Lengadòc Info

Les autonomistes catalans otages des nervis antifas

La complicité glauque entre les autonomistes catalans et les nervis antifas

Notre confrère de Lengadoc Info, montpelliérain, catalan de souche et de cœur, s’est fait violemment expulser d’une réunion publique organisée par les autonomistes catalans. 
[source : Lengadòc Info] Lengadòc Info

Un journaliste catalan expulsé d’un meeting indépendantiste sur ordre d’un antifa espagnol

10/​01/​2018 – 16h00 – Montpellier (Lengadoc Info) – Ce mardi soir, le rédacteur en chef de Lengadoc Info, Jordi Vives, catalan de souche, a été expulsé manu-​militari, après avoir été menacé de mort, d’un meeting indépendantiste catalan qui avait lieu à Montpellier. Il raconte.

Ce mardi soir [9 janvier 2018], je suis allé assister au meeting indépendantiste catalan qui se déroulait à la salle Guillaume Nogaret à Montpellier. Organisé par le Comité pour la Liberté, la Démocratie et la Solidarité avec la Catalogne (CDR Montpellier), ce meeting avait pour volonté affichée d’informer la population française sur la situation en Catalogne.

En tant que journaliste, et qui plus est catalan de souche, né à Perpignan et issu d’une famille barcelonaise, je suis depuis plusieurs années la situation en Catalogne et le combat mené par les indépendantistes au sud des Pyrénées et des régionalistes en Catalogne nord. J’ai, par exemple, couvert les manifestations « Oui au Pays Catalan » à Perpignan en 2016. J’ai également couvert à Barcelone la consultation citoyenne de 2014 et j’étais bien évidemment présent le 1er octobre dernier à Barcelone lors du référendum. À chaque fois cela s’est toujours très bien passé et j’ai pu rencontrer et interviewer des acteurs issus de différentes tendances politiques. Il me semblait donc tout à fait normal d’assister ce mardi soir à ce meeting indépendantiste à Montpellier.

Seulement voilà, Montpellier n’est pas la Catalogne…

Alors que j’étais présent dans la salle depuis une heure et demie et que le président de la Generalitat de Catalunya, Carles Puigdemont, s’exprimait, en visioconférence, depuis Bruxelles, une petite poignée de militants antifas ont fait irruption dans la salle et ont exigé que je sois expulsé du meeting. Après un quart d’heure de tractations entre les organisateurs et les antifas, les premiers ont cédé aux seconds dont le leader n’est autre que Jules Panetier, un immigré espagnol qui a déjà fait plusieurs passages à la prison de Villeneuve-​les-​Maguelone ces dernières années.

Jules Panetier lors d’une manifestation devant le consulat d’Espagne à Montpellier. Crédit : Lengadoc Info

C’est donc Francis Viguié, cadre d’Ensemble Hérault (micro-​parti membre du Front de Gauche) et appartenant visiblement à l’organisation du meeting, qui prit la parole à la fin de l’intervention de Carles Puigdemont pour demander au service d’ordre de m’expulser de la salle car ce meeting était uniquement pour les « républicains ». Si « l’évacuation » s’est déroulée sans aucune violence, j’ai été, en revanche, la cible d’insultes et de menaces, dont des menaces de mort. J’ai donc décidé de porter plainte ce jeudi au commissariat de Montpellier.

Francis Viguié. Crédit : TV Sud

Dans cette affaire, l’attitude des organisateurs a été déplorable. Après avoir passé leur soirée à invoquer la liberté et la démocratie, ils ont démontré en l’espace de quelques secondes qu’ils ne valaient, en réalité, guère mieux qu’un Mariano Rajoy. La Catalogne qu’ils prétendent défendre n’est qu’un prétexte pour ces « républicains » qui tantôt arborent l’Estellada tantôt le drapeau de la République Espagnole. Allez faire votre république socialiste ailleurs et laissez la Catalogne aux Catalans !

Visca Catalunya lliure et mort aux cons !

Jordi Vives

Ceci peut aussi vous intéresser

Blasons Provinces France

Vous avez dit « Indépendance » ?

À propos de ce référendum catalan et de la discussion qui s’est ouverte à son …