La culpabilisation pour assujettir les peuples

Cette affiche est pla­car­dée sur les abri­bus de Saint-Laurent-du-Var.
Par solidarité Adèle des cours de français aux réfugiés

Analysons les méthodes et les objectifs de cette campagne

Tout d’a­bord cette cam­pagne s’ap­puie sur une méthode clas­sique, voire sur­an­née, de la mani­pu­la­tion : la culpa­bi­li­sa­tion. C’est vieux comme le monde : le péché, depuis deux mille ans, per­met au cler­gé d’as­ser­vir ses ouailles :

Je confesse à Dieu – Confiteor

Je confesse à Dieu tout-puis­sant,
Je recon­nais devant mes frères que j’ai péché,
en pen­sée, en parole, par action et par omis­sion.
Oui, j’ai vrai­ment péché.
C’est pour­quoi, je sup­plie la Vierge Marie,
les anges et tous les saints,
et vous aus­si, mes frères,
de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.
Que le Dieu tout-puis­sant nous fasse misé­ri­corde,
qu’il nous par­donne nos péchés,
et nous conduise à la vie éter­nelle.

Les paroles du Christ ne nous conseillent pas de battre ain­si notre coulpe.

Plus récem­ment nous avons eu droit à la repen­tance de nos péchés com­mis lors de l’in­fâme période de la colo­ni­sa­tion. Citons encore la mas­sive cam­pagne de pro­pa­gande culpa­bi­li­sa­trice qui pre­nait pré­texte de la noyade du petit Aylan. La cam­pagne « Pour le cli­mat » fait appel aux mêmes méthodes de contrôle des — jeunes — esprits.

Quoi ? Tu ne fais rien pour les « réfu­giés » (nous y revien­drons) ? Tu n’es donc pas SOLIDAIRE. Honte à toi !

Mais Adèle et les Français n’ont pas à se culpa­bi­li­ser car ils font déjà beau­coup par soli­da­ri­té, trop peut-être :
• Tout d’a­bord ils paient leurs impôts, ce qui est loin d’être le cas de nos diri­geants poli­tiques.
• Ils se lèvent tôt, la clope au bec, pour aller bos­ser le matin avec leur camion­nette au die­sel.
• Ils élèvent aus­si bien qu’ils le peuvent leurs enfants, là aus­si ce qui est loin d’être le cas de nos diri­geants poli­tiques (beau­coup n’en ont pas).
• Ils prennent en charge les pres­ta­tions sociales de ceux qui n’ont pas coti­sé.
• Ils prennent en charge les retraites de ceux qui n’ont pas coti­sé, etc.

Et vous, les politiques, que faites vous par solidarité ?

• Vous faites bom­bance entre amis à l’i­mage de François de Rugy et de tant d’autres.
• Vous accu­mu­lez les émo­lu­ments à l’i­mage de Jacques Toubon (30 000 euros par mois).
• Vous vous octroyez des retraites sans rap­port avec vos coti­sa­tions.
• Vous pre­nez un jet pour faire un aller-retour — vite fait — sur le Tour de France, à l’i­mage d’Anne Hidalgo, juste pour une pho­to pro­mo­tion­nelle du Vélib.
Assurément la soli­da­ri­té ne vient pas d’en haut. C’est même tout le contraire. Après cela les poli­tiques ont l’im­pu­dique inso­lence de nous deman­der ce que nous, nous fai­sons par soli­da­ri­té !

Cette cam­pagne d’af­fi­chage est assu­rée par Aviation sans fron­tières. Comme toutes les com­pa­gnies aériennes, cette asso­cia­tion béné­fi­cie déjà de kéro­sène détaxé, ce qui revient à faire por­ter les taxes sur les contri­buables fran­çais.
De sur­croît on peut se deman­der ce que vient faire cette asso­cia­tion dans une cam­pagne pour des cours de fran­çais.

Allons plus loin dans notre analyse

L’affiche nous parle de « réfu­giés ». Il est inté­res­sant d’a­na­ly­ser le déra­page séman­tique de la Bien Pensance : celle-ci n’u­ti­lise jamais les mots « immi­grés clan­des­tins », « nou­veaux esclaves », mais « migrants ». Histoire de dire : « Ne vous inquié­tez pas, ce sont des migrants, ils migrent et donc vont repar­tir ».
Étape sui­vante : les « migrants » deviennent des « réfu­giés ».
En don­nant des cours de fran­çais à ces immi­grés clan­des­tins deve­nus des « réfu­giés », l’as­so­cia­tion compte bien les fixer en France. Cette asso­cia­tion par­ti­cipe acti­ve­ment à l’im­mi­gra­tion mas­sive for­cée, et donc au pro­jet de fonte de notre popu­la­tion dans un mag­ma hété­ro­clite, métis­sé, plu­rieth­nique, plu­ri­cul­tu­rel dans lequel toute forme de soli­da­ri­té aura dis­pa­ru sauf la soli­da­ri­té com­mu­nau­ta­riste.

Mais Adèle, elle, doit faire preuve de solidarité

Ce n’est pas par hasard que les concep­teurs de cette cam­pagne ont choi­si Adèle, une Française de souche, car c’est elle et ce qu’elle repré­sente qu’ils veulent culpa­bi­li­ser. Ne croyez sur­tout pas que cela soit fait par hasard. Alors que la plu­part des cam­pagnes publi­ci­taires affichent déli­bé­ré­ment des per­son­nages « issus de la diver­si­té », là non !

Gap publicité enfants métisse musulmane

Publicité de la marque de vête­ments Gap

Tout cela est savam­ment cal­cu­lé. Les grosses mani­pu­la­tions de la cam­pagne d’Aviation sans fron­tières sont cou­sues de fil blanc. De moins en moins de Français sont dupes de la pro­pa­gande Politiquement Correcte et Bien Pensante immi­gra­tion­niste. Les Français peu à peu ouvrent les yeux. Espérons seule­ment qu’il n’est pas trop tard.

Gilets Jaunes arrête prendre pour cons Champs Élysées

Georges Gourdin