SOS Méditerranée sauvetage migrants Aquarius

Quand on veut, on peut !

L’Italie vient de refuser à l’Aquarius, navire affrété par une ONG française financée sur des budgets européens (notre illustration ci-​dessus) et chargé de 629 clandestins d’accoster sur ses côtes.

Le tout nouveau ministre italien de l’intérieur, Matteo Salvini, a tenu ses promesses électorales et s’est félicité de cette première « victoire ».
Matteo Salvini Vittoria

L’île de Malte, fortement sollicitée, a également refusé.

Sous la pression de Bruxelles, l’Espagne, qui refusait les clandestins de la filière libyenne, a dû accueillir le navire en déshérence dont personne ne veut.

Et après ?

Ce n’est pas le navire Aquarius qui est à la dérive, c’est l’Europe de Bruxelles.

Patrice LEMAÎTRE

Ceci peut aussi vous intéresser

Jesuit Refugee Service

Les autres avant les nôtres

Le puissant réseau jésuite mondial JRS — Jesuit Refugee Service ou en français Service Jésuite …

Un commentaire

  1. Les dirigeants corses ont rapidement fait savoir qu’ils étaient prêts, eux, à assumer leurs responsabilités. Les gouvernants français quant à eux estiment que le droit international doit être scrupuleusement respecté par les AUTRES. En effet, dans la récente affaire de Bardonnèche (à la frontière franco-​italienne) le gouvernement français a généreusement piétiné le droit international perdant totalement de vue que la notion de souveraineté nationale a encore un sens. Non content de cela l’exécutif français entend maintenant donner des leçons de droit international à nos voisins. Que Jupiter donne sans arrêt des leçons aux Français, passe encore, mais qu’il prétende désormais en donner à la terre entière voilà qui risque de poser quelques menus problèmes… ! M.Giuseppe Conte devrait prochainement comprendre ce que l’on appelle l’autoritarisme français. En la matière nos élites sont très compétentes, uniquement dans ce domaine soit dit en passant.

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont publiés sauf ceux qui sont injurieux ou grossiers.
Afin d'éviter les chamailleries, les commentaires ne supportent que deux niveaux. Ils sont ouverts pendant deux semaines après la publication de l'article.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *. Cependant votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
La plupart des balises HTML de mise en forme sont autorisées.