Emmanuel Macron Jean-Jacques Bourdin Edwy Plenel

Vous avez des questions ?

Je n’ai pas regardé l’interview de M. Macron dimanche soir. Se faire valoir ainsi pour la deuxième fois dans la semaine, ça commence à faire beaucoup, il y autre chose dans la vie !
J’ai par contre lu les commentaires d’origines différentes qui ont suivi, et je me suis dit que dans la même situation, et au sujet de la Syrie, il y a des questions que j’aurais bien aimé poser à notre Président. Peut‐​être a‐​t‐​il des réponses ?
 
En novembre 2017, l’élection de M. Trump, milliardaire fou et raciste, misogyne et belliciste, a entraîné un mouvement de rejet dans presque tout l’hexagone (y compris parmi les instances dirigeantes). Depuis son élection, les journalistes ne parlent que de ses frasques, des multiples renvois de ses collaborateurs, de ses liens privilégiés avec la Russie (sic), bref de tous ces comportements politiquement non corrects, qui auraient pu, au moins justifier son « empeachement », ou sa destitution en français.
Question : pourquoi tous les gens que je cite ci‐​dessus, ont‐​ils applaudi à la décision de Donald Trump de bombarder la Syrie ?
Le chef dÉtat syrien est homme intelligent et instruit. C’est un médecin spécialiste en ophtalmologie, ayant fait ses études à Londres, on peut donc le situer dans une moyenne intellectuelle assez haute. Au prix de sacrifices héroïques de son armée et grâce à un appui populaire fort et indéflectible, il est parvenu peu à peu, avec l’appui de la Russie, à libérer son pays des milices terroristes musulmanes. Les poches résistantes ont été réduites ou détruites une à une, et ceci je pense, de manière irréversible. La dernière, celle de la Goutha a fini par tomber cette semaine de la même manière que les autres.
Question : pourquoi un homme aussi brillant et intelligent aurait‐​il franchi la ligne rouge « imposée » par Macron dans la semaine précédant une victoire acquise et, de surcroît, d’une manière aussi visible ?
La France, nous explique‐​t‐​on, est entrée dans le conflit afin de combattre Daesh et les pourvoyeurs du terrorisme islamique. Cela n’échappera à personne que le premier en ligne contre l’État islamique, c’est quand même bien la Syrie, derrière son Président. Nul ne peut contester à présent que l’armée régulière syrienne a payé un immense tribut à la défaite de Daesh et de ses affiliés.
Question : pourquoi sabote t‐​on le travail de Bachar El Assad dans sa lutte contre les islamistes ? À l’heure où le pays recouvre son intégrité territoriale et la paix civile, cette frappe n’est-elle pas le signe que cette situation ne nous convient pas ? N’est-elle pas un encouragement au terrorisme islamique, ce qui expliquerait la mollesse de notre pays à l’éradiquer de notre terroritoire en contradiction avec les discours captieux qui suivent tous les hommages aux victimes des terroristes islamistes ? 
Et pour terminer, une dernière question d’ordre strictement matériel de la part d’un profane pour les questions d’armement :
Quand on bombarde des stocks d’armes chimiques… il n’y a jamais de diffusion du gaz contenu ? Il reste confiné dans les tubes ? Expliquez‐​moi…

Patrice LEMAÎTRE

Ceci peut aussi vous intéresser

Base militaire américaine Al-Tanf Syrie

L’État islamique agonise dans le sang

Les derniers combattants de Daech lancent un raid meurtrier dans le sud de la Syrie …

Un commentaire

  1. Il y a eu 72 missiles de tirés sur le même bâtiment et après il y avait encore des murs debout.
    Ou bien on a envoyé des pétards du 14 juillet
    ou bien
    la plupart des missiles ont été interceptés.
    Voilà ma question.

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont publiés sauf ceux qui sont injurieux ou grossiers.
Afin d'éviter les chamailleries, les commentaires ne supportent que deux niveaux. Ils sont ouverts pendant deux semaines après la publication de l'article.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *. Cependant votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
La plupart des balises HTML de mise en forme sont autorisées.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.