Sélectionner la page

On est chez nous ! On est chez nous !

On est chez nous ! On est chez nous !

Génération Identitaire a lar­ge­ment contri­bué à géné­ra­li­ser ce slo­gan :

On est chez nous ! On est chez nous !

Sloagan repris aujourd’­hui dans toutes sortes de mani­fes­ta­tions popu­laires

Dimanche 19 mai, Roissy-en-France (il fau­dra son­ger à sup­pri­mer « en-France », cette conno­ta­tion natio­na­liste devient insup­por­table) :
Roissy-Charles-de-Gaulle, donc, hots­pot emblé­ma­tique de l’im­mi­gra­tion, est une aéro­gare où se croisent ceux qui ont réus­si un « chez-soi » et ceux qui ont raté le leur.

Après les Gilets Jaunes, les Rouges, les Verts, voilà les Gilets Noirs.

Des cen­taines d’immigrés clan­des­tins ont inves­ti le ter­mi­nal 2 de l’aéroport à l’appel du col­lec­tif La Chapelle debout. Ce col­lec­tif dénonce les expul­sions de per­sonnes en situa­tion irré­gu­lière et déclare :
« Ce lieu est avant tout une fron­tière, sans murs ni bar­be­lés. Pourtant elle marque des corps ». Voilà leur décla­ra­tion de guerre :

Aujourd’hui la peur a chan­gé de camp

Plus de 500 gilets noirs, habitant.e.s des foyers en lutte et les loca­taires de la rue ont enva­hi et blo­qué les ter­mi­naux 2F et 2G de l’aé­ro­port Roissy Charles de Gaulle à Paris pen­dant 4 heures.

Ceci est un aver­tis­se­ment

On s’at­ta­que­ra à tous celles et ceux qui exploitent et tirent pro­fit des sans papiers, comme nous nous atta­que­rons à tous celles et ceux qui orga­nisent et vivent du racisme en France. Nous l’a­vons fait avec la déter­mi­na­tion de celles et ceux qui sont en grève de la faim, celles et ceux qui s’é­vadent et de tous celles et ceux qui luttent contre les centres de réten­tion, à Hendaye same­di der­nier, à Rennes la semaine der­nière et ailleurs.

L’aéroport n’est pas un lieu sym­bo­lique pour nous, c’est la base arrière et l’a­vant poste de la guerre contre les sans papiers et les immigré.e.s. Nous sommes venu.e.s aujourd’­hui blo­quer cette base pour la reprendre, la recon­qué­rir. Nous atten­dons de la direc­trice géné­rale d’Air France, Anne Rigail, qu’elle honore le ren­dez-vous obte­nu grâce à l’ac­tion.

Nous exi­geons la fin des dépor­ta­tions et de la col­la­bo­ra­tion d’Air France. Nous appe­lons tout le per­son­nel de l’aé­ro­port ain­si que tous les passager.e.s à rejoindre nos luttes. Cette action est la pre­mière d’une cam­pagne de colère et de rage. Comme l’a dit Ibrahima tout à l’heure, nous n’a­vons pas peur de la mort, mais de l’hu­mi­lia­tion. Nous ne nous arrê­te­rons plus tant qu’Édouard Philippe n’au­ra pas don­né des papiers et des loge­ments à tous les Gilets Noirs.
Merci à tous celles et ceux qui sont venu.e.s, nous ont soutenu.e.s, et qui vien­dront.

Les Gilets Noirs en Lutte
La Chapelle Debout !

Ces Noirs (par­don, ces Gilets Noirs, pas de racisme là-dedans) sont vio­lents, extraits : « …on s’at­ta­que­ra à tousl’aé­ro­port est une base arrièrenous exi­geons la fin des dépor­ta­tions… » etc.

Selon les mili­tants qui les encadrent et les ins­tru­men­ta­lisent, Air France, com­pa­gnie négrière, est accu­sée de se livrer au com­merce du bois d’é­bène. Une délé­ga­tion de « Gilets Noirs » a été reçue par des res­pon­sables de la com­pa­gnie à laquelle ils demandent de « stop­per toute par­ti­ci­pa­tion finan­cière, maté­rielle, logis­tique ou poli­tique » à ce qu’ils dési­gnent comme des « dépor­ta­tions ».

Les per­son­nels navi­gants sont donc accu­sés de traite négrière qui déportent en France, sur leurs cou­cous, les popu­la­tions autoch­tones afri­caines.
Un immi­gré sou­da­nais et son tra­duc­teur déclarent que « la France c’est pas aux Français » et que « toute l’Afrique a le droit d’être ici ».
Ceci-dit, il n’a pas tort, la France est uni­ver­selle, « un hôtel » sui­vant Jacques Attali, une mai­son bleue où ceux qui vivent là on jeté la clé.

Suivons la logique, après tout, ça tient la route, remi­gra­toire, cette his­toire.

  • La dia­spo­ra juive a bien su récu­pé­rer son chez soi en Israël, au pré­texte que les Juifs y étaient les pre­miers pro­prié­taires il y a des mil­lé­naires. Pas avec Air France, mais avec l’Exodus en 1947. La com­mu­nau­té inter­na­tio­nale a approu­vé de par­quer les squat­teurs pales­ti­niens pour lais­ser la place aux ayants-droit.
  • Dans ces condi­tions, puisque nous des­cen­dons tous de Lucy l’Éthiopienne (notre illus­tra­tion ci-des­sous), les Européens sont donc chez eux en Afrique.
Australopithecus africanus
  • Sans remon­ter si loin dans le temps, les Français ont créé, construit, déve­lop­pé tout un pays qui n’exis­tait pas avant eux, l’Algérie.
    Plus géné­ra­le­ment, les Européens ont su faire pros­pé­rer toute l’Afrique avant que les Africains s’i­ma­ginent en être capables.

Je pro­pose donc que les Européens s’ins­tallent tous en Afrique, sur ce mer­veilleux conti­nent, riche d’in­nom­brables res­sources, bien plus que l’Europe. Si on y regarde bien, les Européens de souche

La France aux Africains et l’Afrique aux Français !

This is what Trump meant when he said Paris isn’t Paris any­more. This is what socia­lism and glo­ba­lism get you.

Gepostet von Richard Garcia am Montag, 18. März 2019

Les Européens sau­ront — à nou­veau — magni­fier ce conti­nent, ce que les Gilets Noirs ne semblent pas capables de faire.

Grâce aux cou­cous d’Air France, ils s’ins­tallent ici tels les cou­cous. Qu’à cela ne tienne !
Gilets Noirs, on vous laisse l’Europe. Venez, venez tous vous y entas­ser. Nous, on retourne en Afrique ! Nous sau­rons y vivre pai­si­ble­ment.

À Tombouctou, à Ouagadougou, ON EST CHEZ NOUS !

Michel Lebon

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Abonnez vous !

Nice Provence Info s'engage à ne jamais communiquer vos coordonnées à qui que ce soit.

Visiteurs en ligne

  • 2Actuellement:

Aidez nous !

Nice Provence Info est un site d'information libre car il s'attache à rester rigoureusement indépendant de tout parti politique, de toute puissance financière, de toute communauté, de toute obédience publique ou occulte.
Nice Provence Info ne peut poursuivre cette mission que grâce au dévouement de ses rédacteurs et aux dons de ses lecteurs.