Sélectionner la page

Ma bonne semaine de mauvaise foi (14 juillet 2019)

Dimanche 7 juillet 2019

Comme on pou­vait s’y attendre, le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif a débou­té cette semaine la com­mune de Sainte-Agnès dans notre dépar­te­ment, dans sa demande de sus­pen­sion d’un arrê­té pré­fec­to­ral réqui­si­tion­nant l’ex-centre de loi­sirs Orméa. On échange ain­si les enfants du coin qui y pas­saient des vacances pour y loger des pré­ten­dus mineurs étran­gers. Un énième centre d’accueil pour émi­grés clan­des­tins dans une France déjà com­plè­te­ment qua­drillée.
150 jeunes migrants (par­mi les­quels peut-être bien 40 à 50 % de faux mineurs) pour une popu­la­tion de 1 271 habi­tants, le petit vil­lage clas­sé l’un des plus beaux de France « n’a pas les moyens de gérer un tel flux » d’après son maire, M. Albert Filippi. « C’est une folie », « Un pro­blème géré de façon assas­sine », une déci­sion « menée sans concer­ta­tion », s’emporte-t-il. Comme on le com­prend !

Sainte-Agnès vilage Alpes Maritimes
Lundi 8 juillet 2019

On peut être mariée à un mil­liar­daire pro­prié­taire de che­vaux de course et des écu­ries Godolphin, et ne pas vou­loir fer­mer les yeux sur tout !
C’est ain­si que la prin­cesse Haya, 45 ans, d’origine jor­da­nienne et qui a fait ses études en Grande Bretagne, deve­nue la sixième épouse de Cheikh Mohammed, 69 ans, s’est d’abord enfuie cette année en Allemagne pour deman­der l’asile.
Derrière cette fuite, des faits trou­blants concer­nant le mys­té­rieux retour à Dubaï l’année der­nière de Cheikha Latifa, l’une des filles du sou­ve­rain qui aurait fui les Émirats arabes unis par la mer avec l’aide d’un Français, mais a été inter­cep­tée par des hommes armés au large des côtes indiennes et est retour­née à Dubaï.
Entre temps, la prin­cesse Haya aurait appris de nou­veaux faits sur cette affaire et, par consé­quent, aurait subi une hos­ti­li­té et des pres­sions crois­santes de la part des membres de la famille élar­gie de son mari jusqu’à ce qu’elle ne se sente plus en sécu­ri­té à Dubaï. D’où la fuite de l’épouse du sou­ve­rain à Londres où elle craint pour sa vie.

Cheick Mohammed - Princess Haya

Mardi 9 juillet 2019

Autre fait divers trou­blant dont on parle peu, c’est la dis­pa­ri­tion d’un jeune nan­tais, Steve Caniço, 24 ans. Rappelons les faits : Dans la nuit du 21 au 22 juin, un peu après 4 heures du matin, les forces de l’ordre sont inter­ve­nues sur un quai de Nantes pour mettre un terme à une soi­rée élec­tro qui durait au-delà de l’heure pré­vue. Mais pen­dant l’intervention, 14 per­sonnes sont tom­bées dans la Loire. Une enquête de l’IGPN (la police des polices) est en cours, à la demande du ministre de l’intérieur, concer­nant les condi­tions d’intervention.
Mais Steve Caniço lui, n’a plus don­né signe de vie.
Le dépu­té de Loire-Atlantique, Mounir Belhamiti, qui a rem­pla­cé François de Rugy quand celui-ci est deve­nu ministre, estime que « l’Etat se met en faute » dans ce dos­sier. Si c’est lui qui le dit…

Steve Caniço disparu Nantes

Mercredi 10 juillet 2019

C’est l’affaire de la semaine… l’intégriste de l’intégrité épin­glé, réépin­glé, et sur­épin­glé ! De quoi prendre le fou-rire si la triste réa­li­té n’était pas si cho­quante pour les Français qui se serrent la cein­ture à lon­gueur d’année.

François de Rugy sur les pri­vi­lèges des élus (2013)

Une archive qu’elle est belle !François de Rugy en 2013 : « Il faut mettre fin à cette idée très répan­due par­mi les citoyens selon laquelle les élus se font leur propre petit sys­tème et qui de fait seraient un peu pri­vi­lé­giés. »

Gepostet von Mr Propagande am Mittwoch, 10. Juli 2019

Ainsi donc, François de Rugy, ex-numé­ro quatre de l’État, ministre de la tran­si­tion éco­lo­gique, orga­ni­sait avec son épouse, du temps de son pas­sage au per­choir, des petites sau­te­ries aux frais des contri­buables. Homards, vins excep­tion­nels, rien n’était trop beau pour enjô­ler les invi­tés, par­mi les­quels un cer­tain Jean-Marie Apathie, éter­nel pro­cu­reur des ondes, pié­gé comme un débu­tant, ne sait plus com­ment se dépê­trer de cette affaire et bal­bu­tie à qui veut l’entendre qu’il était là parce qu’il avait vu de la lumière, alors… il était entré !
Mais ce n’est pas tout, quand la poisse vous tient, elle ne lâche rien ! On apprend le même jour que sa direc­trice de cabi­net a conser­vé douze ans son HLM sans y habi­ter. Elle sera obli­gée de démis­sion­ner, mais le ministre garde la confiance du pre­mier ministre et de Président. Nous voi­là ras­su­rés !

