Parti Communiste : mieux vaut tard que jamais !

Le Parti Communiste français a bien fini par franchir le Rubicon

César franchit Rubicon
Le Parti Communiste fran­çais fut long­temps la pre­mière force poli­tique de notre pays. Seule la talen­tueuse four­be­rie de François Mitterrand réus­sit à conte­nir cette pres­sion. Ce par­ti n’est plus aujourd’­hui que l’ombre de lui-même avec 11 dépu­tés à l’Assemblée natio­nale.

Malgré le mes­sia­nisme révo­lu­tion­naire inter­na­tio­na­liste des com­mu­nistes, pen­dant de nom­breuses années, Georges Marchais défen­dait d’a­bord les tra­vailleurs fran­çais :

Afin de se main­te­nir au Pouvoir, ce par­ti dut adhé­rer au stra­ta­gème mis en place, tou­jours par ce même Mitterrand : tout sauf le Front National ! Les forces inter­na­tio­na­listes se sont retrou­vées aux avant-postes du par­ti.
Internationale communiste

Dans le mani­feste de 2017 rédi­gé en com­mun par le Parti Communiste et le Front de Gauche, inti­tu­lé « L’humain d’a­bord » on lit, page 58 :

Pour une France soli­daire, une France d’hospitalité, humaine et fra­ter­nelle.À l’opposé des dis­cours de l’extrême droite et de la droite, qui ins­tru­men­ta­lisent la crise des migrants pour divi­ser la socié­té fran­çaise, la France a besoin d’une poli­tique d’accueil digne de ce nom pour les migrants – quelle que soit la cause ini­tiale de leur exil.

Ce mani­feste en arrive même à faire réfé­rence au pape tout en affir­mant que la France n’est pas chré­tienne :
La France n’est « ni blanche, ni chré­tienne », elle est une nation d’immigration (G. Noiriel, 2010) : oui, « nous sommes tous des migrants » (Pape François, avril 2016, en visite à Lesbos)..

Le peuple ne com­prend pas que ce par­ti et son bras armé syn­di­cal, la CGT, sen­sés les pro­té­ger et les défendre, en arrivent à encou­ra­ger l’im­mi­gra­tion illi­cite et à prô­ner la régu­la­ri­sa­tion de tous les sans-papiers. Peut-être le Parti Communiste et la CGT y voyaient-ils leurs futurs élec­teurs et leurs futurs adhé­rents ?
CGT immigrés clandestins

Les autres, avant les nôtres ! Le Parti Communiste avait un tel besoin de se dis­tin­guer du Front National qu’il en été arri­vé à des incon­grui­tés que les tra­vailleurs ne com­pre­naient pas tan­dis que le par­ti décli­nait inexo­ra­ble­ment, d’é­lec­tion en élec­tion. Les élec­teurs fran­çais de souche n’é­taient pas rem­pla­cés par les nou­veaux pro­lé­taires immi­grés qui ne votent pas et ne s’en­cartent que très peu.

Objectivement le Parti Communiste se faisait l’allié du capitalisme international débridé

C’est ce que nous ana­ly­sons régu­liè­re­ment dans nos colonnes, notam­ment :
Les macro­nistes invé­té­rés de la val­lée de la Roya du 9 juillet 2019.

Coup de ton­nerre, hier : Fabien Roussel, actuel secré­taire géné­ral du Parti Communiste, fran­chit le Rubicon :

Vous avez bien enten­du : « Je suis pour stop­per cette immi­gra­tion orga­ni­sée par les trai­tés libé­raux de Bruxelles qui met tous les ouvriers en concur­rence entre eux. Parlons de ça ! Parlons chiffres ! Parlons de ces chefs d’en­tre­prises qui uti­lisent l’im­mi­gra­tion illé­gale pour faire tra­vailler des pauvres gens qui ont fui leur pays. […] Je com­prends la colère des Français. »

Mais Fabien Roussel n’est pas encore arri­vé sur l’autre rive, il s’ar­rête en plein milieu du gué. S’il condamne l”« immi­gra­tion orga­ni­sée par les trai­tés libé­raux de Bruxelles », il ne fait réfé­rence qu’à l’im­mi­gra­tion en pro­ve­nance de Pologne ou de Roumanie, mais pas un mot sur l’im­mi­gra­tion bien plus mas­sive pro­blé­ma­tique en pro­ve­nance d’Afrique.

Pour l’instant l’immigration africaine reste encore taboue

Cela ne dure­ra pas face au prin­cipe de réa­li­té. Il faut déjà que les mili­tants bobos du Parti Communiste se fassent à cette idée — inédite pour eux — que l’im­mi­gra­tion fait le jeu du capi­ta­lisme inter­na­tio­na­liste et qu’ils s’in­ter­rogent sur leurs vrais enne­mis. Laissons du temps au temps.

Georges Gourdin