à notre Président de la République d’avoir été le premier à bousculer plusieurs tabous et non des moindres lors de son récent voyage au Burkina Faso :
indépendance de l’Afrique non assumée
démographie africaine hors de contrôle avec des mariages dès 13 ans
esclavagistes africains.

Macron ne réussira que s’il persévère dans la transgression

À Ouagadougou, le Président Macron a bousculé les Africains en leur rappelant qu’ils ne pouvaient à la fois revendiquer d’être indépendants et toujours dépendants.

Le Président Macron a réitéré les propos qu’il avait tenus au G20 à Hambourg, en juillet 2017 au sujet des 7 à 8 enfants des femmes africaines et qui avaient mis mal à l’aise la pensée dominante arc-​boutée sur la croissance infinie.
Macron en rajoute même une couche avec le mariage des jeunes filles dès 13 ans(*).
À Ouagadougou, devant les Africains, il persiste et signe et se fait applaudir.
Personne n’avait osé le faire.

À Ouagadougou, le Président Macron a bousculé les Africains en leur rappelant très fermement que les esclavagistes étaient bien des Africains et non pas des Français.
Sur ce thème Macron se défausse complètement de la Pensée Unique qui veut culpabiliser les Européens et les Français notamment pour avoir été et de continuer d’être les protagonistes du trafic d’esclaves africains.
Ici encore, aucun responsable politique de haut rang n’avait osé le faire.

Georges Gourdin

(*) Ce qui, certes, n’est pas son cas ! 🙂

Ceci peut aussi vous intéresser

Arnaud Beltrame hommage Emmanuel Macron

Ces valeurs de la République qui font de nous des héros morts

Nous avons reçu le commentaire d’un de nos lecteurs à propos de notre article L’hommage …

Un commentaire

  1. Macron serait-​il non seulement de droite, mais d’extrême droite ?
    Imaginez qu’un homme ou — pire — une femme politique française tienne ces propos ! Nous aurions assisté à un tsunami de réprobations bien pensantes.
    Mais là, nous n’avons droit qu’à des commentaires embarrassés de la bonne presse.