Caïn Henri Vidal Tuileries honte

Bombardement de la Syrie : j’ai honte !

Un énorme sentiment de honte m’envahit ce matin à l’annonce que mon pays a bombardé la Syrie.

Jusqu’au dernier moment, j’espérais que notre président ait l’envergure suffisante qui lui incombe pour résister à la pression anglo‐​américaine de remodeler le Moyen‐​Orient en faisant sauter le régime légitime syrien. Il n’a pas su le faire. Il n’en a pas l’envergure. J’ai honte. En d’autres temps, la France a su s’opposer aux velléités bellicistes des États‐​Unis. Macron n’est même pas à la hauteur de Chirac. Ne parlons pas de de Gaulle !

J’ai honte que mon pays ait bombardé un pays souverain, sans aucun mandat légitime de l’ONU, ni du Parlement, ni de qui que ce soit.

J’ai honte que mon pays s’aligne sur le camp belliciste, fomenteur de troubles internationaux depuis deux générations. Qui plus est, sous des prétextes grossièrement fabriqués et non attestés. 

Le peuple syrien, notre ami, nous en gardera une indélébile rancœur. Alors qu’il commence à retrouver le chemin de la paix intérieure et de la réconciliation nationale, alors qu’il a réussi à anéantir Daesh, avec l’appui de la Russie et au prix de sacrifices héroïques, nous le bombardons pour lui signifier que cela ne nous convient pas. Je lui demande pardon et j’ai honte.

J’ai honte que mon pays se réjouisse dans le même temps de la chaleur amicale des relations franco‐​saoudiennes qui nous permettent de vendre encore plus d’armes avec lesquelles l’Arabie saoudite bombarde la population yéménite. Là aussi sans aucun mandat international.

La coalition dite occidentale ne renversera pas le régime syrien. Elle n’y est pas parvenue jusqu’à présent. Elle y parviendra d’autant moins que la Russie a eu le temps de se préparer à cette attaque et elle répliquera sévèrement. Nous nous trouverons dans le camp des perdants, avec les Etats‐​Unis qui ont perdu toutes leurs guerres depuis trente ans. Nous abordons une ère nouvelle du côté des « loosers ». J’en ai honte.

J’ai honte des justificatifs scandaleusement hypocrites de nos dirigeants qui annoncent qu’ils ne visent que des cibles militaires, mais pas les Russes, ni les civils syriens. Eux‐​mêmes auraient‐​ils honte de nos bombes ? À l’instar de Donald Trump, nous aurions aussi nos bombes « intelligentes » qui tuent les méchants mais épargnent les gentils. Des bombes pacifiques en quelque sorte.

Quelle honte !

Comment notre pays fera‐​t‐​il pour se sortir de ce pétrin dans lequel il s’est délibérément placé ?

Georges Gourdin

[NDLR] Notre illustration à la une : statue de Henri Vidal (1864−1918), Caïn venant de tuer son frère Abel, exposée au jardin des Tuileries

Ceci peut aussi vous intéresser

Fernandel Ali Baba

L’armée syrienne s’équipe lourdement et rapidement

Et en plus, c’est gratuit ! Dans la reconquête de la partie sud du territoire national …

20 commentaires

  1. « La population française est depuis des années, à tel point abrutie de propagande, que ses gouvernants pensent pouvoir lui raconter n’importe quoi. J’ai honte et comme beaucoup de Français je me désolidarise de la politique tant nationale qu’internationale des dirigeants passés et actuels de la France »

  2. Daniel Sarfati

    Mais pour qui, il se prend ce Macron ?
    Au nom de quoi se proclame t‐​il « Justicier du monde » ?
    Tout le monde aura noté que non seulement il ne bombarde pas l’Arabie saoudite, mais encore il lui vend des armes.
    Imagine t‐​on l’Algérie venir nous bombarder au prétexte que nous reformons la SNCF ? Ou la Chine sous un prétexte qu’elle aura fabriqué ?
    L’Histoire remettra les choses en place, et Macron fait dorénavant partie de ses bourreaux.

