Sélectionner la page

Nick Conrad remet le couvert

Nick Conrad remet le couvert

Le char­mant rap­peur qui avait publié un clip ignoble appel­lant à lyn­cher les blanc, y com­pris les bébés qu’il faut « écar­te­ler », disait-il, remet ça en décla­rant dans son nou­veau clip qu’il « baise la France, baise la France, jusqu’à l’agonie. » Au volant d’un cabrio­let Audi blanc imma­cu­lé, le sinistre indi­vi­du clame sa haine de la France et joint le geste à la parole en étran­glant une jeune fille blanche.
La presse, d’une seule voix, s’exclame : « La droite s’insurge contre le nou­veau clip de Nick Conrad ». L’air de dire : « Encore un tol­lé des into­lé­rants, xéno­phobes, isla­mo­phobes et racistes ». On rêve ! Dans quel monde vivons-nous ? Heureusement que ce qu’il reste de la droite s’insurge encore ! Tous les par­tis devraient en faire autant lorsqu’on s’en prend publi­que­ment à notre pays en décla­rant « brû­ler la France » et « poser une bombe sous son pan­théon ». C’est la moindre des choses, non ?… Et bien, pas pour la Bien Pensance !

Dans une œuvre pré­cé­dente, Nick Conrad vou­lait pendre les blancs.

En effet, Benoît Hamon — vous vous rap­pe­lez ? celui-qui fut le can­di­dat inves­ti par le Parti Socialiste à l’é­lec­tion pré­si­den­tielle et aujourd’­hui tête de liste du même par­ti aux élec­tions euro­péennes — Benaoît Hamon donc a expri­mé son « désac­cord » très mesu­ré, s’interrogeant aus­si­tôt, pour tem­pé­rer encore sa réac­tion, de savoir « ce qui relève de la liber­té de l’artiste et qu’est-ce qui relève du mes­sage poli­tique ? » Pire encore, il ira jusqu’à mettre en garde de « ne pas condam­ner, brû­ler Gainsbourg, Brassens et beau­coup d’autres avant ! » Mais quelle honte ! Mettre sur le même plan Brassens et cet infâme pro­vo­ca­teur dans le moindre talent que la pro­vo­ca­tion vio­lente. Benoît Hamon est encore pire que Nick Conrad. Quant aux autres chefs de par­tis, ils se taisent : « Qui ne dit mot consent » dit le pro­verbe.
Christophe Castaner, sosu la pres­sion des forces de police exa­cer­bées, s’est quand même fen­du d’un tweet pour « condam­ner sans réserve et sans ambi­guï­té les pro­pos inqua­li­fiables et le clip odieux de #NickConrad ».
Élection de dimanche pro­chain oblige : dif­fi­cile de faire moins à la vue du score annon­cé pour le RN qui, à n’en pas dou­ter, fait lar­ge­ment son lit dans cette haine du pays expri­mée par ces halo­gènes mani­fes­tant tou­jours plus d’agressivité à l’é­gard de notre pays et de notre iden­ti­té. Notre ministre de l’Intérieur affirme par ailleurs avoir sai­si le pro­cu­reur de la République et deman­dé que la pla­te­forme Pharos retire le clip « qui n’est rien d’autre qu’un appel à la haine de notre pays et à la vio­lence ».
Or, hier, le clip était tou­jours visible. Aujourd’hui, on peut encore le vision­ner en se « connec­tant » pour « jus­ti­fier son âge ». Lequel ? Ce n’est pas pré­ci­sé. Mais force est de consta­ter qu’il est tou­jours pos­sible d’y accé­der et que l’injonction de notre fan­fa­ron de ministre de l’Intérieur n’a pas été sui­vie de véri­table effet. Pour le moins, cette sup­pres­sion semble poser beau­coup plus de pro­blèmes tech­niques que pour les clips des Identitaires. Cherchez l’erreur !
Enfin, notons le silence assour­dis­sant de Marlène Schiappa, tou­jours si prompte à voler au secours des femmes vic­times des plus affreux « outrages » – comme des bisous envoyés d’une tri­bune de l’Assemblée natio­nale, par exemple – mais qui est res­tée insen­sible à la scène d’étranglement mon­trant notre déli­cat poète ser­rer com­pul­si­ve­ment le cou de sa vic­time, à quatre pattes sur son corps pla­qué au sol. Interrogée par les réseaux sociaux – ces empê­cheurs de biai­ser en rond – elle a dit igno­rer « comme beau­coup » l’existence ce clip. Ben voyons ! Et de bot­ter en touche en indi­quant que celui-ci « a été signa­lé à juste titre aux auto­ri­tés com­pé­tentes par le ministre de l’Intérieur et qu’elle ne pense pas néces­saire de lui faire plus de pub. »
Marlène Schiappa pré­fère de beau­coup s’en prendre à François-Xavier Bellamy.

Dans ce tweet – venu peu de temps après celui témoi­gnant de son indif­fé­rence aux igno­mi­nies de Nick Conrad – notre secré­taire d’État char­gée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les dis­cri­mi­na­tions (n’en jetez plus !) a atta­qué la tête de liste LR met­tant en exergue son refus de condam­ner les réformes légis­la­tives sur l’IVG en Alabama aux États-Unis. Ce qu’il se passe là-bas est bien plus pré­oc­cu­pant pour nos Bien Pensants que les pro­pos hai­neux de Nick Conrad à notre encontre.

Condamner Nick Conrad, c’est affi­cher son appar­te­nance à la France rin­gar­di­sée, c’est affi­cher une faute de goût, voire d’in­cul­ture. Car notre nou­veau poète a pris toutes les pré­cau­tions néces­saires à la com­pré­hen­sion de son œuvre. Le clip débute avec « un aver­tis­se­ment qui demande un esprit de dis­tan­cia­tion au spec­ta­teur ». On s’emballe donc pour rien : il faut voir du second voire du troi­sième degré ! Et la jeune fille qui se fait étran­gler, le fils spi­ri­tuel de Brassens, qui dépasse son maître, en donne la clef de lec­ture : « Il y a une petite note à la fin du clip qui explique que ce qui est étran­glé, c’est la men­ta­li­té fran­çaise. » Ouf, nous voi­là ras­su­rés ! Là, on est dans l’allégorie pure. Il faut évi­dem­ment voir une « tête de men­ta­li­té » à sa pauvre vic­time. Et la men­ta­li­té des Français, cela va de soi, mérite le ter­rible châ­ti­ment qu’il lui inflige dans le clip. CQFD.

La culture fran­çaise qui n’existe pas pour Macron, n’existe en fait pour la macro­nie que pour l’a­néan­tir.

Charles André

1 commentaire

  1. Je n’ai pas de mots pour expri­mer mon dégoût vis à vis de cette nou­velle pro­vo­ca­tion de Nick Conrad…
    Quoi, c’est être « rin­gard » que dénon­cer des paroles aus­si vio­lentes et hai­neuses ??
    Alors oui, je suis rin­garde et j’en suis fière.

    Répondre

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Abonnez vous !

Nice Provence Info s'engage à ne jamais communiquer vos coordonnées à qui que ce soit.

Visiteurs en ligne

  • 2Actuellement:

Aidez nous !

Nice Provence Info est un site d'information libre car il s'attache à rester rigoureusement indépendant de tout parti politique, de toute puissance financière, de toute communauté, de toute obédience publique ou occulte.
Nice Provence Info ne peut poursuivre cette mission que grâce au dévouement de ses rédacteurs et aux dons de ses lecteurs.