SNCF logos

Le jingle SNCF et la jungle de ses régimes spéciaux

Do ♫ sol ♪ la ♪ mi ♫

En 2013, de passage en gare d’Aix en Provence, David Gilmour entend le fameux jingle de la SNCF. Il est immédiatement séduit. « Chaque fois que je l’entendais, j’avais envie de danser », dit-​il. Il en a fait un titre envoûtant et lui a posé ces paroles, tout à fait représentatives de l’esprit des passagers qui trépignent sur le quai, en attendant leur « rapide » en grève.

Rattle that lock (Bousillons ces entraves)
Go back to where we blew it (Revenons là où nous avons merdé)
And lose our heads along the way (Et perdu la tête en chemin)

L’image de l’évolution des logos SNCF illustre bien l’évolution de cette grande entreprise d’État vers la modernité. Du moins en apparence.
SNCF logos Guillaume Pepy, au poste de pilotage de la locomotive depuis neuf ans, très moderne dans sa vie privée, n’est pas parvenu pour autant à moderniser l’entreprise. Issu du sérail de la haute fonction publique, il ne fallait pas compter sur lui pour réduire les déficits.

• Hier on disait « précis comme un horaire de chemin de fer ». Il fallait plusieurs heures au chauffeur pour monter la vapeur avant que le mécanicien puisse démarrer sa motrice. Malgré cela, le Mistral Pullman au confort rétro (départ Paris 08h34 – arrivée Nice 17h46), partait et arrivait à l’heure. On y faisait des rencontres de voyage dans ses compartiments désuets, décorés d’images noir et blanc de nos régions.
• Aujourd’hui avec Pepy, le moderne TGV au décor aseptisé et prise USB arrive train-​train quand il peut, à croire qu’il (le TGV) est passé de la vapeur à la voile.
• Hier, on prenait son billet au guichetier, le même pour tout le monde, pas de jaloux.
• Aujourd’hui avec Pepy, il faut s’aventurer sur internet dans une jungle inextricable de tarifs. Enfin, pour ceux qui payent encore. Suivant que vous êtes jeune, vieux, chômeur, famille nombreuse, agent SNCF, militaire, vacancier, immigré clandestin, etc.SNCF pass-passSNCF réductions
• Hier au temps de la bête humaine de Zola, les roulants ont obtenu, de haute lutte syndicale, la retraite à 50 ans. Il faut dire qu’à cette époque, on commençait sa vie de cheminot jeune apprenti, et quand on avait usé son bleu plus de trente ans dans les courants d’air du poste de conduite de la bête à bielles, à respirer les poussières de charbon et les vapeurs d’huile, le corps était épuisé. Il restait alors bien peu de temps à profiter de cette retraite justifiée.La bête humaine Jean Gabin
• Aujourd’hui la fée électricité s’est penchée sur le berceau des conducteurs. Dans une cabine confortable et climatisée, il suffit au mécanicien de maintenir une pression sur​le cercle du volant de traction. Ce dispositif, surnommé « l’homme mort » entraîne l’arrêt du convoi si la pression n’est pas maintenue. Rassurez-​vous, le métier n’est pas dangereusement mortel pour le mécanicien, il s’agit seulement de prévenir un malaise éventuel. Tout est automatisé.SNCF conduite TGV

La SNCF s’enfonce toujours plus dans des déficits chroniques, elle déraille, comme à Brétigny-​sur-​Orge. Plombée par ses régimes spéciaux, la masse salariale des retraités est supérieure à celle des actifs. Macron veut prendre le train En Marche et mettre la SNCF sur de bons rails. Il annonce son intention de revenir sur ces avantages d’une autre époque. Le statut de cheminot a commencé à être mis en place avant 1914. Il comprend encore des avantages sociaux tels la garantie de l’emploi, un temps de travail allégé et une retraite précoce. Selon les chiffres du Conseil d’orientation des retraites de la SNCF, l’âge moyen de départ à la retraite s’élevait ainsi en 2014 à 52 ans pour les agents de conduite et 56 ans pour les sédentaires.

À la SNCF, une journée d’action, c’est une journée de grève. Les organisations syndicales, CGT en tête, appellent leurs cheminots à l’action le 22 mars. Au lendemain de la remise du rapport Spinetta qui préconise la suppression du sacro-​saint statut de cheminot pour les futurs embauchés. Le premier syndicat du ferroviaire annonce un arrêt de travail de 90% des personnels.

Guillaume Pepy, l’énarque inspiré de la promotion Louise Michel (militante anarchiste, franc-​maçonne, bel exemple républicain) est accusé, par les mauvaises langues, d’avoir privilégié l’aspect marketing et les investissements TGV. Au détriment des autres tortillards : les TER et les trains de banlieue. Ils évoquent les 200 millions d’euros dépensés annuellement en marketing et lobbying externe.

Mais heureusement qu’il y a Pepy à la SNCF pour penser aux enfants. Espérons que cela inspire Air France, voire easyJet, concurrents du rail !
SNCF aire jeux

Le salaire de Guillaume Pepy en 2015, en tant que président de la SNCF, se monte à 450 000 euros par an. Avec ce salaire, je doute qu’il se nourrisse du sandwich SNCF et sa millimétrique tranche de jambon. Ni qu’il boive de l’eau du robinet quand il a la pépie.

Le bras (de chemin) de fer est donc engagé entre les syndicats et Macron. Pendant ce temps-​là, les trains ne siffleront plus trois fois. Les usagers, usés et désabusés par ces aléas ferroviaires, pourront toujours rouler en Ouibus, filiale de… la SNCF, autoconcurrence ouverte avec les bus Macron.

Michel Lebon

Ceci peut aussi vous intéresser

TGV inOui SNCF

TGV : c’est tout de même INOUÏ !

La SNCF a donc décidé de rebaptiser le TGV. Après avoir très « démocratiquement » demandé l’avis …

3 commentaires

  1. Blablacar n’est pas une filiale de SNCF

  2. Macron a la trouille, pas tant de mansuétude envers les retraités, ils ne peuvent pas bloquer le pays eux.…

  3. Solange Appert

    A noter que dans cette même époque ancienne, les mineurs qui commençaient aussi tôt et finissaient plus tard n’ont pas bénéficié des mêmes largesses. Et pour ce qui est de respirer des poussières de charbon… pour alimenter leurs locomotives ! pour ce qui est du corps épuisé, mieux que « la Bête humaine de Zola » : « Germinal » du même auteur.
    Et quand ils avaient des velléités de grève, on leur envoyait la troupe.
    Les revendications ouvrières n’ont pas toujours été entendues avec la même mansuétude.

Nice Provence Info n\\\'utilise pas les données collectées à des fins de profilage commercial car cela est contraire à son éthique.
De surcroît, si vous souhaitez vous désinscrire de tout suivi ultérieur, un cookie sera installé dans votre navigateur pour se souvenir de ce choix pendant un an conformément à la légisation en vigueur. J\\\'installe ce veilleur Ce n\\\'est pas la peine

684