  3. Marie Clairefontaine

    Mais vous ne comprenez donc pas !
    MACRON A ÉTÉ MIS EN PLACE POUR FAIRE LA GUERRE À LA SYRIE.
    La voilà, la vérité.
    Les sponsors de la campagne de Macron sont les mêmes que ceux qui fomentent cette guerre qui ne concerne pas le peuple de France. Mais il s’en fout. Macron rend d’abord des comptes à ses sponsors.
    Rappelons nous de Sarkozy. Il a été mis en place pour casser la décision du peuple souverain lors du référendum sur le Traité de Maastricht.
    Macron a été mis en place pour continuer la mise en place du Nouvel Ordre Mondial, même s’il le fait plus discrètement que Sarkozy.

  4. ça va faire comme en irak

  5. Fernand Jourdan

    On pourrait ajouter : j’ai honte de la performance de nos missiles à 800 000 euros pièce.
    Nous apprenons que 71 des 103 missiles lancés sur la Syrie ont été interceptés par la DCA syrienne.
    Tout ça pour ça ?

  6. Honte au caniche Micron !

  7. J’ai honte moi aussi. Pas de mon pays puisque j’aime mon pays, je l’aime de tout mon moi. J’ai honte de cet homme qui ne représente que 6 ou 7 millions de Français et qui agit comme s’il en avait toute la légitimité.
    Il n’est pas mon président et il nous mène là où je ne souhaite pas aller.
    Son mandat doit lui être retiré, il trahit et met en danger le peuple français.

  8. Je viens de renoncer à ma nationalité française et j’en ai informé les autorités consulaires de mon actuel pays de résidence, en plus de « mettre ma colère » dans une image …

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10155149571611364&set=a.10151418006236364.1073741824.507721363&type=3&theater

  9. Bruno Vandenberghe

    Comment peut on bombarder des stocks d’armes chimiques sans provoquer des nuages toxiques ?

  10. Jean-Claude THIALET

    Je ferai remarquer que le citoyen‐​président Macron Emmanuel n’a apporté hier soir aucune preuve formelle contre Damas de sa prétendue agression au gaz sarin sur Ghouta… Et lorsque ce même président affirme que « la France n’est pas en guerre contre la Syrie », on peut se demander de qui il se moque. Lorsqu’on sait que les Services français ont aidé et armé dès l’origine (ils ne sont pas les seuls !) de prétendus « rebelles » (passés ensuite pour beaucoup à Daesh)(1) contre le président Bachar Assad élu régulièrement par le peuple syrien(1). Un président Bachar al Assad qui avait été – en 2008 – l’invité officiel de la France lors du défilé du 14 juillet !
    Et comment réagirait le citoyen‐​président Macron si, demain, une « frappe ciblée » (pour reprendre la formule de circonstance) tombait sur on ne sait quel site d’armement français sous on ne sait quel faux prétexte ?
    Des questions que Bourdin et Plenel, les Zig et Puce du Palais Chaillot, ont oublié de lui poser tant ils avaient en réserve d’autres questions de moindre importance, questions toutes destinées non à mettre en difficulté le président, mais, comme il se doit, à mettre en valeur leurs auteurs dont – n’en doutons pas – c’était hier le jour de gloire. Même si – pour faire « peuple » (tout était manifestement « calculé », chez eux ! – ils n’avaient pas mis leur plus beau costume…
    Jean‐​Claude Thialet

    (1) à propos de « rebelles » que penseraient les « démocrates » de chez nous si, demain, un pays étranger aidait et armait en France d’autres « rebelles » qui se seraient soulevés contre un président sous le prétexte qu’il n’a pas été suffisamment bien élu ? Qu’en pense le trotskiste Plenel, lui qui a osé plus que sous‐​entendre que le président Macron serait dans ce cas ?

  11. Jean-Claude THIALET

    « LA » bonne question, posée le 15 avril par Bruno Wandenberghe sur le site « Nice‐​Provence Info »

    « Comment peut‐​on bombarder des stocks d’armes chimiques sans provoquer de nuages toxiques ?» (1)

    Qui pourrait répondre à cette question technique ? Le général Lecointre François, chef d’Etat-Major des Armées, qui se flattait de la parfaite réussite des « frappes (à la française !) ciblées » ? Des « frappes » qui, comme il se doit quand elles sont « démocratiques », n’auraient fait aucune victime. Surtout pas « civile ». Et surtout pas le moindre bébé à mettre en exergue à la « Une » ! A moins que, comme cela semble être le cas avec l’interception d’une grande partie des fusées américano‐​anglo‐​françaises, ces frappes n’aient fait chouffa, comme on disait … là‐​bas ! J-C.T.

