Le Nouvel Ordre Mondial et la table de mixage

Le N.O.M. à la table de mixage

Le Nouvel Ordre Mondial veut faire de l’hu­ma­ni­té une masse indif­fé­ren­ciée de consom­ma­teurs com­pul­sifs. Générer des pro­fits à courts termes pour une élite finan­cière, dans une fuite en avant sui­ci­daire à long terme pour la pla­nète.

Le N.O.M vient encore de se prendre une énorme trempe. Il s’est trompé. Trump l’a remporté.

Hillary Clinto - Donald TrumpSon « cham­pion » Hillary ne rit plus.

Pourtant, le pou­voir de la finance inter­na­tio­nale a une puis­sance colos­sale, celle du « fric » qui achète TOUT, les poli­tiques qui nous gou­vernent, jus­qu’à notre cer­veau ! Les action­naires, ceux qui font gagner de l’argent à leur argent, veulent une socié­té ouverte. Anéantir les nations par la sub­mer­sion migra­toire, lis­ser les cultures iden­ti­taires. Bref, faire de nous des consom­ma­teurs uni­ver­sels lobo­to­mi­sés.

Du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de la Golden Sachs au Groupe Bilderberg, de Open Society aux ONG, la puis­sance de feu de ces maîtres du monde est énorme.
Les can­di­dats de ce Système, Clinton aux USA, l’LRPS en France (Juppé ou Hollande, peu importe) béné­fi­cient de tous les moyens de cette force de des­truc­tion des peuples.

Le N.O.M. a une grande table de mixage, devant laquelle il pousse les cur­seurs pour arri­ver à ses fins. Sa planche à Eurodollars-dette fonc­tionne à plein. C’est lui qui crée la mon­naie.

Listons un peu ces cur­seurs :
La presse (pro­prié­té de grands groupes indus­triels). Avec ses comi­tés de rédac­tion aux ordres de leur mécène. Il arrive que, ils se révoltent, comme sur I‑Télé.
La télé­vi­sion et son armée de jour­na­listes asser­vis, de chro­ni­queurs cré­ti­ni­sés, lar­ge­ment payés.
La mani­pu­la­tion des son­dages. On fait par­ler les chiffres, val­ser les pour­cen­tages. Comme si un échan­tillon de quelques son­dés choi­sis avait valeur d’u­ni­ver­sa­li­té.
Les pipoles pour vali­der. Artistes « intel­los » mode Noah, ou acteurs enga­gés mode George Clooney. On fait par­ler la per­son­na­li­té pré­fé­rée des Français : Debouze ou Sy. Leur car­rière dépend de leur allé­geance au sys­tème.
Le micro-trot­toir, il suf­fit de gar­der celui qui passe le « bon mes­sage ». Le sym­pa­thique jeune. Et faire dire le « mau­vais mes­sage » au vieux beauf de ser­vice, un peu abru­ti.
Les œuvres de fic­tion, le ciné­ma passe les mes­sages à tra­vers les fic­tions orien­tées. La liste est longue. Quant aux télé­films, on est dans la pro­pa­gande de nos heures les plus sombres.…
Les coups bas, rumeurs, pho­tos tru­quées. Qui couche avec qui ? pas­sion­nant. Le rôle est dévo­lu à Closer, ONPC. Presse à scan­dale et autres tabloïds dif­fusent lar­ge­ment.
Les pubs, même les pubs sont char­gées de mes­sages : on y met en scène des couples mixtes, issus de la diver­si­tés… Le mes­sage est sub­li­mi­nal.
Le lob­bying : des cabi­nets de sala­riés qui intriguent, contactent, arrosent. Ils forcent la main aux poli­tiques pour les remettre dans le droit che­min, s’ils s’é­garent.
Les ONG. Toutes ces orga­ni­sa­tions lar­ge­ment finan­cées par les Etats et les groupes finan­ciers. Sous cou­vert d’hu­ma­nisme, ils sou­tiennent le défer­le­ment migra­toire.
Les réseaux sociaux : pages Facebook, Twitter…
Enfin, en joker :
La triche sur les résul­tats. Comme en Autriche. Pour le petit coup de pouce, si besoin.

Depuis quelques semaines, la finance a mis tous ces cur­seurs au taquet pour Clinton.

Et pour­tant : grosse gamelle ! La gifle ! la claque ! La trempe ! Et oui, le pognon ne fait pas tout. Le lavage de cer­veau média­tique a échoué, les sans dents ont mal voté. Cataclysme.

Hier, il en a été de même pour le Brexit, Soros a sen­ti le vent du bou­let Viktor Orbán. Ça gronde en Europe… Norvège, Italie, Hongrie. Le popu­liste ; ce soi-disant beauf de comp­toir et la ména­gère de 50 ans, repren­draient-ils le pou­voir ?

Et en France ?
Le Système essaye déses­pé­ré­ment de nous impo­ser un débat droite-gauche. Autrement dit, PS vs LR. On est gavé de pri­maires, de débats, d’é­mis­sions de pseu­do démo­cra­tie en faillite. Faisant mine d’i­gno­rer la réa­li­té. En effet, cette dicho­to­mie que les médias mains­treams essaient pathé­ti­que­ment d’en­tre­nir n’a plus aucune sub­stance aujourd’­hui. La classe ouvrière a dis­pa­ru. Le capi­ta­lisme natio­nal aus­si.
L’enjeu de 2017 sera sou­ve­rai­nisme ou mon­dia­lisme et non plus droite ou gauche.

Pour les mon­dia­listes, tous les cur­seurs vont encore être pous­sés au taquet. Ne vous faites pas mani­pu­ler, jugez en conscience. La vraie et unique ques­tion est posée : conser­ver une iden­ti­té ou se diluer dans un mag­ma huma­noïde ?

Pour le(la) candidat(e) sou­ve­rai­niste, iden­ti­taire, atta­ché à sa culture et son Histoire, il reste les réseaux sociaux pour s’ex­pri­mer et la presse de réin­for­ma­tion, de qua­li­té, libre, vision­naire. Nice Provence Info, par exemple.

Michel Lebon

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse de mes­sa­ge­rie ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

*

code