Sélectionner la page

Ma bonne semaine de mauvaise foi (23 juin 2019)

Dimanche 16 juin 2019

Un anni­ver­saire que per­sonne n’est venu fêter !
Il y a 10 ans, était ins­tau­rée la Haute Autorité Destinée à Observer les Petits Internautes, HADOPI(1) ! À l’époque, Facebook ou Twitter n’existaient pas, la presse n’avait pas encore com­pris qu’elle était des­ti­née à dis­pa­raître et croyait encore y trou­ver son compte. Internet était un vaste champ de foire où tout un cha­cun pou­vait à sa guise et très faci­le­ment télé­char­ger, musiques, films, livres, bref toute la culture ! C’est alors qu’apparut le gros mot : PIRATAGE. Des gang­sters armés de modems et de gra­veurs de CD pillaient impu­né­ment les œuvres pas for­cé­ment d’art, et par delà, l’État par un manque à gagner en terme de taxes.
Il fal­lait agir, et on créa HADOPI. On allait voir ce qu’on allait voir, foi de Sarko.
On mit donc en place la Riposte Graduée, qui fai­sait un peu pen­ser au sketch de Coluche sur les gen­darmes : en pre­mier tu as un aver­tis­se­ment, au bout de dix aver­tis­se­ments tu as un blâme, au bout de dix blâmes tu peux être dégra­dé. Mais comme les inter­nautes n’étaient pas tous gra­dés… deux ans plus tard, le fias­co était patent. Les pirates réflé­chis­sant et agis­sant plus vite que les légis­la­teurs, les répliques aux menaces se firent de plus en plus effi­caces, le strea­ming suc­cé­dant au peer to peer.

Où en est-on 10 ans après ?

Après 10 mil­lions d’euros en 2010, puis 11,4 en 2011, 11 en 2012, 8,4 en 2013, 5,6 en 2014, 5,52 en 2015, 7,8 en 2016, 9 en 2017, 10 en 2018 puis 9 mil­lions pour cette année, c’est donc un total de 88 mil­lions d’euros qui ont été dépen­sés par l’État, pour obte­nir la condam­na­tion de… 83 per­sonnes. Soit un peu plus d’un mil­lion d’euros dépen­sé pour condam­ner chaque tête de pipe.
Le pira­tage n’a pas dimi­nué, bien au contraire, mais on ne jette pas une idée qui marche : HADOPI conti­nue­ra à fonc­tion­ner.

(1) Plus sérieu­se­ment : Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet.

HADOPI

Lundi 17 juin 2019

C’est aujourd’hui qu’est offi­ciel­le­ment lan­cé le SNU, Service National Universel. Tout doit être uni­ver­sel de nos jours, vous n’aviez pas remar­qué ?
Après des mois de dis­cus­sions, le pro­jet est donc abou­ti, et les pre­miers volon­taires (envi­ron 2000, âgés de 15 et 16 ans) ont pu inté­grer leur caser­ne­ment pour y être embri­ga­dés à la sauce poli­ti­que­ment cor­recte. Le secré­taire d’État, Gabriel Attal, a expli­qué que les jeunes étaient là pour suivre chaque jour « des modules dif­fé­rents », notam­ment sur « le déve­lop­pe­ment durable ou les valeurs de la République » (si, si!). Tandis que « chaque soi­rée sera dédiée à un débat sur des enjeux de socié­té », tels que « les dis­cri­mi­na­tions liées à l’orientation sexuelle, le han­di­cap, la radi­ca­li­sa­tion, etc. » Ce lun­di, par exemple, « après le match de l’équipe de France fémi­nine de foot, il y aura une dis­cus­sion sur l’égalité femmes-hommes »…
Aujourd’hui ce sont des volon­taires de bonnes familles, on a hâte de voir ce que cela va don­ner avec les « jeunes des quar­tiers ».
Ce gad­get de 1,5 mil­liards d’Euros est cen­sé valo­ri­ser une « cohé­sion natio­nale » bri­sée dans le même temps par une immi­gra­tion exo­gène mas­sive. Les juristes spé­cia­li­sés font remar­quer : « Contrairement aux jeunes majeurs de 18 ans ou plus, pré­cé­dem­ment appe­lés au ser­vice mili­taire, la cible du nou­veau SNU est consti­tuée par […] des enfants mineurs encore pla­cés sous la res­pon­sa­bi­li­té et l’autorité de leurs parents ». Et de rap­pe­ler fort jus­te­ment que « Pour por­ter une nou­velle atteinte aux liber­tés indi­vi­duelles des jeunes et pour les sous­traire à l’autorité de leurs parents, l’État doit être auto­ri­sé par une loi, et sans doute même par la Constitution. Or aucun texte n’a été voté ». Ils appellent donc les parents à boy­cot­ter cette ini­tia­tive dou­teuse.

