Sélectionner la page

Déremboursement de l’homéopathie : une mesure de bon sens et de justice

Depuis mercredi dernier 26 juin 2019, la tempête souffle sur l’homéopathie

En effet, la Commission de la trans­pa­rence de la Haute Autorité de san­té (HAS) vient de vali­der un avis pro­vi­soire esti­mant que le « ser­vice médi­cal ren­du » par l’homéopathie est insuf­fi­sant, et qu’elle ne doit plus être rem­bour­sée. Cette déci­sion de bon sens arrive cepen­dant après un siècle de trai­te­ments de faveur.

Alors qu’en France, le code de la Santé Publique exige que tous les médi­ca­ments mis sur le mar­ché démontrent leur effi­ca­ci­té thé­ra­peu­tique par des essais phar­ma­co­lo­giques et cli­niques, depuis 1923, les médi­ca­ments homéo­pa­thiques, eux, ont tou­jours béné­fi­cié de pro­cé­dures allé­gées. Et, depuis la vague des dérem­bour­se­ments enta­mée en 2003, l’homéopathie n’a presque jamais été tou­chée par cette mesure. Pourquoi ?

En plus de deux cents ans d’existence, l’homéopathie n’a jamais pu prou­ver son effi­ca­ci­té de manière irré­fu­table ni expli­quer son mode d’action. Pourtant, elle a su s’est impo­ser. Pour cela, elle a usé d’armes plus effi­caces que la démons­tra­tion scien­ti­fique : des appuis poli­tiques ! Comme ceux qui lui ont per­mis de s’immiscer dans la phar­ma­co­pée fran­çaise en 1965 quand, pour la pre­mière fois en Europe, des médi­ca­ments homéo­pa­thiques étaient ins­crits dans le Codex. Plus de 3 000 souches étaient désor­mais recon­nues comme remèdes que les phar­ma­cies devaient tenir à dis­po­si­tion. Les fameux « gra­nules » sor­taient de la clan­des­ti­ni­té et entraient dans la lumière. Henri Boiron, cofon­da­teur des labo­ra­toires du même nom, qui pro­duisent l’essentiel des remèdes homéo­pa­thiques, triom­phait.

Mais com­ment ces sub­stances ont-elles pu bra­ver les obs­tacles juri­diques, les attaques de l’Académie de méde­cine, les réti­cences des minis­tères pour réus­sir à entrer dans le Codex puis obte­nir le rem­bour­se­ment par la sécu­ri­té sociale ?

Histoire d’une légalisation

Organon Art guerir-Samuel HahnemannDans un entre­tien avec le maga­zine Sciences & Avenir de novembre 2004, Olivier Faure, pro­fes­seur d’histoire de la facul­té de Lyon et spé­cia­liste de l’homéopathie y voit l’aboutissement d’un intense mou­ve­ment idéo­lo­gique amor­cé au XIXe siècle pro­lon­gé par une effi­cace action poli­tique menée au XXe siècle. « L’homéopathie fonc­tionne dès le départ comme une reli­gion, explique-t-il, avec son « maître » (Samuel Hahnemann), son livre (Organon), ses gué­ri­sons mira­cu­leuses, ses conver­sions… Elle se struc­ture en une église consti­tuée de sectes et de cha­pelles où l’on pra­tique l’exclusion et l’excommunication. » Hahnemann n’hésitait pas à par­ler « d’art divin » à ses adeptes de telle sorte que de nom­breux catho­liques furent séduits par ses concepts. Ces gens assu­re­ront l’assise idéo­lo­gique et sociale de la doc­trine.

Au cours du second empire, celle-ci tou­che­ra nombre d’hommes d’affaires et d’industriels par­mi les­quels des auto­ri­tés et des gou­ver­nants. Mais l’homéopathie se heurte encore aux légis­la­tions sur les médi­ca­ments qui pro­hibent les remèdes dits « secrets » et aux phar­ma­ciens rebu­tés par les innom­brables mani­pu­la­tions néces­saires à leur éla­bo­ra­tion. C’est alors qu’entre en scène l’un des acteurs majeurs de l’homéopathie fran­çaise : Léon Vanier, un méde­cin ange­vin qui va tout faire pour la sor­tir de la clan­des­ti­ni­té et la pro­mou­voir. Il assure le ravi­taille­ment, crée une phar­ma­cie pro­dui­sant méca­ni­que­ment et lance la revue « l’homéopathie fran­çaise ». En 1926, il crée les « Laboratoires homéo­pa­thiques de France » en convain­quant 34 action­naires de la finances, de l’industrie et de la poli­tique de lui four­nir l’argent.

