Sélectionner la page

Ma bonne semaine de mauvaise foi (7 juillet 2019)

Dimanche 30 juin 2019

Vous vous sou­ve­nez de Georges Ibrahim Abdallah, ancien chef des Fractions armées révo­lu­tion­naires liba­naises (FARL), arrê­té à Lyon en 1984 puis condam­né à per­pé­tui­té pour com­pli­ci­té dans l’assassinat en 1982 à Paris, de deux diplo­mates, l’Américain Charles Robert Ray et l’Israélien Yacov Barsimantov.
LeMondeJuif.info nous apprend qu’une marche en sou­tien à ce mon­sieur avait été orga­ni­sée le 22 juin der­nier à Paris par quelques dizaines d’extrémistes anti-israé­liens. Une fois de plus on peut déplo­rer que le sol fran­çais soit le théâtre de mani­fes­ta­tions étran­gères sans désap­pro­ba­tion de ceux qui nous gou­vernent. Le ras­sem­ble­ment avait en effet été préa­la­ble­ment auto­ri­sé par la pré­fec­ture de police.
Soutien Georges Ibrahim Abdallah
Ce qui sur­prend tout de même un peu, c’est que des dra­peaux du groupe ter­ro­riste Front popu­laire de libé­ra­tion de la Palestine (FPLP), sur la liste noire des groupes ter­ro­ristes de l’UE, ont été aper­çus dans le défi­lé et sur­tout que des « À mort Israël » ont été scan­dés à plu­sieurs reprises tout au long du cor­tège, cela sans aucune réac­tion des forces de l’ordre, ni aucun mot dans les jour­naux écrits ou télé­vi­sés… Quand on pense à ce qui se passe au moindre inci­dent devant une syna­gogue, ou cime­tière juif, on est en droit de se deman­der s’il n’y a pas deux poids et deux mesures dans la réac­ti­vi­té sen­so­rielle rela­tive au peuple élu.

Lundi 1er juillet 2019

Dans la série « déman­tè­le­ment des ser­vices publics, notam­ment régio­naux », la menace pèse à nou­veau sur la ligne fer­ro­viaire Nice-Cunéo-Turin. Cette ligne détruite pen­dant la der­nière guerre, avait été recons­truite dans les années 70. Elle a une impor­tance éco­no­mique autant que tou­ris­tique avec le Train des Merveilles pen­dant l’été et per­met d’alléger (un peu) le pas­sage des camions dans la val­lée de la Roya.
Cette ligne de che­min de fer, très utile, trans­fron­ta­lière, à l’indéniable inté­rêt patri­mo­nial et tou­ris­tique, est mena­cée de fer­me­ture.
Nadine Broch, pré­si­dente de ACME-Pays des Paillons, membre du Conseil de Développement du Pays des Paillons, lance un cri d’alarme que nous par­ta­geons bien volon­tiers :
Il faut sau­ver la ligne Nice-Cuneo-Turin (tous les détails ici).
Des tra­vaux de conso­li­da­tion doivent impé­ra­ti­ve­ment être effec­tués : en par­ti­cu­lier, un bud­get de 15 M€ ont été votés par le Conseil régio­nal Provence Alpes Côte d’Azur en 2015, mais ne sont tou­jours pas ver­sés.
Pour sa sur­vie, il est impé­ra­tif qu’une grande mobi­li­sa­tion vienne sou­te­nir les efforts des Amis du Rail et du Comité fran­co-ita­lien.
Merci de signer et faire signer autour de vous la péti­tion en ligne. Tous concer­nés, même ailleurs que dans le dépar­te­ment.
Vous pou­vez éga­le­ment écrire à :
• ACME-Pays des Paillons, B.P. n°5, 06391 Contes Cedex
• Association Les Amis du Rail Azuréen, 156 Boulevard Napoléon III, 06200 Nice
Merci infi­ni­ment de votre sou­tien.
Train en danger Cuneo-Vintimille-Nice

Mardi 2 juillet 2019

L’aquataxe, vous connais­sez ?
Comme son nom l’indique, l’aquataxe est une taxe sur l’eau, qui sera pré­le­vée au niveau local pour entre­te­nir les rivières, les lacs, les digues et les canaux, et qui va per­mettre de réa­li­ser des tra­vaux pour lut­ter contre les « futures » inon­da­tions.
Depuis le 1er jan­vier, ce sont les col­lec­ti­vi­tés locales qui gèrent toutes ces pro­blé­ma­tiques à tra­vers tout un tas de syn­di­cats des eaux, l’État s’étant reti­ré. Il est vrai que les muni­ci­pa­li­tés sont plus aptes à gérer les pro­blèmes dûs à la consom­ma­tion d’eau, étant par essence sur le ter­rain. Pour une fois que le jaco­bi­nisme lâche un peu de lest, ne bou­dons pas notre plai­sir.
Cette taxe vous coû­te­ra 40 euros par habi­tant et par an. Les familles nom­breuses appré­cie­ront. D’autant plus que ces 40 € viennent s’ajouter à une ribam­belle de taxes comme la TVA sur l’eau qui est pas­sée de 5,5 à 7 % il y a quelques temps, et à la rede­vance sur l’eau potable, son trai­te­ment et sa dis­tri­bu­tion.
Si on veut cher­cher la petite bête, on fini­ra par croire que rapi­de­ment, l’eau pour­rait coû­ter plus cher que le pas­tis…
Une autre idée de nos « verts » au gou­ver­ne­ment, c’est de faire payer un tarif pro­gres­sif en fonc­tion de la consom­ma­tion. Plus on consomme, plus c’est cher !
On va finir par regret­ter la taxe d’habitation !

