Ripolin peinture

Changement de nom du Front National : c’est mal « parti » (la suite)

Nous écrivions hier que le parti dénommé « Rassemblement National » existait déjà. Ce qui est vrai.
Nous montrions que le site internet de ce parti n’était plus actif depuis presque 3 ans.
Nous annoncions que le Front National aurait à affronter une procédure juridique de la part du Rassemblement National pour usurpation d’appellation puisque c’est ce qu’annonçait le président de celui-​ci dans un communiqué que nous avons publié in extenso.

Il apparaît que les choses ne sont pas si simples.

Dans un imbroglio grand-​guignolesque, il apparaît que c’est Frédérick Bigrat qui a déposé la marque « Rassemblement National » en 2013 à l’INPI et qu’il ait négocié la cession de cette appellation avec le Front National. Dans un communiqué publié hier (accessible ici en intégralité), Frédérick Bigrat, qui se présente lui aussi comme le président du Rassemblement National, écrit : « Les droits de la marque Rassemblement National ont été cédés par acte sous seing privé le 22 février 2018. »
On peut raisonnablement imaginer que le bénéficiaire en est le Front National. Mais dans quelles conditions ?
En outre cela sous-​entend que le Front National avait décidé en amont de sa prochaine appellation sans attendre l’avis de ses adhérents qu’il feint de consulter.

Par ailleurs le nom de domaine internet « rassemblement-national.fr » a été enregistré le mercredi 7 mars par une entité qui — elle en a le droit — ne souhaite pas apparaître. Mais on peut imaginer qu’il s’agit bien de la même personne, physique ou morale, qui détient la marque « Rassemblement National ». En effet, contrairement aux autorités américaines qui ne font aucun contrôle sur la propriété d’une marque pour enregistrer son nom avec l’extension « .com », l’AFNIC, qui a la responsabilité des noms de domaine « .fr », requiert la preuve que l’on est en droit de déposer sa marque. On peut penser qu’il s’agit du Front National, tout fraîchement propriétaire de la marque « Rassemblement National » à la suite des négociations avec ledit Frédérick Bigrat.

Nom de domaine : RASSEMBLEMENT-NATIONAL.FR
État : Actif
DNSSEC : actif
Bureau d’enregistrement : OVH
Date de création : 7 mars 2018 21:46
Date d’expiration : 7 mars 2019 21:46
Serveurs de noms (DNS)Serveur n° 1 : dns200.anycast.me
Serveur n° 2 : ns200.anycast.me
Titulaire : Diffusion restreinte, données non publiques
Domain Name : RASSEMBLEMENT-NATIONAL.COM
Registry Domain ID : 1992537962_​DOMAIN_​COM-​VRSN
Registrar WHOIS Server : whois.register.it
Registrar URL : http://www.register.it
Updated Date : 2018–03-12T22:19:35Z
Creation Date : 2016–01-08T15:45:51Z
Registry Expiry Date : 2018–01-08T15:45:51Z
Registrar : Register.it SPA

À noter que le nom de domaine « rassemblement-​national.com » est enregistré depuis le 8 janvier 2016 par un registrar en… Italie ! Et qu’il a été réactivé hier, le 12 mars, alors que sa date d’expiration était la date anniversaire du 8 janvier 2018. Qui a procédé à cette mise à jour impromptue ?

Contrairement à ce que beaucoup ont écrit, il ne s’agit pas là à proprement dit d’amateurisme de la part du Front National. Nous maintenons quant à nous les mêmes conclusions qu’hier : « Le Front National s’est créé tout seul un nouveau problème dont lui, ses adhérents et ses électeurs se seraient bien passé. »

Notre pays fait face à des enjeux historiques, voire civilisationnels, qui attendent autre chose que du ripolinage dont se gaussent les pouvoirs établis qui sont ainsi rassurés quant à leur maintien en place.

Massimo Luce

Ceci peut aussi vous intéresser

Les présidentielles dans notre département : et la suite ?

Première remarque générale, les résultats sont loin de la moyenne nationale : – Macron 55,38 % …

3 commentaires

  1. Marie Clairefontaine

    Ce n’est pas le nom du Front National qu’il faut changer, mais celui de sa présidente !

  2. Ah la belle affaire ! Tout ce bordel pour changer « Front National » en « Rassemblement National ».
    Et après ?
    Si encore on avait fait un changement fort du type « En Avant !», « Nouvelle Résistance ». Un vrai changement, quoi !
    Mais là changer « Front » contre « Rassemblement » tout en gardant « National », que c’est petit et démontre bien le manque d’envergure de ce parti en déperdition.

  3. Les grands médias et autres chaînes d’info essaient de tourner en ridicule le changement de nom du Front National mais se gardent bien de parler des autres partis qui ne sont pourtant pas en reste :
    L’extrême gauche (Alain Krivine)
    1966 : La Jeunesse Communiste Révolutionnaire (JCR)
    1969 : La ligue Communiste (LC)
    1973 : Le Front Communiste Révolutionnaire (FCR)
    1974 : La Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR)
    2009 : Le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)
    Les centristes
    1974 : R.I les Républicains Indépendants
    1978 : UDF l’Union pour la Démocratie Française
    2007 : l’UDF devient le MODEM
    La droite traditionnelle
    1976 : RPR le Rassemblement Pour la République
    2002 : UMP l’Union pour la Majorité Présidentielle
    2003 : UMP l’Union pour un Mouvement Populaire
    2015 : LR Les Républicains