Sarkozy et le peuple de droite

Le « Sarko Circus » était en tournée à Nice hier

Christian-Estrosi_Nicolas-Sarkozy_clowns

Photo d’ar­chive illus­trée par nos soins

Accueilli à l’aé­ro­port de Nice par Christian Estrosi, Éric Ciotti — qui firent bonne figure — et le pré­fet des Alpes Maritimes — on se demande bien pour­quoi il était là — le « Sarko Circus » s’est diri­gé vers une librai­rie du centre-ville où se dérou­lait le spec­tacle.

Mais le cirque n’est plus un spec­tacle qui attire grand monde à pré­sent et seules deux à trois cents per­sonnes s’é­taient déran­gées.

Il n’en faut pas plus à notre bul­le­tin offi­ciel régio­nal pour consa­crer sa une à cet évé­ne­ment qui n’en est pas un, puis toute la page 2 :
Nice-Matin 27 août 2019 Sarkozy.small
Nice Matin, qui reçoit ses sub­ven­tions et ses consignes des offi­cines gou­ver­ne­men­tales, titre :

« Le peuple de droite en redemande » [?]

Glup ! Allez com­prendre !

Ceci vou­drait dire que le pré­sident Sarkozy fut un pré­sident de droite ? Lui qui avait ven­du, lors­qu’il était ministre des Finances le cin­quième de nos réserves d’or pour « une poi­gnée de caca­huètes », qui a tri­ché éhon­té­ment sur ses comptes de cam­pagne, qui s’est empres­sé de nom­mer des ministres « de gauche » dans son pre­mier gou­ver­ne­ment, qui a encou­ra­gé l’im­mi­gra­tion de masse et prô­né le métis­sage pour tous, lui qui a détruit la Libye sur ordre de la pédo­sa­ta­niste Hillary Clinton, alors que Kadhafi avait finan­cé sa cam­pagne élec­to­rale, etc.
Sarkozy, un clown sans foi ni loi, qui n’a rien d’un homme droit, ni de droite.

Ceci vou­drait dire aus­si que les Français en rede­mandent ? Mais c’est tout le contraire ! Nous écri­vions le 13 juin 2019 :

  • Les Français ont vou­lu se débar­ras­ser de ce Président incom­pé­tent, voire dan­ge­reux dès qu’ils l’ont pu : d’a­bord ils l’ont viré en 2012 et lui ont pré­fé­ré le piètre Hollande.
  • Mais notre poli­chi­nelle y croit envers et contre tout et se pré­sente, lui l’an­cien Président, aux pri­maires de 2016 contre 6 autres can­di­dats ; mais le peuple ne veut vrai­ment pas de ce Président cala­mi­teux : il arrive troi­sième (20,6 %), loin der­rière François Fillon (44,1 %) et même Alain Juppé (28,6 %).
  • Là, vous dites : c’est bon, il a sa dose. De fait, Sarkozy annonce qu’il se retire de la vie poli­tique :

Mais il ne faut jamais croire Sarkozy. Macron, lui, a bien com­pris que ce clown déchu pou­vait lui ser­vir et Sarkozy a com­pris qu’il pou­vait pro­fi­ter de cette rela­tion pour se mettre à l’a­bri de toutes les pro­cé­dures judi­ciaires à son encontre : « Sarkozy a les affaires au cul… Se rap­pro­cher de Macron lui apporte une pro­tec­tion pré­si­den­tielle ! »

Alors par­mi les 540 000 habi­tants de la métro­pole niçoise, il s’en est trou­vé deux ou trois cents (moins de 0,04 %) qui seront tou­jours dis­po­sés à gober tous les boni­ments qu’on leur pré­sente. 0,04 %, ce n’est pas si grave.

En tout cas, ils ne sau­raient repré­sen­ter le « peuple de droite ».

Massimo Luce