Refuge St-Dalmas-le-Selvage Gialorgues

Montagne : laisse béton !

Connaissez-​vous le plateau de Sestrières ?

St-Dalmas-le-Selvage GialorguesIl se trouve dans la haute vallée de la Tinée, au-​dessus du joli et pittoresque village de St Dalmas le Selvage. Vous empruntez la route qui conduit au col de la Moutière. Un sentier bien marqué permet de couper plusieurs lacets. Le refuge se trouve à l’altitude 2000 m juste après un pont routier, à la limite du parc national du Mercantour. On peut aussi s’y rendre en 4×4…

Le lieu est magique au milieu des mélèzes et des milliers de fleurs en été.

Refuge St-Dalmas-le-Selvage GialorguesCe refuge est propriété de la municipalité de St Dalmas qui en assure l’entretien. Contrairement aux refuges du CAF, il n’est pas gardé, il faut demander la clé avant de partir. Le refuge est petit, rustique, ce qui ajoute à son charme.

Or voici que cette beauté est menacée, comme trop souvent dans notre région par une dérive purement commerciale. Comme nous l’apprend le « journal de stations », le syndicat mixte qui gère les stations des Alpes Maritimes a en effet un projet de construction d’un complexe d’hébergement haut de gamme qui soit aussi un pôle d’accueil été/​hiver pour la pratique de pleine nature (ski de randonnée, VTT électrique, randonnées thématiques…). Le vieux refuge devenant alors juste une « annexe », indépendante de ce nouvel hébergement. Ce projet serait bien entendu réalisé hors de la zone « cœur du parc », juste à sa limite. 

Je me rappelle qu’il y a déjà presque 40 ans, un projet de station de ski avait vu le jour sur ce magnifique secteur de Sestrière et je me souviens d’une réunion plus que houleuse à Auron avec Marielle Goitschell, qui, elle, soutenait à fond le projet. Le projet n’avait finalement pas abouti.

De la même manière un complexe hôtelier de luxe devait voir le jour du côté de la Madone de Fenêtre, projet lui aussi finalement abandonné.

Et je n’oublie pas le projet d’autoroute pédestre imaginé par Christian Estrosi, pour la traversée du Mercantour.

On se demande bien quelle est la cause de cette frénésie de vouloir construire des espaces hôteliers ou commerciaux, souvent « de luxe » dans les coins les plus reculés et encore sauvages de nos montagnes. Veut-​on qu’elles ressemblent à la Côte ?

Quand fichera-​t-​on la paix aux derniers espaces de vraie richesse ? Verra-​t-​on là-​haut des hordes de touristes équipés à la dernière mode débarquer des 4×4 polluants comme à la vallée des Merveilles ?

Ou pire encore l’hiver, des processions de motoneiges chargées de princesses en manteau de fourrure ?

Julius Evola Méditations haut cimesLa montagne, ça se mérite, ce n’est pas un lieu pour débauche touristique bruyante et polluante. Cela doit rester un but élitiste au-​dessus d’une certaine altitude. Le développement des stations de ski a déjà causé assez de mal au nom de la sacro-​sainte économie, nécessaire, mais pas toujours jugée suffisante par les promoteurs. Comme disait Evola dans ses Méditations du Haut des Cimes : « La contemplation, c’est l’essence même de cette expérience héroïque : le regard devient circulaire et solaire, il n’y a plus que le ciel et des forces pures et libres qui reflètent et figent l’immensité dans le chœur titanique des sommets. »

Tout est dit !

Patrice LE MAÎTRE

Ceci peut aussi vous intéresser

Col Trente Souches

Nos randos de l’été : le col des Trente Souches

Pour cette première, je vous propose le Col des Trente Souches, dans la Haute Vallée …

5 commentaires

  1. Je ne partage pas du tout ta vision élitiste de la montagne. Et que dire de ce vieux débat sur les 4×4 de la vallée des Merveilles responsables de la pollution… à 25 km à vol d’oiseau de l’autoroute et de l’aéroport de Nice !

  2. D’accord avec vous surtout si « élitiste » en fait sursauter plus d’un.…

  3. Encore un projet absurde qu’il va falloir combattre.

    Jusqu’où devra-​t-​on aller pour voir que la Terre n’en peut plus de ce bétonnage excessif et irréversible et de ces interventions humaines défigurantes et destructrices dans les quelques zones intactes qui restent, au simple motif du développement et du profit économique ?

    Jusqu’à preuve du contraire, il n’existe pas d’autre planète habitable…préservons-là !

    Des sites en parlent (http://vigilance-mercantour.over-blog.com/), mobilisons-​nous.

  4. Il serait bon de procéder à des vérifications avant de publier des infos alarmistes. Beaucoup d’erreur est dans votre article…Le refuge est inaccessible depuis longtemps à cause de sa vétusté (pas possible d’y aller en demandant la cle,), on y va pas en 4×4 puisque la route est goudronnée et ouverte à la circulation toute la saison d’été. Quant à l’accès hivernale en talons hauts..Vu les les couloirs d’avalanchesur, ça risque pas d’arriver…
    Informez vous auprès des parties prenantes et après écrivez votre article

    • Patrice LEMAÎTRE

      Je vous remercie de votre attention et de votre intérêt pour les randonnnées en montagne, passion que nous partageons.
      J’ai beaucoup fréquenté ce chalet de St Dalmas le Selvage et continue toujours de monter à Sestrière.
      Il est vrai que mes informations sur le chalet proprement dit n’ont pas été actualisées et je me suis fié aux infos données ici :
      http://www.randonnee-mercantour.com/refuge-de-sestriere/
      Mais le problème de l’accès, par sentier ou route goudronnée, ne change rien à l’affaire… ce qui me fait dire que nous en partageons le fond.