    (1) à propos de « nuages toxiques », je rappelle qu’il y en a qui ont l’intelligence de s’arrêter au bon endroit. Tel celui de Tchernobyl qui s’était arrêté – lui – aux frontières de la France. Comme avaient pu le constater certains avions‐​renifleurs » …

  12. J’éprouve beaucoup d’estime et d’amitié pour notre ami Georges Gourdin, qui déploie une énergie formidable au service de « Nice‐​Provence‐​Info ». Mais je dois avouer que je suis demeuré incrédule et pantois à la lecture de cet article « Bombardement de la Syrie : j’ai honte ! », qui m’est apparu comme un tissu d’erreurs de la première à la dernière ligne. Erreurs de bonne foi, sans nul doute, mais qui n’en sont pas moins navrantes, émanant d’un esprit qui fait preuve d’une si belle lucidité en d’autres domaines. Dire qu’Emmanuel Macron « n’a pas eu l’envergure suffisante pour résister à la pression anglo‐​américaine » est une absurdité totale, car l’on peut parier sans crainte que notre président a, tout au contraire, joué les modérateurs auprès de Donald Trump, dont la fougue caractérielle est connue et fait contraste avec le calme et la mesure dont fait preuve Emmanuel Macron en toute occasion. Et de plus, la France ne s’aligne sur personne. Elle mène sa propre politique, et cela quel que soit son président.
    Mais quand on désapprouve cette politique, ce qui est le droit de chacun, il est un peu trop facile de prétendre que c’est une politique de « caniche ». J’ajoute que la France n’a pas « bombardé la Syrie » (ça, c’est ce que font le tyran Assad et ses copains russes), elle a seulement bombardé trois sites militaires et pour d’excellentes raisons.
    Dire que la coalition n’avait pas de mandat de l’ONU est une farce, puisque nul n’ignore que la Russie utilise constamment son droit de veto pour paralyser l’action de la communauté internationale. Les Américains, les Anglais et les Français ont voulu montrer, au moins de façon symbolique, que les grandes démocraties n’accepteraient pas que certaines actions criminelles interdites de longue date par tous les pays civilisés puissent être perpétrées par un dictateur mégalomane. C’est pourquoi, en ce qui me concerne, j’approuve totalement les frappes qui ont été exécutées. Et ne parlons pas du peuple syrien, qui, malheureusement, n’a pas son mot à dire, et dont tant de citoyens sont condamnés à l’exil. Bien entendu, il n’y aura aucune réplique de la part des Russes, qui ont été prévenus en temps utile et qui se contenteront de grogner un peu.
    « Comment notre pays fera‐​t‐​il pour se sortir de ce pétrin dans lequel il s’est délibérément placé ? » termine notre ami Georges. Quelle plaisanterie ! Nous ne sommes dans aucun pétrin et nous avons fait ce qu’il fallait faire. Il est même probable que cette action coalisée aura des effets positifs sur le plan diplomatique en amenant toutes les parties concernées à se réunir pour une concertation générale sur le problème syrien.
    Je terminerai en disant que j’approuve totalement les commentaires pleins de bon sens de notre lecteur Joseph Grillet, notamment lorsqu’il écrit : « Si ça n’avait tenu qu’à moi, c’est la résidence de Bachar que j’aurais bombardée. Même si je suis sûr qu’il dort dans un bunker en sous‐​sol, l’avertissement aurait été plus sérieux. » Cela me rappelle ce que j’avais écrit en 2011 lorsque Sarkozy fit bombarder Kadhafi (et à juste titre). J’avais regretté que nos avions Rafale n’aient pas fait un petit détour au‐​dessus de Damas pour régler du même coup son compte à Bachar. Nous n’en serions pas là aujourd’hui…

