Pierre LanceUn nou­veau scan­dale de décès en série dans une mai­son de retraite vient d’éclater, pour cause d’épidémie de grippe. Ce n’est pas le pre­mier et, si on ne met pas un terme à la folie vac­ci­na­toire, ce ne sera pas le der­nier. Car on ne devrait jamais vac­ci­ner des vieillards, notam­ment contre la grippe. 
En effet, pas­sé 80 ans (et même 70 selon les indi­vi­dus) le sys­tème immu­ni­taire des seniors n’a plus les capa­ci­tés d’une per­sonne jeune. Or, outre que l’efficacité du vac­cin contre la grippe est bien loin d’être prou­vée (le virus de la grippe étant sujet à de fré­quentes muta­tions, il est qua­si­ment impos­sible de savoir si le vac­cin pro­po­sé est opé­ra­tion­nel contre la souche cir­cu­lante à un moment don­né), il ne peut pré­mu­nir que si le sys­tème immu­ni­taire du vac­ci­né est encore capable de fabri­quer les anti­corps néces­saires, ce qui, sauf san­té excep­tion­nelle, n’est pas le cas de la plu­part des per­sonnes âgées. Pis encore, en cas d’affaiblissement des défenses natu­relles, le vac­cin peut deve­nir lui-même un agent infec­tieux aux consé­quences redoutables. 
Heureusement, de nom­breux vieillards, qu’ils soient en mai­son de retraite ou non, refusent désor­mais de se faire vac­ci­ner contre la grippe. 
J’ignore à quelles conclu­sions abou­ti­ra l’enquête ouverte par le Ministère de la Santé sur les 13 décès sur­ve­nus en deux semaines dans la mai­son de retraite Korian-Berthelot de Lyon, mais je doute qu’elle mette en cause la vac­ci­na­tion, bien enra­ci­née dans le cre­do offi­ciel, alors que 6 des vic­times décé­dées avaient pour­tant été vaccinées. 
Certes la vac­ci­na­tion anti-grippe n’est pas obli­ga­toire, mais outre qu’elle est « gra­tuite » (c’est-à-dire payée par les cama­rades), ce qui est une forte inci­ta­tion, les per­sonnes influen­çables ne résistent guère aux pres­sions médi­cales ou média­tiques. J’estime pour ma part que cette vac­ci­na­tion devrait tout sim­ple­ment être inter­dite aux plus de 75 ans, pré­ci­sé­ment parce qu’ils sont plus vulnérables.

Pierre LANCE