Johnny Hallyday Circus

Johnny Hallyday Circus

Pierre LanceL’héritage de Johnny Hallyday continue de faire des vagues, y compris chez les notaires, submergés de questions par beaucoup de leurs clients qui se demandent s’ils ont fait ce qu’il fallait en prévision du moment où ils devront avaler leur bulletin de naissance.
Laeticia Hallyday a réservé une interview au Point la semaine dernière dans laquelle elle donne toute sa version de l’histoire et beaucoup de détails sur sa vie avec Johnny depuis leur mariage. Et figurez-​vous que dans ma bonne ville de Cannes, on ne trouvait plus un numéro de l’hebdomadaire dès samedi.
Quant à moi, je suis effaré par tous les commentaires journalistiques qui embourbent nos chaînes de télévision à propos d’un héritage qui ne pose, en réalité, qu’une seule et unique question : est-​ce le droit californien ou le droit français qui doit prévaloir ? Car dès que cette question sera tranchée, le problème sera résolu. Or, il semble bien que le droit français ait toutes les chances d’être appliqué, tant sont importants et nombreux les faits qui plaident en sa faveur. Né citoyen belge, Johnny a été naturalisé français à l’âge de 18 ans et toute sa carrière s’est déroulée en France. Il a toujours chanté en français (ce dont on doit le féliciter) et n’a jamais connu le moindre succès aux États-​Unis. Lorsqu’il lui est arrivé de chanter outre-​Atlantique, il n’avait pratiquement que des spectateurs français ou francophones (certains étant même venus tout exprès en avion). En outre, il a voulu être inhumé dans l’île de St-​Barthélémy, terre française de longue date.
Mais voyons maintenant ce qu’il en est sur le plan moral. Mon opinion est que l’on ne doit jamais déshériter ses enfants, sous quelque prétexte que ce soit. Même si nous sommes fâchés avec eux, même s’ils nous ont joué de vilains tours, même si nous ne les aimons plus et même s’ils nous détestent, nul ne peut effacer le fait que nous les avons mis sur terre, fût-​ce par erreur, et que nous sommes donc responsables d’eux, au moins en partie, ainsi que de leurs descendants, s’ils en ont. C’est pourquoi le droit français est sur ce point juste et logique et que toutes les nations devraient s’en inspirer. On peut déshériter ses enfants partiellement, mais jamais totalement. Cela dit, qu’est-ce qui a pu pousser Johnny à rédiger un testament aussi criticable, puisque l’on nous affirme que lui seul décidait de tout ? Eh bien je crois qu’il n’a pas sérieusement réfléchi au problème et qu’il n’était plus, en 2014, en pleine possession de ses moyens intellectuels, lesquels, il faut bien le dire, n’ont jamais été exceptionnels. C’était une bête de scène, soit, mais on ne peut pas dire que sa vie privée ait été étincelante…

Pierre Lance

Au sujet de GGO

Ceci peut aussi vous intéresser

Jean-Luc Mélenchon

Mélenchon, la France rabougri(s)e

Jean-​Luc Mélenchon, le patron de la France insoumise n’a pas été ému par la mort …