    • Solange Appert

      Je lis Pierre Lance depuis des années et j’ai toujours apprécié son engagement fort dans plusieurs domaines. Mais là, je dois avouer que je suis demeuré incrédule et pantois à la lecture de ce commentaire…qui m’est apparu comme une reddition à l’ordre établi en même temps qu’un tissu d’erreurs de la première à la dernière ligne.
      Je n’en retiendrai qu’une seule :
      “La France n’a pas « bombardé la Syrie » (ça, c’est ce que font le tyran Assad et ses copains russes)”
      Mais quelle cécité !
      Je corrige : la Syrie n’a jamais bombardé la France, pas plus que la Russie à aucun moment de notre Histoire.
      Par contre, les Anglais, les Américains…
      “Qui vit par l’épée périra par l’épée“, M. Lance. Nombreux sont nos “alliés” opportunistes de cette région à qui on a fourni les lances qui se retourneront un jour contre nous. Pour mémoire, dans la guerre des Malouines, ce sont des Exocet français qui ont détruit des navires de Sa Majesté.

    • Isabelle Cunin

      On a l’impression que vous n’avez pas encore intégré que le mur de Berlin est tombé en… 1989 ! Cela fait tout de même 30 ans.

    • C’est très gênant et particulièrement injuste de constater que des pays qui se donnent le droit de punir d’autres pays sont eux‐​mêmes sur le banc des accusés devant le Tribunal des Droits de l’Homme, ce qui est le cas de la France notamment, en ce qui concerne notamment le caractère insalubre et de promiscuité dans beaucoup de ses installations pénitentiaires, et également la France est reprise par le même tribunal et par Amnesty International sur le système de l’aveu, qui équivaut encore à la preuve, sur la remise en question encore très souvent de la présomption d’innocence. Par exemple, dans les affaires FILLON ou SARKOZY, on (des media aux ordres) nous parle de faits supposés, mais jamais on ne nous soumet les preuves irréfutables des accusations parfois graves qui sont portées contre telle ou telle personne. C’est un des exemples auxquels se livre cependant un Etat supposé garantir les Droits de l’Homme et du Citoyen. En ce cas, peut‐​il réellement jouer les arbitres sur la scène internationale et ne devrait‐​il pas au contraire commencer par balayer devant sa porte ? Je pose juste la question. Et c’est donc très gênant pour beaucoup de Français dont je fais partie, de voir cet Etat se poser comme un arbitre irréprochable. Il vaudrait mieux pour cet Etat qu’il rase les murs et veille à améliorer son système juridique, son système fiscal également injuste, son système éducatif qui comporte des lacunes certaines, etc. Enfin, un Etat si souvent interpellé par des organismes comme Amnesty International pour des faits de procédures non régulières devrait être un peu plus sérieux et adopter un profil bas en corrigeant ses erreurs judiciaires. C’est comme celui qui voit le brin de paille dans l’oeil de son voisin et ne voit pas la poutre qui est dans le sien.
      C’est particulièrement injuste de prétendre punir un pays et bombarder effectivement ce pays sur la base de rumeurs, totalement infondées, et sans la moindre enquête procéder rapidement aux bombardements, précisément avant d’obtenir tout élément de preuve qui vient précisément démolir les prétendues accusations du régime syrien d’avoir bombardé Douma au gaz dit « sarin ». Est‐​on chez les zinzins, les pieds nickelés ? Le bombardement a lieu avant l’enquête. Les rumeurs sont tenues pour preuves. Au final, ce sont des enfants aujourd’hui qui avouent qu’on leur a fait dire une chose avec en retour la promesse de gâteaux, qu’on les a emmenés à l’hôpital et qu’ils y sont volontiers allés parce que des personnes « casques blancs ?» leur ont dit » tu auras des gâteaux là‐​bas ». Et l’enfant ajoute : « je me suis mis à pleurer parce qu’ils ont jeté de l’eau sur moi et je ne savais pas pourquoi. »
