Rugby Club Toulonnais : les deux faces du bouclier de Brennus

Toulon rem­porte cette année un dou­blé d’exception :

  • le titre euro­péen en bat­tant en finale, il y a à peine huit jours, le club anglais des Saracens, à Cardiff, sur le score sans appel de 23 à 6 ; le Rugby Club Toulonnais conserve ain­si son titre de cham­pion d’Europe, et devient le pre­mier club fran­çais à réus­sir un tel dou­blé d’une année sur l’autre
  • il s’est impo­sé hier en finale du Top 14 face à Castres en bat­tant les cham­pions de France en titre 18–10 au Stade de France, récu­pé­rant ain­si le Bouclier de Brennus après plu­sieurs décades de vaines ten­ta­tives.

La presse enthou­siaste et una­nime salue l’exploit spor­tif, et la contri­bu­tion d’un joueur d’exception Jonny Wilkinson, auteur des 15 points sur les 18 de son équipe, qui avait annon­cé la fin de sa car­rière spor­tive à l’issue de ce match. C’est pour­quoi à défaut de Marseillaise, ce fut l’hymne natio­nal bri­tan­nique « God save the Queen » qui reten­tît hier au Stade de France.

Mais Jonny Wilkinson n’est pas le seul joueur étran­ger à évo­luer au sein du Rugby Club Toulonnais. À l’instar du foot­ball, le rug­by est lui aus­si deve­nu une affaire de gros contrats et de gros sous. Le pro­vo­ca­teur homme d’affaires Mourad Boudjellal et pré­sident du RCT, par ailleurs aus­si très média­tique puisqu’il est co-ani­ma­teur de l’émission radio­pho­nique Les Grandes Gueules (GG pour les ini­tiés) sur RMC, bref Mourad Boudjella se targue d’avoir réus­si l’exploit de faire pas­ser le bud­get du club de 6 à 30 M€ en quelques sai­sons : « Passer de 6 à 30 M€ en quelques sai­sons consti­tue une pro­gres­sion unique dans le rug­by fran­çais », pré­ci­sant même : « J’ai construit le Rugby Club Toulonnais à par­tir d’un mode de fonc­tion­ne­ment bien éta­bli. Il s’articule comme suit : une hol­ding (Mourad Finances) qui pos­sède 51% des parts du club, les autre 49% appar­te­nant à l’association, une deuxième socié­té (Rouge et Noir Image) que Mourad Finances détient à 100% et qui est sous contrat avec le RCT pour l’exploitation des bou­tiques du club et la ges­tion des par­te­na­riats et une troi­sième socié­té (BCM) char­gée de gérer les bras­se­ries RCT que je détiens à 50% ». Rugby is busi­ness.

Ces bud­gets ont per­mis de signer des contrats avec des joueurs mer­ce­naires qui louent leur corps au plus offrant. À coup (on pour­rait même écrire : « À coûts ») de dizaines de mil­lions, le RCT s’est octroyé les ser­vices de Wilkinson et d’autres pro­fes­sion­nels les plus « cotés », aujourd’hui à Toulon, demain à Cardiff, ou bien là où l’argent les emmène. Il n’y a pas de secret : comme pour le foot­ball, la hié­rar­chie des clubs cor­res­pond à la hié­rar­chie des bud­gets.

Initiateur des Jeux Olympiques modernes et concep­teur du Bouclier de Brennus en 1892, le baron Pierre de Coubertin, lui qui pour­tant nous enseigne : « L’essentiel est de par­ti­ci­per », doit se retour­ner dans sa tombe. L’essentiel à pré­sent est de par­ti­ci­per … finan­ciè­re­ment.

Georges Gourdin

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse de mes­sa­ge­rie ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

*

code