Léon Vanier s’installe alors dans un cabi­net chic du XVIIe arron­dis­se­ment de Paris et sa clien­tèle se com­pose, en grande par­tie, d’hommes et de femmes influents ou très bien pla­cés. Comme par enchan­te­ment, cette même année 1926, un décret du ministre de l’Hygiène, Antoine Durafour, trans­forme le remède « secret » en « spé­cia­li­té recon­nue ». Étrangement ces « spé­cia­li­tés » échappent du même coup aux condi­tions requises pour obte­nir le visa, à savoir la « nou­veau­té », l’« inté­rêt thé­ra­peu­tique » et des « dosages pré­cis », alors que, pré­ci­sé­ment, les médi­ca­ments homéo­pa­thiques étaient en dif­fi­cul­té sur ces trois clauses. Vanier avait fait tour­ner à plein ses réseaux.

Dès lors, rien n’arrêtera plus l’entreprise de communication des homéopathes

Les labo­ra­toires ouvrent les uns après les autres, de nou­velles revues voient le jour ain­si qu’un Syndicat des phar­ma­cies et labo­ra­toires homéo­pa­thiques. Ce der­nier « per­met d’établir des rela­tions avec le reste de l’industrie et d’intégrer des groupes de pres­sion qui agissent pour la recon­nais­sance des pro­duits », explique le pro­fes­seur Faure. En 1941, sous le gou­ver­ne­ment de Vichy, le décret de 1926 est trans­for­mé en loi. L’homéopathie a mis ses pieds dans la légis­la­tion, elle n’en sor­ti­ra plus. Une nou­velle classe de médi­ca­ments est même inven­tée pour elle : les pro­duits « sous cachet ». Ainsi, les remèdes n’ayant pas reçu de visa pour­ront quand même être com­mer­cia­li­sés sous cette appel­la­tion !

Pour asseoir cette vic­toire, la loi de 1941 sera abro­gée puis revo­tée sans dis­cus­sion, dans une même séance à l’assemblée, en 1946. Mais cela ne suf­fit pas : l’homéopathie veut entrer dans le Codex. Pour cela, elle fera le grand sacri­fice de ne rete­nir que les dilu­tions infé­rieures à la 9e cen­té­si­male hah­ne­ma­nienne en renon­çant à celles dans les­quelles il n’existe mathé­ma­ti­que­ment plus de pro­duit actif. La branche dure de l’homéopathie est ain­si cou­pée pour mieux faire accep­ter le reste. Le « pro­jet » de régu­la­tion est dépo­sé à la com­mis­sion plé­nière du Codex le 11 jan­vier 1947 par… Pierre-Édouard Vanier, fils de Léon et pré­sident du Centre homéo­pa­thique de France ! Celui-ci devien­dra peu après membre de la Commission per­ma­nente de la phar­ma­co­pée fran­çaise.

Mais la Commission se divise : on y dénonce les sourdes manœuvres de l’homéopathie. En séance du 25 novembre 1948, faute de majo­ri­té, l’homéopathie n’est pas ins­crite dans la VIIe édi­tion du Codex. Mais, ô sur­prise, un décret minis­té­riel paraît moins d’un mois après qui l’inscrit sur une liste annexe ! Les preuves font défaut mais un cer­tain M. Mattei, chef de bureau au minis­tère des Anciens com­bat­tants, est for­te­ment soup­çon­né d’être à l’origine de l’intrigue. Le 21 avril 1960 la liste annexe est inté­grée dans la phar­ma­co­pée puis est ren­due offi­cielle dans la VIIIe édi­tion du Codex.

