Il est déjà fait mention de cet adage dans les Évangiles. L’apôtre Paul conseille son ami Timothée pour le choix des futurs responsables des communautés chrétiennes et lui dit : «Qu’il soit l’époux d’une seule femme; qu’il élève bien ses enfants; qu’il soit sobre. Comment, en effet, être responsable de la famille des chrétiens si l’on ne peut être responsable de soi-même et de sa propre famille ?» (1Tm 3,2-5)

Le président de la métropole Nice Côte d’Azur ne respecte pas le conseil de Saint Paul lorsqu’il décide de son propre chef d’allouer une subvention de 544 000 euros pour la reconstruction de Notre-Dame.
Ce faisant, le vieux briscard niçois de la politique politicienne :

  • Joue sur sur l’affectif pour se donner le beau rôle du généreux et faire adhérer ses administrés et donc ses électeurs traumatisés par l’incendie de la cathédrale parisienne. Qui peut rester insensible à ce traumatisme ? Les méchants, bien entendu. Choisissez votre camp : les gentils ou les méchants.
  • Joue sur les chiffres pour démontrer que cet effort est indolore puisqu’il revient à un don de 1 euro par habitant de la métropole. Qui refuse de donner 1 euro pour la reconstruction de Notre-Dame ? Toujours les méchants.
  • Ne donne pas son argent mais celui des contribuables qui n’ont pas été consultés et à qui il revient individuellement de donner pour telle ou telle cause.
La taxe foncière a été augmentée dans des proportions insoutenables.

Quel est l’élu suffisamment courageux et responsable qui osera critiquer une telle démarche généreuse et humaniste ? Personne, sauf…
Guillaume Aral, élu divers droite au conseil métropolitain, qui s’élève avec des propos de bon sens : «Ce n’est pas notre rôle car ce n’est pas sur notre territoire. Nous avions déjà voté une subvention de 50 000 euros à une association israélienne. Si encore les financements de la métropole étaient excédentaires, pourquoi pas. Mais ce n’est pas le cas. Si les métropolitains veulent donner pour Notre-Dame, ils n’ont pas besoin qu’on prenne leur argent pour donner à leur place. »

Il se trouve tout de même un — UN, 1 — élu, bien seul, pour exprimer le bon sens et la raison:

  • Notre-Dame n’est pas située sur la Métropole Nice – Côte d’Azur.
  • Christian Estrosi est coutumier de subventions discrétionnaires.
  • La métropole niçoise est surendettée à tel point qu’elle a dû augmenter drastiquement les impôts en 2019. Estrosi, comme tous ses collègues politiciens, donne de l’argent qu’il n’a pas.
  • Enfin il revient à chacun de déterminer ce qu’il donne ou pas aux grandes causes humanitaires. Pourquoi Estrosi déciderait-il à notre place ? Qu’il commence déjà par bien gérer sa famille, comme le conseille Saint Paul.
  • Nous ajouterons que le projet de reconstruction n’est pas défini et que les dons sont collectés avant même que l’on sache comment ils seront utilisés.

Christian Estrosi est à l’image de toute notre classe politique : il dépense l’argent qu’il n’a pas dans le seul dessein de séduire son électorat en vue de la prochaine échéance électorale.


Massimo Luce