Pinocchios

Sarkozy, grèves, Facebook, espion russe : tout se tient

L’actualité est riche d’événements apparemment disparates : Sarkozy, grèves, Facebook, espion russe. Rien à voir. Et pourtant tout se tient. Un même fil conducteur relie toutes ces informations et d’autres :

la société du mensonge.

Sarkozy :
Notre ancien président est mis en examen pour soupçons de financement libyen de sa campagne de 2007. Aussitôt ses sbires montent au créneau pour dénoncer une Justice partiale et soumise au pouvoir. Nadine Morano est aussitôt montée la première au créneau pour soutenir bec et ongles son ancien mentor.
Eric Wœrth, qui fut président de l’Association de financement pour la campagne de Sarkozy en 2007 et défend son chef envers et contre tout, annonce sur twitter : 


Tandis que Laurent Wauquiez avançait prudemment : « Mis en examen ne vaut pas culpabilité ».
De son côté, Christophe Castaner, délégué général de La République en Marche déclare à l’AFP : « La justice dans ce pays est libre, qu’on soit ancien chef d’État, parlementaire ou ministre ».
On voudrait bien le croire sauf qu’il est INTERDIT de s’interroger sur la manière dont a disparu la prime de 3 millions d’euros dont a bénéficié le chef de l’État lorsqu’il était employé chez Rothschild. Sylvain Fort, son porte-​parole justifiait alors : « Pendant les années Rothschild, Emmanuel Macron a adapté son train de vie à ses revenus et il a donc pas mal dépensé. » 3 millions dépensés en un ou deux ans et il ne lui reste plus rien selon sa déclaration officielle de patrimoine.
Bref tout le monde ment.


Grèves
 :
Aujourd’hui la France des ayants-​droit est dans la rue pour défendre ses positions acquises de longue lutte syndicale : retraites non financées, garantie de l’emploi, sur-​effectif, durée du temps de travail. Autant d’avantages que notre budget ne peut plus supporter malgré une fiscalité confiscatoire.
Puisqu’on vous dit que l’on fait grève pour défendre les usagers ! La bonne blague !
Qui parle vrai ? Comme nous le faisons ici même dans nos colonnes. Lire : Retraites : l’image de la FAILLITE de notre société du 17 mars 2018. Personne.
Bref tout le monde ment.

Facebook
 :
Autres cieux, mêmes mensonges. Le président fondateur de Facebook s’étonne que son groupe ait pu vendre des données personnelles à la société anglaise société Cambridge Analytica. Dans la tourmente, Facebook se dit « scandalisé d’avoir été trompé ».
Mais « il se fout de notre gueule ». Désolé de le dire aussi vulgairement, mais là, c’est ÉNORME.
Facebook a été créé pour espionner la planète entière, prospère sur cette intrusion et fait mine que ce trafic se fasse malgré lui.
Tout le système internet nous traque et nous trace, pas à pas : Microsoft, Apple, Google, bientôt la monnaie virtuelle. Tous ces groupes mondialisés ne justifient leur existence — et leur prospérité — que par le siphonage de nos données personnelles auxquelles la NSA a un accès permanent et instantané. Dès que vous installez une nouvelle application sur votre ordinateur ou votre téléphone mobile, elle siphonne vos données personnelles et votre géolocalisation pour un usage marchand ou policier.
Le milliardaire Mark Zuckerberg, qui s’est enrichi sur ce trafic illicite, fait mine de tomber des nues.
Ici aussi on nous ment.

Espion russe
 :
Que vient fait ici cette histoire scabreuse d’espion « probablement», voire « très probablement » assassiné à Londres par… ?— devinez qui — Vladimir Poutine !
La même démarche de mensonge et de manipulation.
Quelle est la personne sensée qui puisse imaginer Vladimir Poutine suffisamment stupide pour faire empoisonner à Londres un ex-​espion soviétique, emprisonné en Russie puis libéré, avec un poison encore pourvu de son étiquette et à la veille du scrutin électoral russe ?
Si, les Anglais !
De surcroît les assassinats d’espions ou d’anciens espions ne constituent pas un événement qui justifie cette hystérie anti-​russe de la perfide Albion. Malgré des éléments ténus et démontrés, le Royaume Uni est parvenu à mettre au pas ses alliés américain, allemand et français. Le recadrage de Macron sur le sujet est révélateur de notre soumission à des ordres venus d’ailleurs.
Que cache ce montage grossier des Anglais et leur frénésie hystérique au point de comparer la prochaine Coupe du Monde de football aux Jeux Olympiques de Berlin en 1936 ?
Un mensonge grossier pour semer le désordre.

Le mensonge est partout, la manipulation envahissante. Tout notre système social, politique, médiatique repose sur le mensonge.
Nous en avons relevé quatre aujourd’hui, au gré de l’actualité.
Nous continuerons de dénoncer ces impostures : la démocratie truquée, la liberté de la presse factice, l’immigration suicidaire, les privilèges des élus, la décomposition de l’Éducation nationale, les impôts confisqués, etc.
Les sujets ne manquent pas.

Georges Gourdin

Ceci peut aussi vous intéresser

Paris Beaubourg

Architecture contemporaine : le triomphe de la vanité

Architecture contemporaine : le triomphe de la vanité par Pierre-​Émile Blairon La principale, si ce n’est …