      Qui manipule ? Qui fait quoi ? Faire pleurer des enfants, c’est certain, n’arrête plus personne de ces lobbys ou « casques blancs » ou autres qui sont là « aux ordres » et qui sont à la fois sans empathie, sans principe moral, agissant comme des mercenaires, qui sont il faut bien l’avouer là pour troubler gravement une situation, au service d’intérêts que nous ne comprenons pas, des intérêts qui n’ont rien à voir avec la politique d’un pays, sa gestion des crises sociales, populaires, religieuses, politiques, etc. Nous, Français, nous sommes pris en otages par des media qui récitent un texte, sans état d’âme, eux‐​mêmes ayant abdiqué le sens moral que devait conserver leur profession.
      Mais c’est un beau pays qui est bombardé sous nos yeux effarés, un beau pays qui a été un pays riche, qui pouvait devenir très puissant, il l’a été déjà par le passé, un pays avec une civilisation très avancée. Ce n’est pas seulement une Histoire riche, et une mémoire. Il s’agit de gens, des femmes, des enfants, des hommes, et un pays tiers, qui ferait mieux de s’occuper de ses fesses qui ne sont pas très propres, comme mon pays, se pose en donneur de leçons, et détruit un pays, un pays qui ne lui a rien fait encore une fois. Mr Chirac lui a refusé qu’on bombarde cet autre pays magnifique, l’Irak, avec aussi de magnifiques ruines d’un passé éblouissant. Combien faudra‐​t‐​il en ruiner ? On ne peut que pleurer sur tout ça en priant pour que ça s’arrête. Pourquoi s’en prendre à ces pays qui ne font rien de mal. Peut‐​être au niveau de la démocratie, et c’est certain, il y a des progrès à faire. Mais ces pays sont déjà en marche dans ce sens. Donc, disons « patience ». Tout vient à point à qui sait attendre. C’est encore dur pour des factions des peuples dans ces pays, mais les fenêtres s’ouvrent, il faut encourager ces fenêtres à s’ouvrir. Aucun bombardement contre quelque peuple que ce soit, quelque pays que ce soit, ne sera jamais légitime. Il faut, quand c’est nécessaire, condamner des pratiques inhumaines, et sur la foi de vraies preuves et non de rumeurs et de faux, de la plus profonde malveillance. J’appelle ces gens qui répandent sur qui que ce soit des accusations mensongères, les malveillants. Les cruels et les malveillants, parce qu’enfin ça va jusqu’à bombarder des nations avec leurs peuples et leur Histoire, et leur mémoire, et leurs richesses. Et c’est scandaleux car bien évidemment, ces nations bombardées à mort seront appauvries et c’est un crime contre l’humanité d’appauvrir sciemment des nations qui étaient riches. C’est une monstruosité colossale qui ne peut être soutenue par personne. Que vont devenir ces pays maintenant ? L’Irak et la Syrie ? Après eux, quel est le prochain sur la liste ? Quels fous psychopathes sont en train de déséquilibrer le monde de cette manière et d’appauvrir des peuples qui s’en sortaient bien ? C’est une HORREUR totale. Comment peut‐​on à jamais sortir, tous les peuples ensemble de la pauvreté, si des cons imbus d’eux-mêmes se prennent à bombarder et réduire en miettes des pays riches ou en bonne santé économique ? Sans parler de l’inhumanité totale de tout ça.
      Le monde est aux mains de gens qui ne sont pas humains ou qui n’ont d’humain que l’apparence. S’ils étaient réellement humains, ces gens qui ont des fortunes colossales qui dépassent même notre imagination, travailleraient au bien de l’humanité et nous aurions déjà colonisé la Lune et Mars.Tout ce que fait cette engeance ne fait que faire reculer l’humanité, ici, là, ailleurs, partout.

  13. Monsieur Lance,
    Comme Solange Appert, je vous apprécie beaucoup même si, parfois, je commente vos prises de positions « farfelues ». Mais, comme elle, je suis resté pantois à la lecture de ce plaidoyer insensé.
    Comment peut‐​on, sans partisanerie aucune, défendre ce qui est une supercherie notoire et prétendre que Macron et Theresa May n’ont pas été à la remorque de l’Amérique dans ce pantomime ?
    Autrefois sarkoziste inconditionnel, vous êtes passé au macronisme béat affichant une crédulité déconcertante. Quelle mouche vous a piqué ?
    Pendant que j’écris ces mots, j’entends que la mission française n’a été qu’une succession de ratés : nos merveilleux missiles intelligents ont, paraît‐​il, fait « flop » ! Ah, elle est belle la force de frappe française !