Monastère de Taulignan : des dominicaines et des produits bio

Le monas­tère de la Clarté Notre-Dame de Taulignan fut fon­dé au XIXe en Provence, près de Montélimar. Différentes com­mu­nau­tés se sont suc­cé­dé sur place et c’est aujourd’hui une com­mu­nau­té de domi­ni­caines qui habite les lieux, depuis 1956. Si les sœurs ont une vie monas­tique sur­tout orien­tée vers la prière et la contem­pla­tion, elles sont aus­si les reines de l’écologie grâce à leur jar­din !

Divine Box vous raconte en 3 minutes tout ce qu’il faut savoir sur le monas­tère de Taulignan et sa com­mu­nau­té, c’est par­ti !

Monastère Taulignan

Ci-des­sus, les sœurs montrent à l’équipe Divine Box leurs plantes aro­ma­tiques. Elles les sélec­tionnent à la main pour réa­li­ser des pro­duits bio – © Divine Box

Ça va de soie !

Notre his­toire com­mence au XIXe siècle, en pleine Provence (**kss kss kss** – bruit de cigales)… En effet, des reli­gieuses, dont on ne sait plus grand chose aujourd’hui, s’installent à Taulignan, vil­lage répu­té pour son tra­vail de la soie. L’objectif des sœurs est en effet de for­mer à ce métier de jeunes orphe­lines de Lyon, pour les remettre sur de bons rails !
Pour l’anecdote, aujourd’hui encore devant la mai­rie de Taulignan, le musée de la soie­rie rap­pelle le savoir-faire des reli­gieuses de l’époque…

Monastère Taulignan

Le musée de la soie à Taulignan per­met de revivre l’activité des sœurs du monas­tère de Taulignan au XIXe siècle – © Musée de la soie de Taulignan

La petite santé

Plus tard, au début du XXe siècle, les sœurs ferment leur ate­lier et sont rem­pla­cées par des cha­noines qui par­ti­ront à leur tour dans les années 1940. Mais en 1956, une reli­gieuse domi­ni­caine redonne vie à Taulignan en créant une com­mu­nau­té contem­pla­tive spé­cia­le­ment adap­tée aux sœurs en « petite san­té ».

Ainsi les sœurs sup­priment les offices de nuits et adaptent leur jeûne aux pos­si­bi­li­tés de cha­cune. Le suc­cès est immé­diat : quatre petites fon­da­tions naissent dans la fou­lée ! Par la suite, tout ce beau monde se ras­semble à… Taulignan !

Monastère Taulignan

Ci-des­sus, sœur D. montre un champ de lavande et roma­rin à Astrid de Divine Box. Le monas­tère de Taulignan, grâce à son cadre idyl­lique, fut dans les années 50 spé­cia­le­ment réser­vé aux soeurs à la san­té fra­gile – © Divine Box

La solidarité agricole

En effet, à l’époque, les sœurs peinent à trou­ver une acti­vi­té d’ar­ti­sa­nat monas­tique ren­table… Elles pos­sèdent bien des vignes mais celles-ci ne sont pas ven­dan­gées et assez mal entre­te­nues par leur agri­cul­teur qui n’hésite pas par­fois à uti­li­ser des pes­ti­cides… Sans comp­ter la crise viti­cole qui frappe toute la région !

En 2007, la com­mu­nau­té est même obli­gée de fer­mer son ate­lier de reliure car les sœurs qui en avaient la charge sont par­ties dans une autre abbaye.

C’est fina­le­ment grâce à l’aide pré­cieuse d’un pion­nier en agroé­co­lo­gie que les sœurs découvrent que leur terre est très pro­pice à la culture de plantes. Super nou­velle !

Une grande soli­da­ri­té s’organise alors autour des sœurs, avec notam­ment la Chambre d’Agriculture. Et un poil plus tard, c’est un gen­til bien­fai­teur qui leur vient en aide en les équi­pant d’une dis­til­le­rie à plantes. C’est sœur Madeleine-Marie, ancienne ingé­nieure de for­ma­tion, qui s’occupera de la trans­for­ma­tion des plantes aro­ma­tiques. Et les voi­là repar­ties de plus belle !

Monastère Taulignan

Aujourd’hui encore, les domi­ni­caines du monas­tère de Taulignan dis­til­lent les plantes de leur pro­prié­té dans leur ate­lier arti­sa­nal – © Divine Box

Monastère de Taulignan : et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, le monas­tère de la Clarté Notre-Dame de Taulignan compte onze domi­ni­caines. Les sœurs vivent ain­si selon les écrits de saint Dominique, et suivent l’idéal de ce der­nier : « louer, bénir, prê­cher ». Mais si l’ordre domi­ni­cain est davan­tage connu pour son apos­to­lat, les sœurs de Taulignan, elles, ont une vie bien plus contem­pla­tive.

En plus de leurs sept prières quo­ti­diennes, elles tra­vaillent ain­si de leurs mains, que ce soit dans les champs, à la dis­til­le­rie ou à l’archivage !

Récemment, le monas­tère a subi un incen­die à cause de la cani­cule le 28 juin der­nier. Le soleil pro­ven­çal est par­fois cruel. Aïe, aïe, aïe ! Un des champs de lavande ain­si que le han­gar agri­cole ont pris feu. Les sœurs ont donc per­du la récolte de roma­rin et de lavande qui était prête à dis­til­ler… Alors n’hésitez pas à leur écrire un petit mot.

Monastère Taulignan

Les sœurs du monas­tère de Taulignan sont des domi­ni­caines, leur vie monas­tique se concentre donc prin­ci­pa­le­ment sur la prière et la contem­pla­tion de Dieu – © Divine Box

Les reines de l’écologie

Avec les années, les sœurs de Taulignan sont deve­nues une réfé­rence des pro­duits monas­tiques de la culture bio ! Mais leur exper­tise pra­tique se dote aus­si d’une pro­fonde base phi­lo­so­phique et théo­lo­gique. Pendant un an, les sœurs ont en effet sui­vi des cours sur l’écologie, notam­ment par des poin­tures à la Chambre d’Agriculture.

Et pour trans­mettre tout ça, les sœurs animent régu­liè­re­ment des for­ma­tions avec Oeko-logia, une asso­cia­tion d’agroécologie fon­dée par Fabien Révol, ensei­gnant cher­cheur. C’est pas beau, ça ?

Pour les petits curieux qui veulent en savoir plus, cli­quez ici pour décou­vrir des anec­dotes sur les débuts des sœurs de Taulignan dans la culture bio.

Monastère Taulignan

Ci-des­sus, les sœurs du monas­tère de Taulignan éla­borent des huiles essen­tielles arti­sa­nales et éco­lo­giques — © Divine Box

Où trouver les produits du monastère de Taulignan ?

Pour dégus­ter et ache­ter les déli­cieux pro­duits de Taulignan, vous pou­vez vous rendre dans la bou­tique du monas­tère. Voici son adresse :
Monastère de la Clarté Notre-Dame
980 L’Écluze
26770 Taulignan.

Si vous n’habitez pas à proxi­mi­té et sou­hai­tez sou­te­nir le monas­tère, cli­quez ici pour décou­vrir les pro­duits du monas­tère de Taulignan sur la bou­tique monas­tique en ligne de Divine Box.