SNU Service National Universel

Mardi 18 juin 2019

Parution ce week end, d’une excel­lente vidéo de l’excellent Boris Le Lay, qui, de son exil au Japon, nous gra­ti­fie d’une réflexion sur l’après-débarquement de juin 1944. Malheureusement, nous sommes en France, et la vidéo ne fut visible que quelques jours avant d’être cen­su­rée. La France est un pays de liber­tés. Mais de liber­tés sur­veillées !

Charles de Gaulle débarquement 6 juin 1944

Mercredi 19 juin 2019

Le gou­ver­ne­ment veut amé­lio­rer le recou­vre­ment des pen­sions ali­men­taires, ce qui devient une urgence pour bon nombre de mères céli­ba­taires. Soit.
Mais com­ment peut-on à la fois reje­ter les pères et leur rôle, ne pas leur recon­naître leur capa­ci­té à éle­ver des enfants (PMA et GPA), et en même temps leur repro­cher de ne plus prendre leurs res­pon­sa­bi­li­tés qu’on leur a reti­rées par­fois par la jus­tice ?
Dans l’ensemble de la classe poli­tique, nous ne trou­vons aucun exemple de vie fami­liale pérenne et har­mo­nieuse, notre Président le pre­mier des contre-exemples. Les enfants de Mai 68 veulent le beurre et l’argent du beurre.

Jouissez sans entraves - Mai 68 - Henri Cartier-Bresson

Cliché Henri Cartier-Bresson – Mai 68

Jeudi 20 juin 2019

Notre prin­ci­pal concur­rent dans le dépar­te­ment a de sérieuses dif­fi­cul­tés finan­cières, ce n’est un secret pour per­sonne. Et cela depuis quelques années déjà. Dans les années 2015–2016, habi­tués à la co-ges­tion pater­na­liste des familles Bavastro et Comboul, alliées de cir­cons­tance avec le puis­sant Syndicat du Livre CGT, les sala­riés de Nice-Matin ont com­men­cé à déchan­ter. Le groupe belge Nethys, entré par néces­si­té pour remettre à flot la tré­so­re­rie, éta­blit alors des coupes sombres dans les effec­tifs, la CGT gar­dienne des garan­ties pré­cé­dem­ment acquises .
Mais en 2018, la mai­son mère de Nethys, Publifin, liée au Parti Socialiste belge, est empor­tée par une vague de scan­dales finan­ciers. Elle sou­haite alors revendre ses 34% de parts dans Nice Matin et plonge la rédac­tion dans la tour­mente. Début mars 2019, la direc­tion du jour­nal déclenche une pro­cé­dure de sau­ve­garde.

Qui pour reprendre Nice-Matin ?

