Justice balance

La Justice toujours très clémente à l’égard des passeurs

Petit rappel : le 23 juin 2017 quatre sous‐​verges de Cédric Herrou sont condamnés en première instance par le tribunal correctionnel de Nice pour avoir transporté, en janvier 2016, six émigrés clandestins qui étaient logés chez leur « patron ».

Ces quatre pieds nickelés ont fait appel de cette décision. La cour d’appel d’Aix-en-Provence a confirmé hier le jugement du tribunal correctionnel de Nice. La sanction reste symbolique : 800 € d’amende avec sursis. Ce qui est insupportable pour nos quatre « herrous » des temps modernes. « Nous irons évidemment en cassation » et, pourquoi pas, « devant la cour européenne des droits de l’Homme ». Ce qui n’est pas pour déplaire aux avocats qui confirment par Me Maeva Binimelis, « l’intention d’aller jusqu’au bout » tout en poursuivant : « C’est le principe de la reconnaissance de culpabilité que nous contestons, peu importe que ce soit une amende avec sursis. On a fait partir le délit de solidarité par la grande porte, on essaie de le faire revenir par la fenêtre ».

C’est vraiment une question de principe car les frais d’avocats en cour de cassation, voire auprès de la cour européenne des droits de l’Homme, représenteront plus de 10 fois le montant de l’amende, sans sursis. Mais nos quatre mousquetaires sont largement soutenus par des associations bienveillantes qui règlent leurs frais d’avocats. Probablement avec l’appui des structures de l’Open Society de George Soros.

Tous ces Bien Pensants donneurs de leçons d’humanité devraient comprendre que ce n’est pas en aidant six émigrés clandestins qu’ils contribuent à régler le problème de la surpopulation en Afrique. Il faudrait dans cette logique en recevoir non pas 6, non pas 60 ou 600, même pas 6 millions mais 60 millions(1) !

De surcroît ces moralistes à bon marché n’aident pas même ces émigrés qui n’ont aucun avenir en Europe déjà accablée par un chômage structurel très lourd. Ces derniers seront contraints bien vite de survivre en plongeant dans la délinquance.

Le Président Macron l’a compris même s’il ne l’a pas dit pendant sa campagne électorale. C’est pourtant un message nouveau qu’il est allé porter récemment auprès des Africains.

Il faudra encore du temps et plusieurs milliers de malheureux émigrés et les dégradations induites par leur arrivée inopinée pour que nos institutions judiciaires et les acteurs de la Bien Pensance le comprennent. Espérons qu’il ne sera alors pas trop tard.

Massimo Luce

(1) Lire le rapport du Gastestone Institute du 6 décembre 2017

Ceci peut aussi vous intéresser

Conseil constitutionnel

Cédric Herrou n’a pas bien lu la décision du Conseil constitutionnel

Le site breton de réinformation Breizh Info publie ce jour une très pertinente analyse de …

2 commentaires

  1. Melanchions franc maçon faux jeton

    « malheureux émigrés » ?
    Ce sont plutôt les français à qui on impose ces clandestins 100 % musulmans (comme par hasard) qui sont à plaindre.
    Pour votre gouverne, des clandestins tunisiens ont agressé des jeunes femmes sortant de la messe à Lyon :
    https://www.lyonmag.com/article/92606/lyon-ils-agressent-deux-jeunes-femmes-qui-sortaient-de-la-messe

    Les traîtres comme Herrou méritent autre chose que cette pseudo justice de m…

    • Nous avons écrit « malheureux émigrés » parce‐​que ces personnes sont bernées et qu’elles ne trouveront pas leur salut en Europe. Elles n’y trouveront que leur malheur.
      Ces émigrés sont bernés par le miroir aux alouettes propagé par une publicité mercantile et hédoniste qui les fait rêver d’une société où tout est acquis et facile, même les jeunes filles blanches.
      Ils sont bernés par les passeurs, soutenus en sous‐​main par la CIA et George Soros, qui n’y voient que l’opportunité d’un marché juteux et un pas vers une population globalisée et métissée, déracinée et malléable.
      Mais ils sont aussi bernés par certains de nos compatriotes qui les aident à s’installer dans notre pays (« Welcome Refugees ») sans aucune réflexion à long terme puisqu’il n’y a pas d’emplois pour eux. Sauf des sous‐​emplois « ubérisés » pour le bonheur des grandes compagnies mondiales. Les autres sombreront inéluctablement dans la délinquance ou le terrorisme.

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont publiés sauf ceux qui sont injurieux ou grossiers.
Afin d'éviter les chamailleries, les commentaires ne supportent que deux niveaux. Ils sont ouverts pendant deux semaines après la publication de l'article.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *. Cependant votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
La plupart des balises HTML de mise en forme sont autorisées.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.