Jeudi 11 juillet 2019

On apprend dans la mati­née le décès de Vincent Lambert, après des années d’hospitalisation, de décla­ra­tions, de recours, de pro­cès… L’affaire semble enfin se ter­mi­ner. Les deux clans conti­nuent à s’opposer après l’acte final. Fallait-il abré­ger la vie de Vincent ou le lais­ser dans cet état pour… com­bien d’années encore ? Chacun res­te­ra sur sa déci­sion, les uns par­lant d’assassinat, les autres de déli­vrance. La socié­té vient de poser là une ques­tion essen­tielle pour l’avenir : com­ment per­mettre à tout être humain de ter­mi­ner sa vie sans souf­france et dans la digni­té ?

Vincent Humbert Droit de mourir

Vendredi 12 juillet 2019

Les célé­bra­tions de la vic­toire de l’Algérie, qua­li­fiée pour les demi-finales de la Coupe d’Afrique des Nations, après son suc­cès face à la Côte d’Ivoire, ont tour­né au drame jeu­di soir à Montpellier. On apprend ce matin que le conduc­teur d’une voi­ture qui rou­lait à vive allure a per­du le contrôle de son véhi­cule et fau­ché une famille. Une femme de 42 ans a été tuée sur le coup. Son bébé, âgé d’un an est poly­trau­ma­ti­sé et son pro­nos­tic vital enga­gé. Sa fille de 17 ans souffre quant à elle de plu­sieurs frac­tures aux jambes. Le sup­por­ter algé­rien 21 ans a été inter­pel­lé et pla­cé en garde à vue.
D’autres scènes de vio­lences et pillages se sont dérou­lées à Paris où des groupes s’en sont pris à trois maga­sins de motos situés sur l’avenue de la Grande-Armée, ont pillé deux maga­sins, dont une enseigne Ducati, s’emparant des acces­soires (casques, gants…) mais aus­si de motos avant que les forces de l’ordre n’interviennent.
D’autres vitrines ont été cas­sées, des bus atta­qués, avant que des échauf­fou­rées éclatent peu avant 1 heure du matin et que les gaz lacry­mo­gènes des forces de l’ordre s’invitent à la fête pour dis­per­ser la foule.
Une seule per­sonne aurait été inter­pe­lée contrai­re­ment aux mani­fes­ta­tions des Gilets Jaunes pour­tant beau­coup moins délé­tères et vio­lentes. Pourquoi n’y avait-il pas de dis­po­si­tif de sécu­ri­té pré­vu, alors que la moindre mani­fes­ta­tion pari­sienne de Gilets Jaunes entraîne un blo­cage des quar­tiers, des contrôles d’identité, et des effec­tifs de police en sur­nombre ? Se dra­per du dra­peau algé­rien confère-t-il l’immunité tan­dis que le port du gilet jaune expose à une répres­sion poli­cière et judi­ciaire impi­toyable ?
On attend avec crainte la demi-finale dimanche soir…

Supporters algériens Champs Élysées 11 juillet 2019

Samedi 13 juillet 2019

Mercredi à Valbonne, une bagarre s’est déclen­chée entre un groupe de jeunes afri­cains et le per­son­nel du foyer d’accueil « Les Pins » où sont héber­gés 77 pen­sion­naires.
Une bagarre ayant écla­té au sujet d’un ven­ti­la­teur, une ving­taine de gen­darmes ont dû inter­ve­nir pour cal­mer le jeu. Trois des pro­ta­go­nistes, deux gui­néens et un ivoi­rien, se sont retrou­vés au tri­bu­nal cor­rec­tion­nel pour y répondre de vio­lences, menaces de mort et outrages…
Les habi­tants de Sainte Agnès observent tout cela avec la plus grande déses­pé­rance…

Désespoir statue Désespoir statue

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Abonnez vous !

Nice Provence Info s'engage à ne jamais communiquer vos coordonnées à qui que ce soit.

Visiteurs en ligne

  • 3Actuellement:

Aidez nous !

Nice Provence Info est un site d'information libre car il s'attache à rester rigoureusement indépendant de tout parti politique, de toute puissance financière, de toute communauté, de toute obédience publique ou occulte.
Nice Provence Info ne peut poursuivre cette mission que grâce au dévouement de ses rédacteurs et aux dons de ses lecteurs.