On parle beau­coup de l’industriel fran­co-liba­nais Iskandar Safa, (lire Xavier Niel, un nou­vel emmer­deur pour Nice Matin ? du 20 juin 2019) pro­prié­taire des chan­tiers navals en France et ailleurs, et le plus impor­tant pro­prié­taire fon­cier régio­nal, bien sûr pré­sent dans la presse à tra­vers le contrôle du groupe Valmonde (Valeurs Actuelles, Mieux vivre votre argent).
Nice-Matin pren­dra t-il le ton de Valeurs Actuelles ? Avec l’infléchissement pris par l’hebdomadaire ces der­niers mois, deve­nant semble t-il de plus en plus Macron-com­pa­tible, il sera inté­res­sant de voir dans la future et très proche bataille des muni­ci­pales à Nice, qui d’Estrosi ou de Ciotti, le quo­ti­dien de la Côte d’Azur sou­tien­dra. Quoi qu’il en soit, je doute qu’il sou­tienne Philippe Vardon, qui a pour­tant annon­cé offi­ciel­le­ment sa can­di­da­ture pour cette élec­tion niçoise.

Nice-Matin 10 décembre 2014 titre Faux débat

Vendredi 21 juin 2019

Barack Obama, le Président fabri­qué par le Système, vit une très confor­table retraite après avoir consi­dé­ra­ble­ment affai­bli les États-Unis au cours de ses deux man­dats, ce qui a du reste sus­ci­té l’élection de l’anti-Obama Donal Trump.
Mais ce Président que l’on nous a pré­sen­té comme noir, jouit tou­jours d’un enthou­siasme fré­né­tique des médias Main Stream. Nous appre­nons qu’il visite notre région. Sur un plan tou­ris­tique, c’est inté­res­sant puisque le bud­get de ce bref périple en nos terres pro­ven­çales s’établit à 55 000 €.
C’est tou­jours ça de pris.

Barack Obama famille

Samedi 22 juin 2019

Vous connais­sez tous la pho­to de Pétain en com­pa­gnie de Hitler, elle est dans tous les livres d’Histoire, afin que nul n’oublie. Mais une pho­to beau­coup plus rare et très rare­ment dif­fu­sée est celle de l’autre dic­ta­teur san­glant de l’époque, qui ne devait rien à son voi­sin en terme de nombre de vic­times bien au contraire, en com­pa­gnie de l’auto-proclamé vain­queur fran­çais de l’armée alle­mande, Charles de Gaulle. Voici les images de l’époque fraî­che­ment démou­lées de la pro­pa­gande com­mu­niste :

Pour de Gaulle et sa délé­ga­tion, ce n’était pas un petit périple. En novembre 44, on ne pou­vait pas se rendre direc­te­ment de Paris à Moscou, il fal­lait faire un long détour par l’Iran et… Stalingrad : au total six jours de voyage, départ de Paris le 27 novembre arri­vée le 2 décembre à Moscou.
En cette époque trouble de l’après débar­que­ment (ah, si la vidéo de Boris n’avait pas été cen­su­rée…), c’est la menace com­mu­niste avec le risque de les voir prendre le pou­voir par la force sitôt la France libé­rée de l’occupant nazi. Alors, qu’est allé deman­der de Gaulle au tyran sovié­tique ? Tout sim­ple­ment de cal­mer ses troupes en France en échange de pans entiers du gou­ver­ne­ment de la Nation (infor­ma­tion, éner­gie, Éducation), le temps de faire dis­pa­raître ce qu’il res­tait de la droite dont il était lui-même issu… Nous y sommes encore. Ça n’a pas trop mal réus­si…

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain…

Patrice LEMAÎTRE

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Abonnez vous !

Nice Provence Info s'engage à ne jamais communiquer vos coordonnées à qui que ce soit.

Visiteurs en ligne

  • 3Actuellement:

Aidez nous !

Nice Provence Info est un site d'information libre car il s'attache à rester rigoureusement indépendant de tout parti politique, de toute puissance financière, de toute communauté, de toute obédience publique ou occulte.
Nice Provence Info ne peut poursuivre cette mission que grâce au dévouement de ses rédacteurs et aux dons de ses lecteurs.