Sélectionner la page

Mais puisqu’on vous dit que l’Europe, c’est bon pour vous !

Un pro­pos de Vladimir Poutine lors du récent G20 qui se tenait à Osaka est plu­tôt pas­sé inaper­çu. On com­prend bien pour­quoi car le pré­sident russe a don­né un sérieux coup de rin­gar­dise à la Bien Pensance occi­den­tale mon­dia­liste. Ce der­nier s’est per­mis de trai­ter d’obsolètes les idées qui fondent pour­tant la doc­trine pro­gres­siste en vogue au sein de toutes les élites occi­den­tales : « Cette idée [du mul­ti­cul­tu­ra­lisme] est deve­nue obso­lète et est en conflit avec les inté­rêts de l’immense majo­ri­té de la popu­la­tion.»

Pour être plus pré­cis encore, Poutine pense qu’Angela Merkel a com­mis une « erreur capi­tale » en déci­dant d’ouvrir les fron­tières alle­mandes à des mil­lions de réfu­giés, sans même consul­ter son propre peuple. Tout à fait logi­que­ment il a loué le pré­sident amé­ri­cain Donald Trump de fer­mer ses fron­tières.

Vladimir Poutine enfonce même le clou : « Cette idée libé­rale pré­sup­pose que l’on ne peut rien faire. Que les migrants peuvent tuer, piller, vio­ler en toute impu­ni­té du fait que leurs droits sont pro­té­gés ». Il pré­dit un ave­nir sombre à ces idées libé­rales : « À mon avis, on va trop loin avec cette idée disons « libé­rale » qui com­mence à « s’avaler » elle-même ».

Dur, dur pour les chefs d’État occi­den­taux réunis à Osaka. Merkel en mau­vaise san­té n’a pas réagi. Notre sémillant pré­sident, coin­cé entre les grands chefs d’État, adepte incon­di­tion­nel de la Modernité (avec un grand M) et du Progrès (avec un grand P), en est res­té coi.

Donald Tusk

Donald Tusk

Seul Donald Tusk s’est sen­ti obli­gé de rele­ver les pro­pos du pré­sident russe. Au fait, qui c’est ce Donald Tusk ? Pas Donald Trump, Donald Tusk ! Eh bien c’est le pre­mier ministre polo­nais qui ins­talle des bases mili­taires amé­ri­caines en Pologne et achète des avions amé­ri­cains plu­tôt que des mirages fran­çais. C’est pro­ba­ble­ment son ali­gne­ment atlan­tiste bien ancré qui lui a valu d’être nom­mé le 1er décembre 2014 « Président du Conseil de l’Union euro­péenne ». Vous le saviez ? Non bien sûr, comme tout le monde puisque tout cela se passe dans les cou­lisses de Bruxelles sans la moindre consul­ta­tion popu­laire.

Les « valeurs de l’Europe » ayant été pié­ti­nées par le pré­sident russe élu, le pré­sident euro­péen non élu s’est fen­du d’une leçon déses­pé­rée de démo­cra­tie : « Quiconque affirme que la démo­cra­tie pro­gres­siste est obso­lète dit par là-même que les liber­tés sont obso­lètes, que l’État de droit est obso­lète et que les droits de l’Homme sont obso­lètes. » autant de « valeurs vivaces de l’Europe. » Vous l’avez bien com­pris : point de salut en dehors de la « démo­cra­tie pro­gres­siste ».

Mais au fait, quelles sont ces « valeurs vivaces de l’Europe » qui en font une « démocratie progressiste » ?

Est-ce le contrôle des médias ? La vio­lence de la répres­sion poli­cière ? La cor­rup­tion au plus haut niveau de l’État ? Les trai­tés inter­na­tio­naux négo­ciés en cati­mi­ni sans aucune trans­pa­rence ni consul­ta­tion popu­laire (trai­té trans­at­lan­tique, pacte de Marrakech notam­ment) ? Est-ce l’immigration for­cée ? Est-ce le métis­sage for­cé ? Est-ce l’enrichissement des plus riches ?
On peut conti­nuer.

Jean-Claude Juncker

Jean-Claude Juncker

Est-ce le déni de démo­cra­tie par le mépris des votes popu­laires (par exemple le réfé­ren­dum sur le trai­té de Maastricht ou sur le Brexit) ? Est-ce l’Eurovision ? La théo­rie du genre ? La GPA qui sera léga­li­sée contre toutes les pro­messes poli­tiques ?
Est-ce encore le déni du vote popu­laire par Jean-Claude Juncker, pré­sident de la com­mis­sion euro­péenne qui affirme à pro­pos du réfé­ren­dum sur le trai­té de Maastricht : « Si c’est oui, nous dirons donc : on pour­suit ; si c’est non, nous dirons : on conti­nue ! ». C’est ce même pré­sident de la com­mis­sion euro­péenne, ivrogne notoire qui nous fait honte à cha­cune de ses sor­ties publiques, qui sou­tient : « Il ne peut y avoir de choix démo­cra­tique contre les trai­tés euro­péens. »

Quoi qu’en disent les diri­geants euro­péens, les peuples d’Europe ne croient plus en leurs ins­ti­tu­tions et le font savoir par les urnes que Tusk ou Juncker et tous les « démo­crates pro­gres­sistes » se refusent à entendre.

Il est à craindre, comme l’avance le pré­sident russe, que

cette « démocratie progressiste » qui fonctionne sans l’assentiment des peuples européens soit réellement obsolète.

Georges Gourdin

1 commentaire

  1. C’est tout le drame de cette situa­tion qui confine les peuples dans une idéo­lo­gie de bisou­nours, qui doit nous cacher autre chose…
    Cette autre-chose me semble n’avoir comme but insi­dieux que d’affaiblir le conti­nent dans sa par­tie occi­den­tale, mal­gré les aver­tis­se­ments des « pays de l’Est ».
    Un simple exemple : l’affaire de la capi­taine d’une ONG alle­mande qui a for­cé l’accostage de son bateau en Italie.
    Pourquoi les auto­ri­tés ne l’ont-elles pas for­cée à aller accos­ter en Allemagne ? Car depuis, on s’est fait don­ner des leçons d’humanisme dans les médias par des ONG alle­mandes qui se sont per­mises de la rame­ner !
    Un scan­dale !

    Répondre

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Abonnez vous !

Nice Provence Info s'engage à ne jamais communiquer vos coordonnées à qui que ce soit.

Visiteurs en ligne

  • 4Actuellement:

Aidez nous !

Nice Provence Info est un site d'information libre car il s'attache à rester rigoureusement indépendant de tout parti politique, de toute puissance financière, de toute communauté, de toute obédience publique ou occulte.
Nice Provence Info ne peut poursuivre cette mission que grâce au dévouement de ses rédacteurs et aux dons de ses lecteurs.