La « Marche solidaire » n’est pas bienvenue dans le Var

Partis de Vintimille, après avoir rejoint Breil-​sur-​Roya en voiture, les « marcheurs en cheval vapeur » solidaires des clandestins se déplacent maintenant en train à travers le Var et les Bouches du Rhône pour un périple qui devrait les emmener le 8 juillet à Calais et Douvres.
Migrant's tourCette « marche » qui n’en porte que le nom, comme nous l’avons évoqué dans notre article du 2 mai, a d’abord commencé en voiture. Fort logiquement, c’est en train que les « marcheurs » continuent de nous faire marcher. Une étape devait les emmener jusqu’à Puget-​sur-​Argens. Là un comité d’accueil les attendait, ce à quoi nos marcheurs ne s’attendaient pas, préférant rester dans l’intimité et l’entre-soi. Ceci les amena à préférer une étape plus tranquille aux Arcs. Mais manque de chance, la France ne marche pas et un nouveau comité d’accueil se positionnait aussi à la gare des Arcs, où une cinquantaine de personnes (plus que les marcheurs), parmi lesquelles des élus de Fréjus et de Roquebrune-​sur-​Argens, les attendaient.

« Vous n’êtes pas les bienvenus dans le Var, ni vous, ni vos amis clandestins. » Le message était clair. Les clandestins n’ont rien à faire ici, ils doivent être reconduits à la frontière.
Marche solidaire Arc

Une large banderole aux couleurs du FN était tendue devant l’entrée de la gare, derrière laquelle se tenaient les manifestants hostiles à toute entrée sur le territoire de cette population considérée comme une main d’œuvre docile par des patrons — et des syndicats — peu scrupuleux (ne cherchez pas les femmes !). Plusieurs élus était venus exprimer leur refus de cette immigration sauvage. Brisés dans leurs chimères humanitaires, les « marcheurs de la honte » — comme le mentionne une pancarte — partirent, à pied pour une fois, en tournant le dos à leurs contradicteurs, sans le moindre dialogue.
Marche solidaire Arc
Qu’on ne puisse les loger (voir ce qui se passe à Paris) n’est pas un problème ! Qu’ils soient déracinés de leur terre, de leur culture, de leurs familles, ça n’a pas d’importance pour les immigrationnistes de tout poil ! Qu’ils remplissent nos prisons, qu’importe ! Qu’ils génèrent de l’insécurité, et alors ! Ces nouveaux arrivés font bien l’affaire du Système. La preuve : les passeurs seront encensés au Festival de Cannes (lire notre article du 9 mai 2018 Cédric Herrou au Festival de Cannes : logique !).

Beaucoup de ces « dé-​marcheurs », « collabos-​passeurs », n’ont pas conscience des enjeux de ces migrations massives qu’ils soutiennent par mimétisme de gauche. S’éveilleront-ils un jour ? Espérons le avant que les dégâts ne soient irréversibles pour tout le monde.

Patrice LEMAÎTRE

Ceci peut aussi vous intéresser

Marches Palais Festival Cannes

Les espoirs de la France se portent dorénavant sur Cédric Herrou

La défaite de la France au concours de la chanson européenne est amère. Tous les …

13 commentaires

  1. MOI, JE VOUDRAIS SAVOIR :

    > PAR QUI EST FINANCÉE CETTE MARCHE,

    > LES MARCHEURS EN QUESTION DE QUOI VIVENT-​ILS,

    > POURQUOI FONT TOUT CE RAMDAM POUR DES CLANDESTINS ALORS QUEN FRANCE IL Y EN A TOUJOURS EU,

    J’AI MA PETITE IDÉE SUR TOUTES LES RÉPONSES A TOUTES CES QUESTIONS

    ET SURTOUT POURQUOI CES « MARCHEURS » NE FONT RIEN ET NE DÉNONCENT PAS LE FAIT QUIL Y AIT DES SDF, DES SALARIÉS SDF EN FRANCE QUI CRÈVENT DANS LES RUES DE FRANCE ET QUILS NE BOUGENT PAS LE PETIT DOIGT POUR AMÉLIORER CES SITUATIONS DÉGRADANTES POUR LA FRANCE PUISQUE TOUT LE MONDE PARLE DE TOURISME, LE MONDE ENTIER VOIT ET CRITIQUE ??!!

  2. Un journaliste doit relater des faits sans prendre parti, ce que vous faites, ce qui n’est pas professionnel de votre part

    • Vous en connaissez un ?

    • Michel Lebon j ai pas besoin d’en connaître un pour savoir que le travail d’un journaliste est de relater des faits, d’informer, pas de prendre parti

    • Nad Olinsky c’est un fait : ces marcheurs ne vont pas à pied de Vintimille à Calais.
      C’est un fait : ce sont des clandestins.
      C’est un fait : ce ne sont que des jeunes hommes.
      C’est un fait : les Français dans leur majorité n’en veulent pas.
      C’est un fait : vous n’assumez pas votre identité.

    • Nad Olinsky aimerait sûrement qu’on lui serve toujours la même soupe…
      La réalité sur le terrain dérange certains milieux : la France « profonde » ne devrait pas s’opposer à la politique d’accueil mise en place par l’oligarchie…

    • Nad Olinsky…faux profil FB

  3. Pierre Bainturc

    Nad Olinsky, faites-​vous la même remarque aux articles pro-​migrants, à tous les médias pro-​eurovision (chaînes de TV en particulier)?

  4. Le concours de l’Eurovision, parlons-​en !
    Les jeux sont déjà faits pour la romance dégoulinante française bien badigeonnée aux couleurs du vivre-​ensemble. Le politiquement correct en lieu et place du talent !
    En plus, cette antienne nous est servie par un couple improbable, bien propre sur lui, dont on nous vante le charisme sur toutes les ondes. C’est bien rodé : lui se tait, elle parle beaucoup pour nous sortir des flots de mièvreries. La manipulation ne se cache même plus !
    La messe est dite !
    La France va gagner, c’est acquis. Pourtant, cette chanson est de la soupe : mélodie sans originalité et paroles convenues. Ça dégueule de bons sentiments et de pseudo-​esprit de solidarité. À vomir…
    On est en pleine usurpation. C’est infect !… Cela dit, on s’en fout du concours Eurovision de la chanson : qui ça intéresse encore à part les pensionnaires des maisons de retraite ?
    Pour revenir à la « marche des idiots utiles », merci à NPI d’en donner des nouvelles. Il faut qu’elle rencontre partout le même accueil que dans le Var.

  5. GAUTHIER Michel

    CHERS AMIS,
    je lis avec grand plaisir vos articles !! Nous sommes sur la même espérance.
    Vive NICE, vive MARSEILLELA FRANCE !
    GAUTHIER MICHEL
    13009

  6. J’espère pour les marcheurs qu’ils ont fait leur déclaration d’impôts avant de partir. Sinon le fisc qui connait les frontières avec précision ne leur permettra pas de faire passer leurs économies derrière les frontières, car il en a besoin pour alimenter le budget national qui s’occupe des pauvres migrants et qui ne se laisse pas impressionner par l’émotionnel. Le chanteur qui dit:«je n’ai pas peur des mosquées » et qui se fera agresser parce qu’il embrasse son amoureuse sur la voie publique (dernier cas 7 ans de prison pour l’agresseur), dira comme après chaque attentat : comment en est_​on arrivé la ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les balises < i > et < b > sont autorisées. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.