Inondations_Var_octobre-2018

Crue du Var – Octobre 2018

Mercredi 3 juillet 2019

À l’issue du « Grand Débat », Emmanuel Macron avait décla­ré que d’ici la fin de son quin­quen­nat, le gou­ver­ne­ment ne fer­me­rait plus d’école… du moins, sans l’accord du maire. Cette petite pré­ci­sion peut faire sou­rire, mais elle a toute son impor­tance.
Résultat : selon le minis­tère de l’Éducation Nationale, à la ren­trée pro­chaine, quelques 400 éta­blis­se­ments man­que­ront quand même à l’appel. Ces écoles, en majo­ri­té rurales, fer­me­ront défi­ni­ti­ve­ment leurs portes ce ven­dre­di soir à l’aube des grandes vacances, après concer­ta­tion en pré­sence des maires et/​ou com­mu­nau­tés de com­munes.
400 écoles, ce n’est pas rien, même si en fait 150 « seule­ment » dis­pa­raî­tront effec­ti­ve­ment et 250 seront elles, fusion­nées dans une seule école « RPC » (Regroupement péda­go­gique concen­tré).
L’intérêt des enfants dans ce pro­jet ? Aucune impor­tance, il ne s’agit que de gros sous. Alors qu’une fois de plus, le fos­sé entre zones urbaines et zones rurales se creuse, les éco­liers des champs subi­ront des temps de tra­jets beau­coup plus longs, avant d’être réunis par cen­taines dans ces méga-struc­tures. Qui ose­ra dire que cela faci­li­te­ra les appren­tis­sages ?
Les petites classes uniques que, comme moi, cer­tains d’entre vous ont connues vont donc dis­pa­raître, et les écoles « pagno­lesques », n’existeront plus que dans la lit­té­ra­ture désuète. Triste constat.
Ecole_autrefois

Jeudi 4 juillet 2019

Burkini, suite.…..
Alors que l’affaire de Grenoble n’en finit plus de faire des remous d’eau chlo­rée, quelques petits faits divers viennent pimen­ter le dos­sier.
On m’informe du cas d’un bai­gneur qui, sous pré­texte que des femmes s’étaient bai­gnées en bur­ki­ni, a vou­lu se bai­gner en short, logique, si on s’habille comme on veut au mépris des règles. Oui, mais là, ce n’est pas pareil et l’incident a écla­té. Les maîtres-nageurs qui n’avaient pas trop bou­gé avec les musul­manes ont ten­té d’arrêter le contre­ve­nant par la force, ce qui a déclen­ché une bous­cu­lade. Mais lui n’est pas pas­sé à la TV.… Ce qui per­met à tout le monde de com­prendre deux choses
• que cer­tains, tou­jours les mêmes, peuvent enfreindre les règles dans une rela­tive impu­ni­té, pour pro­vo­quer tout le monde et
• que la règle s’applique en fonc­tion de sa com­mu­nau­té d’appartenance.
Autre affaire, sur le même thème, sur Facebook, un groupe dénom­mé « Free the nipple » vient de voir le jour à Annecy et risque fort d’alimenter les dis­cus­sions locales tout l’été. En effet, celui-ci, créé par Céline Saint-Julien, reven­dique le droit pour les femmes de nager torse nu à la pis­cine. Pour se faire entendre, cette dame à qui le per­son­nel de la pis­cine avait deman­dé de sor­tir de l’eau il y a deux semaines, avait orga­ni­sé un ren­dez-vous de pro­tes­ta­tion same­di 29 juin à 16 heures. Rendez-vous au cours duquel six femmes ont nagé seins nus dans la pis­cine sans que les maître-nageurs ne leur disent quoi que ce soit…
Et der­nière petite his­toire, qui date il est vrai, de deux ans à la Ciotat dans une rési­dence pri­vée. La mère, qui porte le voile, se baigne le pre­mier jour en bur­ki­ni avec ses enfants sans encombre. Le len­de­main, elle se rend de nou­veau à la pis­cine avec une amie. Au bout d’une heure, le gar­dien de la rési­dence éva­cue tout le monde de l’eau, sans don­ner d’explication par­ti­cu­lière.
« Le pro­prié­taire aurait reçu un appel du syn­di­cat de copro­prié­té lui disant qu’une femme voi­lée était entrée dans la pis­cine avec ses vête­ments et qu’on était venu me voir pour sor­tir et que j’avais refu­sé », témoigne la mère de famille auprès du CCIF. « Je suis res­tée bouche bée car per­sonne ne m’avait inter­pel­lé ou dit quoi que ce soit », assure-t-elle. Par la suite, le pro­prié­taire aurait appe­lé le couple pour deman­der à ce que la femme ne se baigne plus dans la pis­cine, avant de récla­mer le rem­bour­se­ment des frais de la vidange, de net­toyage, ain­si qu’un dédom­ma­ge­ment pour les deux jours de fer­me­ture de la pis­cine…
Je vous laisse juge de la conclu­sion de ces dif­fé­rentes affaires…
Burkini incivilités