Depuis, par recon­duc­tion tacite des dos­siers, sans aucun réexa­men scien­ti­fique, les médi­ca­ments homéo­pa­thiques ont obte­nu toutes les auto­ri­sa­tions de mise sur le mar­ché et, consé­cra­tion ultime, le rem­bour­se­ment par la Sécurité sociale pour 1163 d’ente eux. En 1998, un décret – encore un ! – rela­tif aux condi­tions de mise sur le mar­ché sti­pule que « le deman­deur est dis­pen­sé de pro­duire tout ou par­tie des résul­tats des essais phar­ma­co­lo­giques, toxi­co­lo­giques et cli­niques, lorsqu’il peut démon­trer pas réfé­rence détaillée à la lit­té­ra­ture publiée […] que l’usage des souches le com­po­sant est bien éta­blie et pré­sente toutes les garan­ties d’innocuité. » Vous avez dit régime de faveur ?

L’homéopathie a donc gagné ses galons bien plus sur le terrain de la politique que sur celui de la science

Si ses pri­vi­lèges indus sont aujourd’hui remis en ques­tion, on ne peut y voir qu’un juste retour des choses, une sorte de jus­tice. Pourtant, cet avis de dérem­bour­se­ment de la HAS a peu de chance d’aboutir. Les pro-homéo­pa­thie se mobi­lisent : « On ira jusqu’au bout pour les mobi­li­ser », a pré­ve­nu le Dr. Antoine Demonceaux, pré­sident de l’association SafeMed, en pro­met­tant de mani­fes­ter « devant les caisses d’assurance mala­die s’il le faut ». De son côté, Boiron a déjà entre­pris le chan­tage à l’emploi et de nom­breux poli­tiques, dont une cin­quan­taine de dépu­tés, auraient déjà écrit à la ministre.

Alors, Agnès Buzyn, va-t-elle décider de continuer à rembourser l’homéopathie pour satisfaire un labo ?

… dans un contexte où les urgences sont en crise et où l’on impose des éco­no­mies dras­tiques à la Sécu ? Ce serait tota­le­ment aber­rant. Mais il ne faut pas sous-esti­mer la capa­ci­té d’influence des oppo­sants à la mesure. Aussi, la porte de sor­tie poli­tique consis­te­rait peut être à cou­per la poire en deux en bais­sant le taux de rem­bour­se­ment de 30 à 15% comme l’a évo­qué Bruno Le Maire. Un pis-aller qui ne satis­fe­rait aucun des deux camps, je le crains.

Agnès Buzyn a donc de quoi se faire des che­veux blancs !

Charles André

5 Commentaires

  1. Absolument du même avis que les com­men­ta­teurs pré­cé­dents. Alors qu’il est avé­ré que 40% des médi­ca­ments conven­tion­nels NE SERVENT A RIEN (dixit le Professeur Even) sauf à enri­chir Big Pharma et coûtent une for­tune à la sécu, les remèdes homéo­pa­thiques, peu coû­teux, soignent sur le long terme, n’ont aucun effet secon­daire. On peut craindre que la Buzyn, celle des 11 vac­cins à l’a­lu­mi­nium, s’at­taque ensuite, pour­quoi pas, à la phy­to­thé­ra­pie, à l’a­ro­ma­thé­ra­pie… méde­cines douces et natu­relles qui ont fait leurs preuves depuis la nuit des temps.

    Répondre
  2. Je lis régu­liè­re­ment vos excel­lents articles avec beau­coup d’in­té­rêt j’ai donc été extrê­me­ment déçue de lire cet article. Déception de consta­ter que vous faites le jeu du sys­tème que vous decriez tant par ailleurs. Comme le disent si bien les com­men­taires pré­cé­dents, l’ho­méo­pa­thie a fait ses preuves sur le ter­rain. La majo­ri­té des homeo­pathes sont des méde­cins géné­ra­listes ou spé­cia­listes ins­crits à l’ordre des méde­cins. De plus en plus de méde­cins géné­ra­listes (non homeo­pathes) en pres­crire. Ils ont le bon sens de pres­crire des médi­ca­ments qui ne pro­duisent pas d’ef­fets secon­daires (et non, pas parce qu’ils ne font pas d’ef­fets bien au contraire). Les trai­te­ments homéo­pa­thiques coûtent 4 à 5 fois moins chers que la moyenne des autres médi­ca­ments. Un dérem­bour­se­ment entraî­ne­ra un très faible gain pour la sécu car ceux qui ne pour­ront pas les payer pren­dront dautres médi­ca­ments plus chers et plus nocifs. Les lob­bies phar­ma­ceu­tiques ne pou­vaient lais­ser par­tir cette manne finan­cière avec bien sûr le sou­tien de nos poli­tiques qui veulent nous contrô­ler jus­qu’à notre sante. Comme le dit M. Blairon on sait très bien que cer­tains médi­ca­ments soignent dun cote mais detruisent de l’autre. Pour soi­gner ce nou­veau mal, on pres­crit un autre médi­ca­ment etc ce qui rap­porte beau­coup à l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique et creuse un peu plus le défi­cit de la sécu. Alors avec ce genre d’ar­ticle vous faites le jeu du sys­tème que vous decriez par ailleurs. Décevant de votre part.

