Front National 16e congrès 11 mars 2018

Changement de nom du Front National : c’est mal « parti »

Nous dénonçons dans nos colonnes les risques inhérents à tout changement de nom, que ce soit pour les entreprises, les partis politiques ou les Régions :
Les noms des partis et le parti du NON du 9 juin 2015
TGV : c’est tout de même INOUÏ ! du 8 juin 2017
L’embrouille de Renaud Muselier, président de Région du 16 décembre 2017

En voulant changer de nom, le parti de Marine Le Pen prenait donc un gros risque, qui plus est inutile : qu’est-ce qui change à présent que le parti s’appelle « Rassemblement national » et non plus « Front national » ? D’importants budgets devront être consacrés à ce changement d’enseigne (papier à entête, cartes de visite, affiches) afin de faire entrer cette nouvelle appellation dans les mœurs. Or il semble que les finances du Front National traversent une période difficile.

Grandville Montagne accouche souris La Fontaine
Illustration par Grandville de la fable de La Fontaine : La montagne qui accouche

Le suspense sur le nouveau nom du parti fut entretenu jusqu’à la dernière minute. D’innombrables consultations eurent lieu, d’interminables discussions précédèrent l’annonce faite hier. Et voilà le résultat : la montagne accouche d’une souris.

Et patatras ! C’est mal « parti » !

Quel que soit le nom proposé, il fallait s’attendre à une bronca de la Police de la Pensée.
Et ça n’a pas raté. Citons par exemple Le Télégramme : « En choisissant de rebaptiser le Front national du nom de « Rassemblement Vational », Marine Le Pen cherche, semble‐​t‐​il, à poursuivre l’entreprise de dédiabolisation de la formation d’extrême droite fondée par son père. Le terme « rassemblement » se veut moins guerrier que celui de « front ». Mais, consciemment ou inconsciemment, elle a tout de même retenu une appellation qui s’inscrit dans la longue histoire de l’extrême droite française, y compris sous ses aspects les plus sulfureux. » Une pièce d’ontologie de la Police de la Pensée. Le point Godwin est lâché, mais il fallait s’attendre à de tels poncifs de la part de la presse d’État.

Rassemblement National site internet
Copie d’écran du site www.rassemblement-national.org daté de ce jour. Outre plusieurs approximations dans la présentation, les derniers communiqués remontent au 10 avril 2015. Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Le nom proposé est déjà retenu.
Le « Rassemblement National » est un parti qui existe déjà, qui a déjà présenté des candidats et qui n’entend pas se faire voler son nom (voir le communiqué ici). Certes il s’agit d’un micro‐​parti inconnu du grand public. Mais il a une existence bien réelle. Il dispose d’un site internet (www.le-rassemblement-national.org) qui est moribond puisque le dernier communiqué remonte à… avril 2015.
Mais quand même, on a du mal à imaginer que personne au Front National n’ait eu connaissance de ce parti. Ou à tout le moins n’ait pensé à valider sa disponibilité juridique.
De surcroît ce parti confidentiel bénéficie d’une publicité inattendue et gratuite. Dans la bataille juridique qui s’annonce, la Justice se fera un plaisir de retoquer le Front National. Encore une embûche dont il aurait pu se passer.

Il est cocasse aussi de noter que le « Rassemblement National » n’a jamais posé de problème à la presse de connivence. Il a suffi que le Front National retienne cette appellation pour lui trouver, tout à coup, un « aspect sulfureux ».

Bref, le Front National s’est créé tout seul un nouveau problème dont lui, ses adhérents et ses électeurs se seraient bien passé.

Massimo Luce

Ceci peut aussi vous intéresser

Les présidentielles dans notre département : et la suite ?

Première remarque générale, les résultats sont loin de la moyenne nationale : – Macron 55,38 % …

2 commentaires

  1. Solange Appert

    Encore une démarche qui s’inscrit dans la novlangue. Pour faire disparaître un problème, il suffit de supprimer son nom. Le FN est sulfureux, soit, on le débaptise. De plus, ce n’est pas parce que vous appellerez votre vieux tacot « Ferrari » que ça en fera une voiture de course. Tout ce ramdam enfonce un peu plus MLP qui est déjà six pieds sous terre par son ridicule. Aujourd’hui ça fait le buzz, demain MLP sera un peu plus diluée avec tous ces petits partis francs‐​tireurs de l’opposition. On continuera à la faire vivre dans les médias comme idiote utile chargée de disperser les voix de la grande majorité des Français, identitaires et patriotes, laissant le champ libre à Macron, le fossoyeur mondialiste de notre pays.

  2. Les anciens d’Indochine, d’Algérie, les anciens coloniaux, constituaient le socle du FN. Ils ne sont plus. Les nouvelles générations voient autrement. Elles ont d’autres revendications. Il fallait changer de nom.