Ma bonne semaine de mauvaise foi (18 août 2019)

Dimanche 11 août 2019

Fête tra­di­tion­nelle musul­mane de l’Aïd. Des mil­liers de mou­tons égor­gés vifs dans les pires condi­tions sani­taires. On s’é­tonne du silence de l’Association L214 (entre autres), si prompte à dénon­cer (à juste titre) les mau­vaises condi­tions d’a­bat­tage dans les abat­toirs légaux. Malgré la demande dépo­sée par « Vigilance halal », aucune inter­dic­tion n’a été pro­non­cée en France. Dans le Nord, cinq abat­toirs ont été agréés pour le wee­kend afin de lais­ser les musul­mans assou­vir leur vel­léi­tés sacri­fi­cielles. La ques­tion est posée :
tweet Aïd abattoirs agréés

Lundi 12 août 2019

La Ligue du Sud de Jacques Bompard a pré­sen­té une petite vidéo réa­li­sée par Petr Bystron, porte-parole de l’AfD (Alternative für Deutschland) sur la poli­tique étran­gère de l’Allemagne mon­trant par­fai­te­ment com­ment fonc­tionne la récu­pé­ra­tion des migrants en Méditerranée, par les soi-disant ONG.…
Les preuves ont été appor­tées par la chaîne de TV ita­lienne Rete4 qui a enquê­té sur le par­cours des migrants lors de leur tra­ver­sée vers l’Europe.
On peut voir dans la vidéo le témoi­gnage d’un migrant qui assure que les pas­seurs sont en liai­son constante avec les bateaux d’ONG tels que le Sea-Watch. Leur « sau­ve­tage » est orches­tré de A à Z afin de favo­ri­ser l’ar­ri­vée mas­sive de migrants en Europe.
Avec ces preuves, l’AfD entend pour­suivre ces ONG devant les tri­bu­naux alle­mands pour leur com­pli­ci­té dans la traite d’êtres humains !

La preuve que les ONG se rendent com­plices des pas­seurs en Méditerranée

LES ONG COMPLICES DES PASSEURS : LA PREUVE EN VIDÉO ‼️Petr Bystron, porte-parole de l’AfD sur la poli­tique étran­gère de l’Allemagne a réa­li­sé une vidéo pour mon­trer la conni­vence des ONG pro-migrants et des pas­seurs en Méditerranée.🔍 Les preuves ont été appor­té par la chaîne de TV ita­lienne Rete4 qui a enquê­té sur le par­cours des migrants lors de leur tra­ver­sée vers l’Europe.👉 On peut voir le témoi­gnage d’un migrant qui assure que les pas­seurs sont en liai­son constante avec les bateaux d’ONG tels que le Sea-Watch. Leur « sau­ve­tage » est orches­tré de A à Z afin de favo­ri­ser l’ar­ri­vée mas­sive de migrants en Europe.👨‍⚖️ Avec ces preuves, l’AfD entend pour­suivre ces ONG devant les tri­bu­naux alle­mands pour leur com­pli­ci­té dans la traite d’êtres humains !

Gepostet von Jacques Bompard am Montag, 5. August 2019

N’oublions pas que d’a­près Pierre Henry, direc­teur géné­ral de l’as­so­cia­tion Terre d’a­sile, la traite des humains géné­re­rait à l’é­chelle mon­diale un pro­fit de près de 32 mil­liards de dol­lars par an. Cela doit bien arran­ger les ONG si phi­lan­thropes…

Mardi 13 août 2019

À Sainte Agnès, la venue impo­sée d’é­mi­grés clan­des­tins (« migrants ») conti­nue de faire des vagues de mécon­tents.
Le centre de vacances avait fer­mé en 2015 mais le conseil dépar­te­men­tal a déci­dé de le réno­ver pour héber­ger des émi­grés clan­des­tins non accom­pa­gnés et pré­ten­dû­ment mineurs. Le maire Albert Filippi a donc pris un arrê­té pour blo­quer les tra­vaux après un pre­mier recours per­du. Il dénonce un choix inadap­té en rai­son de l’i­so­le­ment des lieux, sou­te­nu par ses admi­nis­trés qui accusent les maires de Menton et Roquebrune-Cap-Martin de s’être enten­dus sur son dos. Notamment pour le fameux centre de vacances qui appar­tient à la ville de Roquebrune-Cap-Martin.
C’est ce qu’il a expli­qué au cours d’une réunion publique :

Réunion publique au sujet du centre Orméa !

Gepostet von Commune de Sainte Agnès – Officiel am Mittwoch, 14. August 2019

Mercredi 14 août 2019

Explosion en Russie : le gou­ver­ne­ment recon­naît que cette explo­sion sur­ve­nue sur une base de lan­ce­ment de mis­siles dans le Grand Nord était bien nucléaire. Elle aurait cau­sé la mort de cinq per­sonnes, cinq membres de l’a­gence nucléaire russe Rosatom. Le minis­tère de la Défense avait au préa­lable annon­cé que l’ex­plo­sion s’é­tait pro­duite lors de l’es­sai d’un moteur-fusée. Comme de cou­tume une bataille de chiffres s’est aus­si­tôt pro­pa­gée entre les rele­vés offi­ciels et offi­cieux comme Greenpeace.
D’après les auto­ri­tés, les niveaux de conta­mi­na­tion n’ont rien de com­pa­rable avec ceux d’ac­ci­dent sérieux. Les habi­tants en tous cas, se sont rués sur les stocks d’iode et d’io­di­fères ven­dus en phar­ma­cie. Les stocks ont dis­pa­ru en une heure d’a­près une phar­ma­cienne. Des médias russes ont publié des vidéos mon­trant des ambu­lances à Moscou se ren­dant dans un centre spé­cia­li­sé dans les radia­tions.