Vendredi 5 juillet 2019

Parole au peuple : com­ment on se fiche de nous avec le RIP (réfé­ren­dum d’initiative popu­laire) !
La pro­cé­dure de RIP a été intro­duite dans la Constitution en 2008 par Nicolas Sarkozy, grand sei­gneur envers le petit peuple comme cha­cun sait. Les ini­tia­teurs du RIP doivent recueillir en neuf mois, par voie élec­tro­nique, l’approbation d’au moins 10 % du corps élec­to­ral, soit plus de 4,7 mil­lions de per­sonnes, ce qui n’est pas rien.
Forts de cette oppor­tu­ni­té, quelques 250 dépu­tés et séna­teurs (de LFI à LR, avec le sou­tien du RN) avaient enclen­ché début avril une pro­cé­dure de RIP sur la pri­va­ti­sa­tion du groupe Aéroports de Paris ADP.
Le Conseil consti­tu­tion­nel, char­gé de com­mu­ni­quer un bilan men­suel des signa­tures recueillies par la péti­tion mise en ligne par le minis­tère de l’Intérieur, a annon­cé ce lun­di 1er juillet 480.300 sou­tiens, soit à peine 10 % du total néces­saire. Autant dire que le quo­rum n’a aucune chance d’être atteint, ce qui était bien le but de l’ex-président. N’oublions pas non plus que c’est ce même Sarkozy qui avait annu­lé la déci­sion du peuple lors du réfé­ren­dum dit de Maastricht grâce à l’entourloupe poli­ti­cienne du trai­té de Lisbonne.
On ne va tout de même pas lais­ser le peuple déci­der ! Ce qui importe c’est qu’il en ait l’impression.
Référendum Non privatisation Aéroport Paris ADP

Samedi 6 juillet 2019

Au sujet du retour des dji­ha­distes « fran­çais » sur notre ter­ri­toire, le conseiller régio­nal RN Philippe Vardon a deman­dé aux conseillers régio­naux de Provence-Alpes-Côte d’Azur d’affirmer leur res­pect de la sou­ve­rai­ne­té judi­ciaire de l’Irak et leur refus du retour des dji­ha­distes sur notre sol parce que la France ne doit plus rien aux dji­ha­distes qui l’ont quit­tée pour aller com­mettre les pires atro­ci­tés en Irak et en Syrie. La tota­li­té des élus de l’exécutif Estrosi-Muselier a voté contre cette pro­po­si­tion. Il fau­dra s’en sou­ve­nir…
Daesh

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain…
Patrice LEMAÎTRE

2 Commentaires

  1. Le R I P ? … Vaste arnaque !
    J’ai ten­té de m’inscrire pour voter à l’occasion de ce « réfé­ren­dum » pour ou contre la pri­va­ti­sa­tion d’ADP.
    Il fal­lait décli­ner son iden­ti­té : nor­mal
    Indiquer sa com­mune de rési­dence : nor­mal
    Le « code » de la com­mune « du vote»(sans pré­ci­sion sur la nature de ce code)… comme tout le monde, je pense,j’ai indi­qué le code pos­tal… REFUSÉ ! …J’ai appris, par la suite, qu’il fal­lait don­ner le code INSEE!!! Évident, n’est-ce pas ?
    Mais là où ça se corse, c’est quand il faut ren­sei­gner les rubriques : pays et dépar­te­ment de nais­sance. Hélas pour moi, étant née en France MAIS dans le dépar­te­ment de Constantine, l’un des 3 dépar­te­ments de notre ex-belle Province d’Algérie, l’affaire était enten­due : le dépar­te­ment de Constantine ?…Inconnu au bataillon, même pas un DOM ou un TOM !!!
    J’en déduis donc qu’AUCUN FRANÇAIS PIED-NOIR né en Algérie avant 1962 n’a pu s’inscrire… Ce qui fait du monde, encore beau­coup de monde, n’en déplaise à Macron !

    Répondre

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Abonnez vous !

Nice Provence Info s'engage à ne jamais communiquer vos coordonnées à qui que ce soit.

Visiteurs en ligne

  • 7Actuellement:

Aidez nous !

Nice Provence Info est un site d'information libre car il s'attache à rester rigoureusement indépendant de tout parti politique, de toute puissance financière, de toute communauté, de toute obédience publique ou occulte.
Nice Provence Info ne peut poursuivre cette mission que grâce au dévouement de ses rédacteurs et aux dons de ses lecteurs.