Au cours de sa confé­rence de presse du jeu­di 2 mars 2017, le can­di­dat Macron à la pré­si­dence de la répu­blique donne, en moins d’une minute, une magis­trale leçon d’au­to­cen­sure à la presse. Suivez bien, c’est facile et ça marche.

Lorsqu’un jour­na­liste de Médiapart, cen­sé se situer dans le camp du Bien, lui pose une ques­tion sur son pas­sé de ban­quier chez Rothschild, Emmanuel Macron répond que poser cette ques­tion, c’est faire le jeu du Front National . La presse bien-pen­sante, à laquelle appar­tient le jour­na­liste de Médiapart, ne doit plus s’é­ga­rer et perdre son temps à évo­quer ce genre de sujets.

Ainsi, doré­na­vant, ceux qui s’a­ven­tu­re­raient à inter­ro­ger Emmanuel Macron sur son pas­sage de ban­quier chez Rothschild seront cata­lo­gués à l’ex­trême-droite. Bien enten­du, plus aucun jour­na­liste de la presse sub­ven­tion­née n’o­se­ra le faire.

Et voi­là, le tour est joué ! Applaudissements dans la salle.

Rédaction