Jeudi 15 août 2019

Le 6 août, à 3h du matin une jeune femme âgée de 22 ans com­mande de la nour­ri­ture via l’ap­pli­ca­tion télé­pho­nique Uber Eats depuis son loge­ment du XVIIIe arron­dis­se­ment de Paris. Selon le récit du Parisien, le livreur est mon­té au sixième étage de son immeuble avant de son­ner à la porte. À moi­tié endor­mie après avoir absor­bé un som­ni­fère, la jeune femme lui ouvre. L’agresseur se serait alors ren­du compte de son état de fai­blesse avant d’en­trer dans l’ap­par­te­ment, de la vio­ler et de prendre la fuite. Il a cepen­dant été rapi­de­ment iden­ti­fié grâce à son empreinte géné­tique lais­sée sur un gant. Pas peu fier de son méfait et pas très intel­li­gent non plus, il avait mon­tré à son entou­rage la pho­to de la vic­time « comme un tro­phée ». Il a été inter­pel­lé lun­di alors qu’il pre­nait un bus à Bordeaux. Bangladais en situa­tion irré­gu­lière (mais tout de même employé par Uber Eats), l’homme âgé de 26 ans ten­tait de fuir la jus­tice fran­çaise en rejoi­gnant l’Espagne. Il a été pla­cé en garde à vue dans les locaux de la police et il devrait être défé­ré au palais de jus­tice de Paris le 13 août afin d’y être mis en exa­men pour viol.
Les tri­bu­naux fran­çais l’a­cuit­te­ront peut-être au motif que l’a­gres­seur son client qui «“n’avait pas les codes cultu­rels” pour prendre conscience qu’il impo­sait une rela­tion par crainte ou par sur­prise ».

Refugees Welcome

Vendredi 16 août 2019

Retour sur les vac­cins… Une jeune maman a eu une drôle de sur­prise en emme­nant son chat chez le vété­ri­naire. Elle a alors appris que les vac­cins pour son chat ne contiennent plus d’aluminium, car… celui-ci était res­pon­sable du sar­come du chat (un can­cer félin).
Inutile de le rap­pe­ler, nous en avons déjà par­lé dans nos colonnes : les vac­cins obli­ga­toires pour ses enfants, eux, en contiennent !
Cette femme a alors enquê­té sur l’aluminium dans les vac­cins. Elle a ren­con­tré de nom­breux spé­cia­listes en métaux lourds et ana­ly­sé des cen­taines d’études scien­ti­fiques.
Elle a par­ta­gé ses décou­vertes dans un docu­men­taire épous­tou­flant de presque deux heures, que vous pou­vez vision­ner ci-des­sous.
Elle y démonte un à un les argu­ments de ceux qui pré­tendent que l’aluminium est sans dan­ger.
Elle y explique pré­ci­sé­ment ce qui se passe quand on injecte des par­ti­cules d’aluminium dans nos muscles.
Et elle y démontre les véri­tables dan­gers de l’aluminium dans les vac­cins pour les nour­ris­sons, en s’appuyant sur plus d’une cen­taine d’études du monde entier.

Samedi 17 août 2019

Dans le pro­lon­ge­ment de notre article Les bar­ba­resques prennent la France du 22 juillet 2019, nous par­ta­geons cette étude his­to­rique publiée sur le site Derville : docu­men­taires et films sur l’his­toire et l’art.

D’abord vient la Shoah. Puis la traite négrière. Et puis c’est tout. Car l’ordre mémo­riel a ses prio­ri­tés sur l’échelle du Mal. Et ses amné­sies. Dans les médias, les pro­grammes sco­laires et la Loi, les rôles sont clai­re­ment défi­nis entre vic­times et cou­pables héré­di­taires, devant le tri­bu­nal de l’Histoire, et corol­lai­re­ment entre pri­vi­lèges de dis­cri­mi­nés posi­ti­ve­ment et devoirs de repen­tis : les uns sont condam­nés à payer des crimes qu’ils n’ont pas com­mis auprès d’autres qui ne les ont pas subits. Mais l’Histoire n’est pas si mani­chéenne et pré­sente des évè­ne­ments ébran­lant ce ver­dict. Gare à celui qui res­sus­cite ces oublis volon­taires. L’esclavage ara­bo-musul­man de mil­lions d’Africains dérange. Les pre­miers n’y sont guère à leur avan­tage. Les his­to­riens osent peu en par­ler par crainte de sus­pi­cion de mal-pen­sance et d’excommunication pour délit de croc-en-jambe dans la course à la vic­ti­mi­sa­tion et à la repen­tance.
Suite de cette étude sur le site source.

Esclaves français rachetés en Algérie

[ … ]

Bonne semaine à tous et à dimanche pro­chain.

Patrice LEMAÎTRE