    Répondre
  3. Chers lec­teurs, mer­ci de votre atten­tion. Malheureusement, vos com­men­taires déplacent le sujet trai­té dans cet article où il n’est ques­tion ni de contes­ter le droit de se soi­gner avec les méthodes de son choix ni de de plai­der pour les lob­bies phar­ma­ceu­tiques.
    Cet article dévoile sim­ple­ment la face cachée de l’homéopathie : sa trou­blante ascen­sion, les tra­fics d’influence qui ont mené à aux passe-droits dont elle a indis­cu­ta­ble­ment béné­fi­cié. Il montre com­ment elle a réus­si à s’im­po­ser, elle aus­si, par le lob­bying (que vous dénon­cez).
    Quant à l’efficacité ou non de l’homéopathie, c’est un tout autre débat.

    Répondre
  4. L’homéopathie, quoi que vous en pen­siez, à gagné ses galons sur le ter­rain, c’est évident. Pourquoi des mil­lions de gens dans le monde se soignent-ils ain­si, et sur­tout gué­ri­raient-ils ain­si, si l’ho­méo­pa­thie était une escro­que­rie inef­fi­cace comme vous le sous enten­dez ? Ces malades seraient morts depuis long­temps puisque selon vos dires, ils ne se seraient pas soi­gnés. Or ils conti­nuent, année après année, à choi­sir Oscillo plu­tôt que le vac­cin Buzzin, ne meurent pas plus que les autres, et en tous cas jamais d’ef­fets secon­daires !
    De grâce, lais­sons les gens se soi­gner com­mis veulent sans céder aux forces indus­trielles de la chi­mie. Une méde­cine natu­relle, si elle n’est pas effi­cace, n’en­traîne au mois jamais de scan­dale sani­taire.…

    Répondre
  5. J’espère bien qu’elle s’en fera, des che­veux blancs, la Buzyn ; elle et sa belle-mère (Veil) ont déjà fait suf­fi­sam­ment de mal aux Français ; les lob­bies phar­ma­ceu­tiques avec leurs pro­duits chi­miques hau­te­ment toxiques ont beau jeu de trai­ter de sec­taires tous ceux qui veulent se soi­gner d’une manière natu­relle et, notam­ment, par les plantes comme le fai­saient nos ancêtres. Les labos phar­ma­ceu­tiques ne tiennent que par les com­pli­ci­tés qu’ils achètent au sein des gou­ver­ne­ments et des médias ; on n’a jamais vu un labo pro­duire des médi­ca­ments qui gué­rissent ; sinon, il y a long­temps qu’ils auraient fait faillite ; leur but est de main­te­nir le plus long­temps pos­sible les malades en vie pour leur vendre le plus long­temps pos­sible leurs drogues.

    Répondre

Répondre à Marie Claude Mul Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Abonnez vous !

Nice Provence Info s'engage à ne jamais communiquer vos coordonnées à qui que ce soit.

Visiteurs en ligne

  • 3Actuellement:

Aidez nous !

Nice Provence Info est un site d'information libre car il s'attache à rester rigoureusement indépendant de tout parti politique, de toute puissance financière, de toute communauté, de toute obédience publique ou occulte.
Nice Provence Info ne peut poursuivre cette mission que grâce au dévouement de ses rédacteurs et aux dons de ses lecteurs.