Cueillette fleur oranger carte postale retro

Les orangers azuréens au patrimoine de L’UNESCO ?

La récolte des oranges se termine sur les quelques rares communes du département qui possèdent encore des plantations d’agrumes. Elles ne sont plus nombreuses : Antibes, Vallauris‐​Golfe‐​Juan, Le Bar sur Loup et La Gaude, représentant en tout et pour tout une cinquantaine de producteurs. D’ici un mois, ce sera la période de la cueillette de la fleur d’oranger, plus exactement du bigaradier, l’arbre sur lequel poussent les oranges amères.

Cette fleur, après récolte manuelle, sera distillée selon un procédé d’hydrodistillation, puisque la fleur elle‐​même ne supporterait pas une distillation classique. Au cours de ce processus, l’huile essentielle est mélangée à l’eau et le précieux néroli est ensuite obtenu par décantation assez longue (plusieurs semaines). Chanel numéro 5L’eau de distillation dans laquelle s’est solubilisée une infime partie de l’huile essentielle est appelée eau de fleur d’oranger. Elle sera utilisée en pharmacopée et en pâtisserie pour parfumer certaines préparations.

Ce néroli d’origine Côte d’Azur est d’une teneur très haut de gamme. Il entre notamment dans la composition de parfums de luxe comme le célèbre n°5 de Chanel.

Dans les années 1970 et suivantes, les parfumeurs se fournirent dans les pays du Maghreb où le coût de production est nettement inférieur à celui de la Côte d’Azur. D’où une chute spectaculaire de la production : de plus de 2000 tonnes au début du siècle à moins de 10 tonnes… Ce qui entraîna également la disparition de nombre de récoltants, qui, associée à l’urbanisation galopante de la région aboutit à la raréfaction des parcelles plantées en orangers.

Depuis une quinzaine d’années cependant, les parfumeurs, dont la clientèle est de plus en plus exigeante, reviennent à une recherche de qualité, qu’ils ne trouvent pas ailleurs. D’où une demande locale en augmentation croissante. On doit savoir qu’il faut cueillir une tonne de fleurs pour obtenir un litre de ce précieux néroli, vendu à son tour aux alentours de 7000 € le litre aux parfumeurs. La cueillette traditionnelle se faisant toujours à la main, elle rassemble aujourd’hui une main d’œuvre exclusivement familiale et amicale toujours bénévole.

Devant cette demande croissante, la coopérative agricole Nérolium en partenariat avec la municipalité de Vallauris, a décidé de planter à nouveau des parcelles de bigaradiers dans des lieux privilégiés pour leur croissance. Des semis sont en préparation, les premiers résultats sont attendus d’ici 5 ans.

Parallèlement, une demande d’inscription auprès de L’UNESCO est déposée pour déclarer le néroli « patrimoine vivant ».

Fleur d’oranger au pays de Cannes
Fleur oranger pays Cannes
Cliquer sur l’image pour lancer la vidéo (entre 2 min 25 et 5 min 25)

Cueillette de la fleur d’oranger sur les collines de Vallauris
Cueillette fleur oranger collines Vallauris
Cliquer sur l’image pour lancer la vidéo

Après la cueillette de la fleur d’oranger, la distillation
Distillation après cueillette fleur oranger
Cliquer sur l’image pour lancer la vidéo

Patrice LEMAÎTRE

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont publiés sauf ceux qui sont injurieux ou grossiers.
Afin d'éviter les chamailleries, les commentaires ne supportent que deux niveaux. Ils sont ouverts pendant deux semaines après la publication de l'article.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *. Cependant votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
La plupart des balises HTML de mise en forme sont autorisées.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.